162 agressions contre des médecins cubains au Venezuela ignorées des médias : il ne s’agit pas de coopérants européens, par José Manzaneda, coordinateur de Cuba Informacion

source : Cuba Informacion, 24 avril 2014

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société.

Ces derniers mois, 16 agressions contre des coopérants médicaux cubains ont été enregistrées au Venezuela. Il y a quelques jours, le gouvernement vénézuélien décorait deux de ces personnes, qui s’étaient trouvées à deux doigts d’être brûlées vives, lors d’une attaque d’opposants visant un centre médical dans l’État de Lara (1). Lire la suite

Fernando Gonzalez : Un simple écolier, par Margarita González

 

René Gonzalez (en rose) et Fernando Gonzalez sont, des Cinq Cubains de Miami, les seuls à avoir été libérés.

source : Trabajadores (Cuba), 02 mars 2014

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société.

Je n’ai pas cherché sur son visage les traces du temps passé ni le stigmate de la prison, ni la joie, évidente mais imparfaite, ni même sa physionomie de héros de telenovela, mais le sérieux, la bienveillance, la profondeur d’esprit et le sourcil froncé, dont on me parlait à chaque fois que j’interrogeais sur Fernando Gonzalez Llort. Lire la suite

Fernando Perez : psychanalyse de la Révolution Cubaine et phénoménologie du regard désirant, par Marc Harpon

Le cinéaste cubain Fernando Pérez.

Le grand public se trompe, me semble-t-il, doublement sur le cinéma cubain. D’une part, on ignore généralement son existence. D’autre part, on s’imagine que tous les modes d’expressions, donc aussi le septième art, sont soumis à la « censure » de la « dictature ». Or, il existe un cinéma à la fois riche et critique, soutenu par l’Etat et le Parti. Fresa y Chocolate de Tomás Gutiérrez Alea et Juan Carlos Tabío est sans doute l’exemple le plus connu de ces films cubains qui prétendent dénoncer certains travers de la société cubaine. Mais ce n’est pas le seul. J’ai récemment vu La vida es silbar (La vie consiste à siffler), de Fernando Pérez et ce film, à mon sens, illustre bien l’existence d’un grand cinéma critique soutenu par le « régime ». Lire la suite

Cuba : Que signifie être révolutionnaire aujourd’hui, par Jorge Luis Acanda

 

Jorge Luis Acanda est professeur d’histoire de la pensée marxiste au département de philosophie de L’Université de La Havane.

 

source : La Joven Cuba (Matanzas, Cuba), 26 juin 2013

 

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

 

Quand Elier m’a invité à venir parler sur ce thème, « que signifie être révolutionnaire aujourd’hui », et m’a dit que l’intervention aurait lieu un torride mercredi de juin à quatre heures de l’après-midi, j’ai douté que ce sujet parvienne à attirer un quantité appréciable de personnes. En arrivant ici et en constatant que, en dépit de la chaleur infernale, de la violence du soleil qui nous frappe à cette heure et des difficultés du transport, cette salle regorge de monde, m’est revenue l’histoire fameuse de ce poète amoureux dont l’amante lui demanda ce qu’était la poésie et qui répondit : « la poésie, c’est toi ». Lire la suite

Cuba : On présente au Brésil la Zone Spéciale de Développement de Mariel, par la rédaction de Trabajadores

source : Trabajadores (La Havane), 20 novembre 2013

 

Traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

 

 

 

Le ministre cubain du Commerce Extérieur et des Investissements Etrangers, Rodrigo Malmierca, a présenté à des dirigeants et des hauts fonctionnaires d’institutions publiques brésiliennes la Zone Spéciale de Développement de Mariel, un projet ambitieux en cours dans l’île, qui offre de nouvelles possibilités pour l’investissement étranger. Lire la suite

Conseil des Ministres de Cuba : Note Informative sur le travail indépendante

 

source : Granma (La Havane), 02 novembre 2013

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

 

 

Depuis octobre 2010, date à laquelle a commencé le processus de développement du travail indépendant [trabajo por cuenta propia, ndt], le nombre de travailleurs inscrits au registre, est passé de 157 000 à plus de 442 000. Cela confirme la validité du choix de cette source d’emploi, de biens et de services à la population, qui libère l’Etat de ces activités et lui permet de se concentrer sur les tâches réellement décisives.

 

Comme l’exprimait le Président du Conseil d’Etat et du Conseil des Ministres [Raul Castro, ndt] devant l’Assemblée Nationale le 18 décembre 2010, il incombe au Parti et au Gouvernement de faciliter le travail des travailleurs indépendants, de ne provoquer aucun stigmate ni préjugé à leur encontre, tout en assurant un respect strict de la loi et de l’impôt, de même que la chasse aux délits dans ce secteur. Lire la suite

Letras cubanas : La Sorpresa de Virgilio Piñera, (5/6)

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

La Révolution a eu lieu et Marta, la latifundiaire, revient chez « ses » paysans. Elle doit « leur parler ». Mais pour leur dire quoi?

 Pour lire les parties précédentes de cette traduction cliquez sur ce lien. Lire la suite

Cuba : le Conseil d’Etat approuve le Décret-Loi sur la Zone Spéciale de Développement de Mariel, par la rédaction d’Opciones.

Source : Opciones, 20 septembre 2013

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Le cadre législatif de la Zone Spéciale de Développement de Mariel, composé d’un Décret-Loi, d’un règlement et de sept résolutions complémentaires, sera publié prochainement dans la Gazette Officielle de la République de Cuba et entrera en vigueur ce premier novembre. Lire la suite

Letras cubanas : La Sorpresa de Virgilio Piñera, (4/6)

fidel-castro_che

traduit de l’espagnol, présenté et annoté  par Marc Harpon pour Changement de Société

La révolution est passée. Le vent a tourné pour la Marta, la ci-devant propriétaire. Les deux paysans, ont échappé, grâce à la victoire de Fidel, à l’expulsion. C’est donc tout naturellement que la Caridad del Cobre, la Vierge nationale des cubains, a été remplacée, au mur, par une photographie du Commandant en chef du Mouvement du 26 Juillet et Premier Ministre de Manuel Urrutia, le premier président de Cuba après l’effondrement de Batista.

Lire la suite

Cuba : injection de sang neuf dans un CDR, par la rédaction de La Calle

Un slogan peint par un Comité de Défense de la Révolution, non loin de la Place de la Révolution à La Havane (photo : Marc Harpon, avril 2011)

Un slogan peint par un Comité de Défense de la Révolution, non loin de la Place de la Révolution à La Havane (photo : Marc Harpon, avril 2011)

source : La Calle, janvier-mars 2012

traduit de l’espagnol et présenté par Marc Harpon pour Changement de Société

La Calle est la revue des Comités de Défense de la Révolution, l’organisation de masse à laquelle tous les cubains appartiennent. Avec les difficultés économiques de la Période Spéciale, les militants actifs sont devenus de moins en moins nombreux. Souvent, il s’agit de personnes âgées, qui ont été de toutes les grandes luttes de la Révolution et en ont connu toutes les grandes victoires : éradication de l’analphabétisme, ouverture de l’Université aux noirs, démocratisation de l’éducation et de la santé, soutien à la culture et amélioration de l’accès pour tous à celle-ci…C’est pourquoi, l’un des problèmes majeurs des Comités, est de recruter des jeunes pour le militantisme actif et pour la participation aux instances dirigeantes de l’organisation. En plus d’éclairer ce problème, l’article ci-dessous a le mérite de contredire la caricature habituelle des CDR, qu’on présente souvent comme des clubs de délateurs aux service de la « dictature ». Leurs membres sont en fait des cubains comme les autres, travailleurs, étudiants ou retraités, qui, comme énormément de gens là-bas, n’échappent pas aux difficultés – l’un des militants cités vit, comme souvent à Cuba, dans une maison où cohabitent trois générations. Mais ces gens comme les autres, sont engagés dans l’action concrète pour la préservation des conquêtes sociales de la Révolution et l’amélioration des conditions de vie de leurs concitoyens : ils organisent des manifestations culturelles, promeuvent le don du sang, aident à l’évacuation des quartiers en cas d’intempéries graves, assurent des rondes et des gardes pour s’assurer que tout va bien, ou encore participent à la lutte contre le dangereux moustique aedes aegypti. Lire la suite