Apparence et essence dans le mode de production capitaliste (1/2), par Karl Marx

source : Le Capital, Livre III, chapitre II, « Le taux de profit »

Le phénomène peut s’entendre comme la chose telle qu’elle apparaît. Il s’oppose alors au noumène, qui désigne la chose en soi. En ce début du Livre III du Capital, Marx s’intéresse à la façon dont le fonctionnement réel du mode de production capitaliste produit une image déformée de lui-même dans l’esprit des agents que sont les capitalistes. Autrement dit, Marx parle ici de la façon dont l’essence produit l’apparence, ou ce qui revient au même, à la façon dont se fait le passage du noumène au phénomène. C’est dire combien ce passage appartient au domaine transcendantal, qui livre une connaissance de la connaissance elle-même, un savoir du savoir indispensable à la délimitation de la « juridiction » de la faculté de connaître humaine ou, pour mieux dire, de la faculté de connaître bourgeoise (voir l’article publié ici ). Comment se produisent les illusions qui fondent les concept et les confusions de l’économie naïve, que Marx nomme, non sans raison, économie vulgaire? (Note de Marc Harpon) Lire la suite

Publicités

Les aspects méconnus de la Révolution Culturelle (1/7), par Fred Magdoff

"Vive le marxisme-léninisme"

Traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

Voici ci-dessous la traduction de la préface rédigée par Fred Magdoff, de l’Université du Vermont (Burlington, Vermont) à l’ouvrage publié chez Monthly Review Press en 2008 par le chinois Dongping Han : The Unknown cultural revolution. Life and change in a chinese village. Changement de Société a pris la liberté d’en traduire des extraits, qui seront publiés en feuilleton. (Note de Marc Harpon) Lire la suite

« L’image de Staline faite par Trotsky-Khrouchtchev et popularisée lors de la guerre froide » Glover Furr

Le néo-conservateur Joseph Horowitz a  classé Glover Furr  parmi les « 101 universitaires les plus dangereux des Etats-Unis », aux côtés de gens comme Angela Davis et Noam Chomsky. Furr enseigne à l’UNiversité d’Etat de Montclair dans le New Jersey. Voici l’entretien qu’il a accordé à Carl Miller. source : Jeunesse Communiste Marxiste-Léniniste de Pau (Note de Marc Harpon)

 

J’ai eu récemment l’opportunité d’avoir une entrevue avec le professeur Grover Furr. David Horowitz, dans son nouveau livre, l’avait attaqué parce qu’il avait défendu Staline. J’ai cru bon donc d’avoir le point de vue du professeur Furr.

Je ne suis pas totalement d’accord avec ce qu’il dit, mais en même temps je lui suis très reconnaissant de m’avoir accordé cette entrevue. Des gens comme lui, tout au moins pour ce qui me concerne, peuvent être utiles pour mettre les choses au point concernant l’Union soviétique. (Note de Carl Miller) Lire la suite

Mineurs chiliens, que cachait le show télé? par Michel Collon et Camila Campusano

sources : Réveil communiste et Michel Collon

Nous étions près d’un milliard à être bouleversés. Pour sauver 33 mineurs chiliens, tout un peuple, patrons et travailleurs, riches et pauvres tous réunis dans un même effort, président en tête. Emotion, suspense, audimat, énormes recettes publicitaires. Mais que cachait ce show télévisuel ? Lire la suite

Réflexions du compañero Fidel, L’EMPIRE ET LE DROIT DES ÊTRES HUMAINS À LA VIE



Quels sauvages ! Me suis-je exclamé après avoir lu jusqu’à la dernière ligne les révélations que le fameux journaliste Seymour Hersh a publiées dans Democracy Now et qui sont présentées comme l’une des vingt-cinq nouvelles les plus censurées aux États-Unis.

Le texte, intitulé : « Les crimes de guerre du général étasunien Stanley McChrystal », a été inclus dans le Project Censored, élaboré par une université de Californie qui comprend les paragraphes essentiels de ces révélations.

« Le général Stanley McChrystal, qu’Obama a nommé responsable de la guerre en Afghanistan en mai 2009, avait été auparavant le chef de l’État-major interarmes des opérations spéciales (JSOC), qui dépendait de Dick Cheney [le vice-président de George W. Bush]. Le gros de la carrière militaire de trente-trois ans du général McChrystal reste classés [autrement dit secrète], dont ses services de 2003 à 2008 comme chef du JSOC, une unité d’élite si clandestine que le Pentagone en a nié l’existence pendant des années. Le JSOC est une unité spéciale d’ « opérations noires » [assassinats] de la Navy Seals (Forces spéciales de la marine de guerre) et de Delta Force [des soldats secrets de l’armée chargés d’opérations spéciales, qui s’appelle formellement « Détachement-delta opérationnel des forces spéciales » (SFOD-D), tandis que le Pentagone l’appelle Groupe d’applications de combats (CAG)].

« Seymour Hersh, Prix Pulitzer de journalisme, a révélé que l’administration Bush avait mis en place un ceinturon exécutif d’assassinats qui dépendait directement du vice-président Dick Cheney et au sujet duquel le Congrès ne s’est jamais soucié d’enquêter. Des équipes du JSOC se rendaient dans différents pays, sans même en parler à l’ambassadeur ou au chef de la station CIA, porteurs d’une liste de gens qu’ils recherchaient, qu’ils retrouvaient et qu’ils tuaient, pour repartir ensuite. Il existait une liste de cibles dressée par le bureau du vice-président Cheney. […] Des personnes furent assassinées dans des dizaines de pays du Moyen-Orient et d’Amérique latine, a affirmé Hersh, qui a ajouté : « Un décret exécutif signé dans les années 70 par le président Ford interdit de telles actions. Ceci ne viole pas seulement ce décret, mais c’est illégal, c’est immoral, c’est contre-productif. »

« Le JSOC a aussi été impliqué dans des crimes de guerre, dont la torture de prisonniers dans des sites de détention secrets,  » fantômes » (ghost). Le camp Nama, en Iraq, confié au JSOC conduit par McChrystal, fut l’une des installations « fantômes », dont le Comité international de la Croix-Rouge ignorait l’existence et qui a été accusée des pires actes de torture. »

Le général était établi officiellement à Fort Braga, en Caroline du Nord, mais « il fréquentait assidument le camp Nama et d’autres base des forces spéciales en Iraq et en Afghanistan où opérèrent les forces sous son commandement ».

Le document aborde ensuite un point tout à fait intéressant, quand ces actions entraient en conflit avec des fonctionnaires qui, dans l’exercice de leurs fonctions, étaient contraints de faire des choses qui violaient ouvertement la loi et entraînaient de graves délits. Lire la suite

Rassemblement exceptionnel pour Mumia Abu Jamal se tiendra ce mardi 9 novembre, à 18h Place de la Concorde, à Paris.

source : Réveil Communiste

Diffusé par la section PCF du XXème

 

Bonjour,

La Cour d’Appel Fédérale examinera la situation de Mumia pour décider de sa mort ou de sa condamnation à perpétuité, le mardi 9 novembre prochain. Le même jour dans le monde, des manifestations seront organisées et une délégation de personnalités et d’élus sera présente à Philadelphie pour témoigner de l’engagement français au côté de l’équipe de défense conduite par Maître Robert R. Bryan.



Un rassemblement exceptionnel se tiendra ce mardi 9 novembre, à 18h Place de la Concorde, à Paris.
Merci de mobiliser largement autour de vous , aux militants de venir nombreux avec leur drapeaux et aux élus parisiens de se rendre disponible

POUR SAUVER MUMIA
Mardi 9 novembre

Rassemblements devant les consulats des Etats-Unis dans toute la France
Paris – Bordeaux – Lyon – Marseille – Nice – Rennes – Strasbourg – Toulouse

 

Robespierre, Lénine, Fidel et….? par Marc Harpon

L’article ci-dessous date d’octobre 2010. Comme toujours avec les inutiles impuissants de mon espèce, je pointe plus de problèmes que je ne propose de solution. (Note de Marc Harpon, 20 février 2011)

Il y a un aspect du conflit des retraites sur lequel on insiste assez peu : il s’agit d’un conflit sur les salaires. Car les retraites sont financées par les prélèvements obligatoires, qui font partie de ce qu’on appelle la masse salariale. A grande échelle, une diminution des pensions, c ‘est une diminution de la part de la richesse crée perçue par les salariés. Or, la richesse créée en une année sur le territoire national, le PIB, se divise en trois : les salaires, les profits et les impôts. Autrement dit, quand un gouvernement réduit les impôts, c’est-à-dire les services publics (c’est-à-dire le salaire social, touché sous forme de services offerts aux citoyens), et parallèlement diminue les pensions (c’est-à-dire le salaire indirect), il diminue la part de la richesse nationale revenant aux salariés ou, ce qui revient au même, il augmente la part revenant à la classe capitaliste.

La bataille des retraites est donc le nouveau chapitre de l’histoire en train de s’écrire, celle des luttes pour le partages des richesses. Mise en parallèle avec l’autre grand chapitre de cette histoire, celui de la défense des services publics, elle montre que les deux acteurs de cette lutte sont d’un côté les salariés et de l’autre ceux qui les emploient. En d’autres termes, ce sont deux camps distincts par leurs positions respectives dans les rapports de productions qui s’affrontent en ce moment : la lutte des classes revient sur le devant de la scène, à supposer du moins qu’elle l’ait jamais quitté. Lire la suite