Que peut-on penser de ce qui se passe aux Etats-Unis?

66958475.jpg

Une ambiance crépusculaire, une crise profonde

Si je dis dans l’article qui suit le déroulé (1) que je ne sais pas quoi penser de ces voix qui s’élèvent pour annoncer les pires provocations du gouvernement Bush, sa fascisation,et sa volonté de porter la guerre en Iran, c’est qu’elles s’élèvent dans un climat détestable dont nous n’avons qu’une idée très lointaine en France (2). Il ne faut pas oublier, comme le note Jacques Richaud, que la crise des « subprimes » c’est une crise du logement sans précédent, des gens jetés à la rue, des salariés qui n’arrivent plus à faire face. La nouvelle orléans où les quartiers riches se sont reconstruits tandis que les pauvres sont toujours dans le marasme est assez caractéristique de la tempête sociale qu’à représenté le « enrichissez-vous » de Bush. La Réserve Fédérale accorde des moyens supplémentaires aux spéculateurs, pendant que les pauvres endettés sont à la rue. Le bourbier irakien, les cercueils recouverts de la bannière étoilée marquent la folie d’un rêve de domination mondiale.

Danielle Bleitrach

Lire la suite

Des voix s’élèvent aux Etats-Unis: aucune provocation n’est à exclure pour créer les conditions de la guerre.

bush_addresses_media_on_israel-lebanon_w_cheney_aug_14_2006.jpg

je ne sais pas ce qu’il faut penser de tout cela, ce qui est sur c’est qu’on assiste à une atmosphère très fin de règne avec les informations les plus alarmistes sur ce que préparent les faucons de la maison blanche. Donc voici deux textes, le premier est un article publié par Ria Novosti : le républicain Paul Craig Roberts, ancien sous-secrétaire aux Finances de l’administration Reagan, a expliqué que George W. Bush avait élaboré les bases juridiques permettant d’instaurer l’état d’urgence et que d’ici un an, les Etats-Unis pourraient devenir un Etat policier dictatorial, en guerre contre l’Iran. Notez que dans cette information publiée par Novosti, il y a un véritable appel aux militaires pour arrêter les plus furieux de la Maison Blanche…

Le second texte nous a été transmis par Jacques Richaud, c’est un appel de personnalités étasuniennes qui préviennent de l’existence d’une provocation montée par Dick Cheney, le vice président des Etats-Unis et organisant les conditions d’une intervention en Iran. Sans parler des conditions d’une élection d’un faucon républicain pour poursuive la politique de Bush. On voit bien en quoi les proclamations de Nicolas Sarkozy sont effectivement très dangereuses dans un tel contexte.

Peut-être qu’il faudra bien oser se poser la question face à la crise du système de la possibilité de fascisation de l’impérialisme.

Danielle Bleitrach

  Lire la suite

Chomsky : Expertise, éthique et responsabilité (II/II)

arton723.jpg

26 août 2007 (suite)
Dans la deuxième partie de son entretien avec Gabriel Matthew Schivone, Noam Chomsky aborde la question de la responsabilité individuelle dans les atrocités commises en temps de guerre. Effectuant un retour sur le moment fondateur qu’a constitué le procès de Nuremberg, il pointe les limitations implicites que l’occident pose au champ d’action du droit international, contredisant dans les faits sa prétention à l’universalité.
Référence :
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1205

Lire la suite

Sarkozy ou faire un barbecue dans l’Esterel en plein mois d’août un jour de Mistral

cpshho56280807005247photo00photodefault-341x512.jpg

Dans son discours du 27 août 2007 aux Ambassadeurs, Nicolas Sarkozy présente la politique étrangère de la France. Il adopte complètement la position étasunienne sur l’Iran. Il ne faut pas oublier que ce discours a été précédé d’un autre sur la défense que j’avais critiqué la semaine dernière en montrant à quel point le nucléaire offensif, hors tout contrôle citoyen, restait dans les priorités du chef de l’Etat. Peut-être serait-il temps de renverser la perspective et, au lieu de nous effrayer des menaces pesant sur nous, de voir en quoi notre pays peut avoir aux yeux d’autres un caractère irresponsable et dangereux.

Il suffit de mettre en évidence quelques points pour mesurer que  nous sommes en plein choc des civilisations. Avons-nous élu le docteur Fol Amour, ou s’agit-il d’un numéro d’équilibriste entre des options contradictoires ? Car ce discours est sur bien des points une auberge espagnole où chacun trouve de qu’il porte avec cependant un fond, celui d’un occident qui se prépare au choc des civilisations et n’envisage que la dangerosité d’un monde « barbare » fantasmé plus que connu. (1)

(1) Que nos amis grecs dont nous partageons le malheur et les souffrances nous pardonnent d’avoir utilisé une photo des incendies en Grèce pour illustrer cet article, mais il faut bien mesurer que c’est le monde entier qui est menacé de dangereux pyromanes.

Danielle Bleitrach

Lire la suite

Allocution de Nicolas Sarkozy sur la politique étrangère

Voici l’allocution de Nicolas Sarkozy aux ambassadeurs aujourd’hui 27 août 2007. Je vous recommande en particulier le passage sur l’Iran ou les félicitations à Bernard Kouchner qui vient de s’illustrer en expliquant à Copndoleezza Rice qu’il fallait changer le premier ministre irakien. Nous sommes bien entrés dans une phase d’intégration accélérée à la politique nord-américaine. Lisez vite ce discours, il ne restera pas plus que quelques jours sur ce blog.

Autre fait du jour: la baguette de pain. Ceux qui ricanent devant les analyses de Fidel Castro devraient se souvenir de l’annonce  qu’il a faite sur la montée du prix des céréales qui ne manquerait pas de résulter des bio-carburants. Sur ce thème je vous renvoie à divers articles sur ce site.

Danielle Bleitrach

Lire la suite

Notes de lecture: Samir Amin, L’Eurocentrisme

auteur_1471.jpgNotes de lecture: Samir Amin, L’Eurocentrisme. Critique d’une idéologie |Archive EM| voici à propos du livre de Samir Amin sur l’Eurocentrisme une critique de Stéphane Brickman. sont cités ici de trés larges extraits de cette note qui est aussi un dialogue entre deux marxistes.  Je l’ai inscrit sur ce site en regard du texte d’Alain Joxe sur le Ghetto palestinien. J’ai dis par ailleurs que  les illusions que l’on peut avoir tant sur le sionisme, sur l’Europe comme sur son « devoir d’ingérence » pèsent aujourd’hui trés lourdement sur la gauche et les progressistes. Il convient d’affronter ces questions ou nous continuerons à avoir des rassemblements qui ne seront que des agregats fievreux se faisant et se défaisant au grè de tactiques à court terme et n’offrant aucune perspective. Nous avons un besoin urgent de cohérence politique et idéologique.

Lire la suite

Chomsky : Expertise, éthique et responsabilité (I/II)

arton12051.jpg24 août 2007
Noam Chomsky interroge l’inclinaison des élites ayant accédé aux cercles de pouvoir à se proclamer seules compétentes pour décider du sort des nations. Il juge que cette « prétention à l’expertise », s’accomode mal de la démocratie et tend à considèrer les simples citoyens comme de « sots importuns » qui entravent le processus de décision des professionnels. En temps de guerre, il ne s’agit pas là d’un débat théorique, mais d’un enjeu fondamental pour la société. Premier volet d’un entretien avec le poète Gabriel Matthew Schivone.
Référence
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1205

Publication originale Znet, traduction Yann Le Du pour Contre Info.

Lire la suite

La guerre sans limite

file_272424_378259.jpg

Voici un texte qui date de 2003, un véritable classique, de Claude Serfati, un chercheur universitaire qui travaille sur la question de la modalisation impérialiste. Le  texte de Claude Serfati se situe dans la lignée des  célèbres analyses sur la militarisation de l’impérialisme de Rosa Luxembourg en insistant sur le rôle actuel joué par les fusions et concentration financières.  Voici donc une assez bonne illustration de l’expression imagée : »globalization militarisée » avec toujours en pivot l’impérialisme étasunien. Certes le capital n’a pas de patrie, mais il est fortement localisé et son bras armé est bel et bien étasunien.

Danielle Bleitrach

Au cours de la décennie quatre-vingt-dix, le système militaro-industriel américain a connu de profondes transformations. Encouragée au départ par le Pentagone, la concentration des groupes industriels a atteint un degré élevé puisque les cinq grands groupes à production militaire reçoivent désormais plus de 40% des commandes du Pentagone. Les restructurations industrielles dans l’industrie d’armement ont été menées avec la participation active du capital financier. On citera en particulier le rôle actif des cabinets de consultants qui ont dessiné les frontières des activités à fusionner, avec pour résultat la constitution d’entités bureaucratiques et à faible productivité …et l’octroi de confortables commissions . Les actionnaires institutionnels (fonds de pension, fonds mutuels) ont également renforcé leur contrôle sur les grands groupes de l’armement.

Lire la suite

II. LES ETATS UNIS COMME TOUS LES EMPIRES, L’AMERIQUE LATINE

Introduction de Danielle Bleitrach

voici la traduction de la deuxième partie de l’article sur les Etats-Unis et leur politique de force. Cette partie est consacrée à l’Amérique latine et, vu que l’auteur Pável Alemán Benítez est Chercheur  du Centro de Estudios sobre América de La Habana (Cuba), elle n’est pas la moins documentée et la moins intéressante. A titre de simples notations, il y a des aspects que l’on aimerait bien voir développer comme l’idée que la stratégie d’hégémonie nord-américaine impliquerait aujourd’hui un renforcement de l’hégémonie brésilienne, même si le processus n’est pas dénué de contradictions. Autre aspect qui renvoit à ce qui a été montré dans la première partie sous le vocable de stratégie des quatre générations, le développement d’une riposte à la guerre assimétrique.

En le traduisant, je n’ai pu m’empêcher de penser aux guerres révolutionnaires françaises, puis napoléonniennes. Si on pense à Austerlitz, un modèle du genre en manière de guerre assimétrique,  le génie de l’Empereur  a été entre autres de tabler sur la mobilité et la combativité des soldats (toujours ceux de l’an II) face à une armée beaucoup plus nombreuse, mieux équipée, celles des rois européens mais mercenaire. Et d’envoyer dans un piège le gros de la troupe en empêchant une possible manoeuvre en retrait. Napoléon était peut-être un génie stratégique mais sa grande force était d’avoir une armée révolutionnaire capable d’accomplir des marches forcées et d’aller là où il le leur disait à cause de leur confiance en lui.  En France paradoxalement dès qu’il s’agit d’armée il y a une sorte de gauchisme certes humaniste qui repousse toute réflexion, pourtant la Révolution du XXI e siècle doit tout autant se poser la question d’une véritable démocratie participative que d’une armée révolutionnaire pensée sur de tout autres bases.  Notre passé historique devrait nous y aider et c’est pour cela que l’on nous en prive, la mémoire des peuples est un enjeu. On nous prive ce faisant de toute une dimension de la révolution (1), ce n’est pas le cas des Cubains par nécessité parce que eux ne peuvent pas oublier l’ennemi. Chavez non plus. Ce qui se passe en Amérique latine exige-t-il une armée bolivarienne ? Ce simple problème ouvre en fonction de l’article ci-dessous des perspectives… Il faut lire un texte du point de vue où il est écrit… Et parfois cela sert même à transformer la manière dont on se voit soi-même…

Voici enfin pour compléter la connaissance du continent Américain (l’Amérique n’est pas un pays c’est un continent), voici un article qui vient du Canada sur le récent sommet de Montebello entre Les dirigeants canadiens, étasuniens et mexicains, accompagnés de tout un panel de dirigeants de multinationales.

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=6553

(1) le passage à l’armée de métier, d’une conception défensive du nucléaire à une conception offensive, la fin du franc et du rôle dirigeant de la banque de France, l’attaque contre le service public, la remise en cause de la Révolution française (Furet), les privatisations massives, l’abandon de toute planification, ce sont des phénomènes qui sont contemporains et qui tous nous privent de notre citoyenneté dans le cadre d’une Union Européenne sur laquelle nous avons de moins en moins de pouvoir. C’est la fin de la République… La gueuse comme disait les réactionnaires… Avec comme but l’unité de fait de cette Union Européenne à l’hégémonie nord-américaine, le système qui garantit le maximum de profit aux mêmes et de désastre pour les autres.

Lire la suite

LES Etats-Unis comme tous les empires tentent de se perpétuer par la force

pmlema1.jpg Voici un article qui me parait intéressant parce qu’il va bien au-delà de son objet : la manière dont les Etats-Unis pratiquent l’unilatéralisme et imposent par la force leurs objectifs, à la fois leurs intérêts capitaliste, leur vision messianique de leur leadership mondial, et une conception fondamentaliste judéo-chrétienne. Ils ne peuvent pratiquer ainsi que parce qu’ils possèdent en dernier ressort une force militaire sans égale. Toute une conception à laquelle adhère in fine l’Europe et le Japon et qui sous couvert de la démocratie revient à générer y compris des crimes contre l’humanité.

Cette réflexion va au-delà des Etats-Unis et des relations internationales, l’Europe, la France du moins celle de sarkozy et Kouchner partagent cette vision. La manière dont sarkozy s’est conduit en Afrique, dont Kouchner se conduit en iraq, face aux libanais, se situant dans le sillagez nord-américain, en exigeant comme seul droit celui d’ingérence des forts sur les faibles.

Mais il faut bien mesurer que cette brutalité imprègne toute la politique française, ce matin sans concertation avec les syndicats c’est l’annonce de la suppression de 11.0000 postes dans l’éducation nationale (des enseignants du secondaire pour l’essentiel). C’est la provocation, le choix de l’affrontement…  Alors même que l’on ment sur ce que l’on peut attendre de cadeaux aux riches, de l’espérance d’une croissance, c’est le mépris et le défi l’exercice brutal du pouvoir…  Tout y est dans cette politique copié sur les Etats-Unis, en utilisant notre propre adhésion à la violence, même le « détail », le ragot dont on se repaît parce que c’est le stiumi-réponse, pas de pensée…. j’ai refusé d’intervenir sur la gestion de l’histoire du pédophile, mais aboutir à un déni du droit en utilisant l’émotion légitime cela ressemble à ce film de Fritz Lang « M.Le Maudit » ou policiers et gangsters s’entendaient pour tomber sur un malade meurtrier d’enfants. C’était la description de la montée du fascisme. ou comment maintenir un système social en crise par la violence, le crime et la hantise du MAL…

Un mot encore, quand sarkozy dépasse les 60% dans les sondages, le consensus s’organise sur quoi ? Sur le vide fondamental de la gauche sur la nature de la crise, sur ce qui attend les Français, je partagele coup de gueule de Melenchon sur l’aspect dérisoire de l’opposition, il parle du PS, qui préfère ergoter sur Cecilia et les infirmières bulgares que sur le bouclier fiscal ou la crise, mais c’est toute la gauche qui est à ce niveau… Et dans le vide d’une pensée progressiste surgit le fascisme ordinaire, celui y compris des « braves gens »… Le consensus autour de Sarkozy devient  plus pervers encore, il est celui de l’impuissance méchante, il repose sur l’idée qu’il faut un homme fort, vulgaire, capable de tyranniser les faibles, de les mettre au pas… Et VIVA LA MUERTE…

Danielle Bleitrach

  Lire la suite