Le colonialisme est un système par Sartre

jean_paul_sartre12186024891En 1956, Jean Paul Sartre prononça un discours dans un meeting pour la paix en Algérie (1) dont le titre était « le colonialisme est un système ».  En voici l’intégralité que j’ai transcrit . Dussé-je passer pour une « radoteuse » je voudrais contextualiser ce texte : 1956, c’est l’invasion de la Hongrie ; 1956, c’est le vote des pleins pouvoirs à Guy Mollet par les communistes pour qu’il fasse la paix en Algérie,  le dit Guy Mollet, après un voyage en Algérie où il se fait chahuter, envoie le contingent faire la guerre. Sartre le reproche aux communistes. Paradoxalement encore aujourd’hui on en veut aux communistes de ce vote mais peu de gens reprochent leur  acte aux socialistes ou reprochent l’exécution d’Yveton au ministre de la justice de l’époque François Mitterrand (2). Les mêmes qui ont crié non sans raison contre les communistes en 1956, ce sont souvent retrouvé membres du PS et derrière François Mitterrand. Pourtant 1956 c’est l’opération de Suez, toujours dans le contexte colonialiste, c’est-à-dire le choix colonialiste d’Israël, la livraison de la bombe atomique, que l’on ne me parle pas de mauvaise conscience face à l’holocauste, s’il y a eu et s’il y a chez une partie de la gauche française choix d’Israël c’est un pacte colonial contre le nationalisme arabe.  (3). 1956, j’adhère au parti communiste, je suis une jeune fille de seize ans. J’adhère à cause de la guerre d’Algérie mais aussi quand je vois en Hongrie les communistes pendus à des crocs de boucher dans Paris Match, la Hongrie était fasciste, les juifs y étaient traqués, déportés et les communistes m’avaient sauvée, les chars soviétiques étaient ma liberté. J’étais plus communiste que juive puisque quand Israël, la France et la grande Bretagne attaquent Nasser, je suis avec ce dernier, à cause de l’Algérie et du refus du colonialisme.  Il m’est difficile avec cette mémoire encombrée de faits d’avoir la même vision que d’autres dont la fraîcheur n’a d’égale que l’inculture politique. La racine, le moment où tout se noue entre l’occident et Israël est justement au cœur de cette tentative de libération du colonialisme, et même comme le veut Nasser de faire que les peuples arabes soient maîtres de leur destin, ce qui n’arrangera ni les puissances occidentales, ni la plupart des dirigeants arabes marionnettes de l’occident. Donc voici des extraits du texte de Sartre, veuillez m’excuser de vous infliger ces « vieilles lunes » au lieu d’aller répétant la doxa que vous prenez pour la modernité. Celui qui oublie le passé est condamné à le répéter.  Et je vous conseille de lire ce qui se passe en Palestine à la lumière de cette vision de Sartre sur ce qu’est un système colonial, simplement dites vous qu’à Gaza cette machinerie infernale  a franchi un nouveau seuil : on est passé du pillage, du vol des terres, du parcage à l’extermination, parce que le système ne supporte pas la moindre résistance des expropriés.  comme le dit Sartre c’est dans la logique : « Je voudrais vous faire voir la rigueur du colonialisme, sa nécessité interne, comme il devait nous conduire exactement où nous sommes et comment l’intention la plus pure, si elle nait à l’intérieur de ce cercle infernal, est pourrie sur-le –champ. » ou encore « L’unique bienfait du colonialisme, c’est qu’il doit se montrer intransigeant pour durer et qu’il prépare sa perte par son intransigeance. » (Danielle Bleitrach)

Lire la suite

Publicités

De la Havane à Glasgow par Malcolm Burns (The Morning Star)

De la Havane à Glasgow

Malcolm Burns, Le Morning Star [quotidien du Communist Party Of Britain, ndt], vendredi 20 mars 2009

Traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société.

« Il fait toujours froid à Aberdeen », dis-je à Carolina Amador Perez et Gilda Chacon Bravo lors d’une journée de manifestation ensoleillée et fraiche à Glasgow.

« Oui, nous sommes arrivées là-bas par une nuit très froide, mais au milieu de ce froid nous avons eu un accueil très chaleureux et un super meeting » m’assure Chacon.

Amador est la chargée de relations internationales de la Fédération des Femmes Cubaines (FMC) et Chacon représente le département international de la Confédération des Travailleurs Cubains (CTC).

La délégation de deux leaders du mouvement des femmes et du mouvement syndical à Cuba, autoproclamée « délégation mélangée », en est à l’escale écossaise de sa tournée frénétique en Grande-Bretagne pour célébrer la Journée Internationale des Femmes- et le premier demi-siècle du triomphe de la Révolution Cubaine de 1959.

Lire la suite

Les Juifs Algériens et leurs origines par Henri Garrot

la_feuille_61Voici un texte que m’a envoyé en toute innocence un ami algérien qui ne l’avait même pas lu… J’ai décidé de le publier parce que je lui accorde la palme de la « connerie »: c’est une masse de ragots, les citations bibliques sont fausses, les faits historiques ne sont pas crédibles, c’est du pur délire, centrés sur la propension à la trahison des juifs, on se croirait déjà dans du Rosenberg, l’idéologue fumeux du III e reich. D’abord rapidement le contexte: il s’agit de 1898, l’affaire Dreyfus et le plein de la passion antisémite en France mais aussi la vague antisémite à Alger. Alors ce texte va raconter l’histoire des juifs en Algérie en insistant sur l’ignominie et la propension à la trahison de ce « peuple », mais dans ce délire on voit certains faits complètement trafiqués mais qui sont des points de capiton avec une autre histoire. J’explique par ailleurs ce contexte, mais je vous recommande la lecture de ce texte qui est exemplaire à plus d’un  titre: si, comme je l’ai découvert dans une bibliothèque des pères blancs à Ghardaïa, il ne faut pas se raconter d’histoire, il y avait des traitements inégaux en pays musulman et le sort des pauvres juifs du MZAB m’est apparu particulièrement dramatique. Mais rien à voir avec la folie des terres chrétiennes et européennes, françaises en particulier. Surtout les juifs sont enquiquinés parce que non musulmans comme les chrétiens, alors qu’en occident il s’y mêle ce que vous trouvez dans ce texte: le complexe du goy.

C’est-à-dire la folie du complot… les juifs sont des êtres pervers qui mettent tous leurs dons et leurs capacités, leur fortune au service de l’oppression et du mal. Ils sont trés puissants et intrinséquement pervers. Leurs femmes sont de franches salopes, des diablesses…Cela me fait souvenir de ce Cubain qui me disait un jour « les françaises ont dit-on des secrets amoureux, elles sont uniques ». j’en suis restée baba en me demandant qu’elle était ma « spécialité »?  Je dois dire que je finis par trouver toutes ces âneries à la limite du loufoque et pourquoi ne pas le dire assez flatteuses. Avoir tant de dons, tant de puissance, être cette tribu errante occupée à faire le mal finit par m’amuser et me plaire, tant qu’il n’y a pas la gestapo et la wermacht pour donner corps à ces fantasmes, cela n’est pas bien grave. A ce niveau l’antisémitisme devient gratifiant… Saus que l’on se demande réellement par quelle obstination ces gens là restent juifs et comme chacun sait « perseverer est diabolique »… Pour Sartre l’antisémitisme est une tentative pour valoriser la médiocrité en tant que telle, pour créer l’élite des médiocres. Pour l’antisémite, l’intelligence est juive, il peut donc la mépriser en toute tranquillité comme toutes les autres vertus que possède le juif. » La haine des juifs permet aux petits d’avoir l’impression d’être propriétaires, d’avoir quelque chose à défendre. « Puisque le juif veut leur dérober la France, c’est que la France est à eux » L’antisémitisme est un « snobisme de pauvre ». De plus l’argent étant juif, alors raison de plus pour le mépriser. En traitant le juif comme un être inférieur, j’affirme de la même manière que je suis supérieur à lui. J’appartiens donc à une élite.  Ainsi par ses exemples, Sartre nous montre que l’antisémitisme n’est pas une simple opinion puisqu’elle engage la personne entière. « L’antisémite a peur de découvrir que le monde est mal fait : car alors il faudrait inventer, modifier et l’homme se retrouverait maître de ses propres destinées, pourvu d’une responsabilité angoissante et infinie. Aussi localise-t-il dans le juif tout le mal de l’univers. » Si les nations se font la guerre, ce n’est pas la faute du nationalisme, non c’est de la faute du juif. Le juif est libre « pour faire le mal, non le bien » Il possède le libre arbitre, non pas pour se réformer mais pour porter la responsabilité des crimes dont il est l’auteur. Le combat antisémite n’est pas la volonté de construire une société mais seulement de purifier une société déjà existante (à l’inverse de la lutte des classes). La lutte antisémite est donc basée sur le rejet d’une partie de la société non pas à cause de leur rôle social mais parce qu’ils sont (Juif). L’antisémite est donc un homme qui a peur, non pas des juifs mais « de sa conscience, de sa liberté, de ses instincts, de ses responsabilités, de la solitude, du changement, de la société et du monde ; de tout sauf les juifs. C’est un lâche. » Le juif n’est donc qu’un simple prétexte. « L’antisémitisme en un mot, c’est la peur devant la condition humaine ». L’antisémite est l’ennemi du juif et il le revendique. A l’inverse le démocrate est censé être l’ami du juif. En effet, celui-ci « ne connaît pas le juif, ni l’arabe, ni le nègre, ni le bourgeois, ni l’ouvrier : mais seulement l’homme. » Mais le problème c’est que l’antisémite veut détruire l’homme pour ne laisser subsister que le juif alors que le démocrate veut détruire le juif pour ne laisser subsister que l’homme, le démocrate reproche ainsi au juif de se considérer comme tel explique Sartre.

Mais ce texte présente un autre intérêt, il a le « mérite » de mêler la question de l’antisémitisme à celle du colonialisme, ce qui se passe à Paris avec l’affaire Dreyfus prend ici une autre coloration. IL prouve que la colonisation est bien un système, une machinerie infernale qui ne peut se terminer qu’en haine et en massacre puisque dans cette affaire il y a eu importation raciste en Algérie. Ici ce qui est repoussé par les colons et fils de colons, petits blancs, c’est le fait que les juifs algériens qui parlent arabe, qui ont toujours vécu avec les arabes puissent accéder à la citoyenneté française, en fait à travers le bon vieil antisémitisme, on traque l’indigène pour le surexploiter, pour lui voler ses terres. Le juif est l’indigène et le « concurrent ». Ce qui est en cause c’est le décret Crémieux qui leur accorde la nationalité. par parenthèse ce Crémieux-là était le cousin de l’avocat marseillais qui fut exécuté comme « communard », en fait parce qu’il était l’avocat des pauvres et des rebelles.Cela me confirme dans le fait qu’il n’y a pas de bonne colonisation et donc dans ma dénonciation de la situation coloniale qui s’est créé en Israël dont il faut libérer les juifs, les musulmans, les chrétiens, les athées ou tout autre catégorie.Cela dit honnêtement il y a une telle connerie intrinséquement perverse dans l’antisémitisme que je me demande si nous en serons un jour débarrassé, comme le disait Einstein, il y a deux choses que je sais infinies: l’univers et la bêtise humaine et encore, ajoutait-il, je ne suis sûr que de la seconde proposition. Mais regardez bien à quel point l’antisémitisme rappelle le sionisme que l’on tente d’inculquer aux enfants israéliens, il ne faut rien accepter de tout cela. JE VAIS PLUS LOIN: J’ACCUSE TOUS CEUX QUI SOUS DES FORMES DIVERSES UTILISENT L’ARGUMENT ANTISEMITE DANS LA QUESTION PALESTIENNE D’ETRE LES ALLIES OBJECTIFS ET PEUT-ETRE PAYES DES IMPERIALISTES OCCIDENTAUX, DES COLONISATEURS ET DE L’EXTREME DROITE ISRAELIENNE ET SURTOUT DES LACHES DIRIGEANTS ARABES TOUJOURS PROMPTS A TRAHIR LES PALESTINIENS DONT ILS ONT PEUR DE LA CONTAGION ET TOUS CES GENS LA MANIPULENT LES MASSES ARABES EN LEUR LAISSANT CROIRE QUE TOUT POURRA ETRE MEILLEUR QUAND LA TERRE SERA PURIFIE DES JUIFS. POUR EVITER LA LUTTE DES CLASSES? LA LUTTE ANTI-IMPERIALISTE:  COMME LES NAZIS OU CES SINISTRES CONS DE 1898 QUI ONT PREPARE L’OAS. (note de danielle Bleitrach) 

Lire la suite

Alger 1898. La grande vague antijuive par Pierre Hebey

absinthe-anti-juive-ii1Alger 1898. La grande vague antijuive Pierre Hebey Nil éditions, Paris, 1996, 140 F
Régine Dhoquois-Cohen
Cet ouvrage d’un avocat petit-fils d’un juif algérien fait plus oeuvre de journaliste que d’historien. Mais les documents présentés en annexe, extraits de L’oeuvre des antijuifs d’Alger (Imprimerie commerciale d’Alger, 1899) sont accablants et ses références à des historiens de renom, comme Charles-André Julien et Charles-Robert Ageron, donnent à ses propos une caution sérieuse. Après avoir lu ce livre, les enfants et petits-enfants de juifs algériens comprendront sans doute mieux, sans nécessairement les admettre, les racoeurs, l’amertume, la passion de la France, les silences pudiques sur l’antisémitisme de leurs parents ou grands-parents nés en Algérie dans la deuxième partie du XIXème siècle, descendants d’autres juifs installés dans cette partie du monde depuis des siècles. Pierre Hebey raconte une histoire, parfois confusément mais avec une passion, celle de se souvenir de ces années 1898-1902 qui virent déferler sur l’Algérie une vague antijuive d’une extraordinaire férocité. Il rappelle en quelques mots, malheureusement trop brefs, que les juifs ont vécu en Algérie avant le décret Crémieux, avant septembre 1870, à la fois proches des Arabes et opprimés par eux et qu’ils parlaient l’arabe. Certains étaient venus d’Espagne à la fin du XVème siècle et d’autres vivaient en Algérie depuis si longtemps que l’on a pu parler de Berbères convertis au judaïsme, notamment pour ceux qui ne parlaient pas le ladino.

Lire la suite

Réflexions du compañero Fidel, La Chine dans les dépêches internationales

reflexionesfidel15De mes Réflexions d’hier intitulées : « La Chine, la future grande puissance économique » et publiées dans notre presse d’aujourd’hui, la plupart des dépêches internationales ne retiennent que mes critiques aux déclarations faites par Biden à Viña del Mar. Seule EFE consacre quelques lignes en fin de dépêche au point principal de mon article. Reconnaître le rôle croissant de la Chine dans l’économie mondiale est dur à avaler pour l’Occident !

Et pourtant la grande presse ne peut que continuer de parler de la montée en puissance de la Chine sur le plan économique. Hier, 29 mars, l’agence de presse DPA signalait : « La Chine a pris les États-Unis au dépourvu en proposant audacieusement de substituer au dollar comme principale devise internationale une nouvelle « supermonnaie ». » Selon l’agence, la Chine se bat contre le pouvoir dominant des États-Unis au sein du système financier international ; sa Banque centrale juge la crise et ses conséquences dans le monde entier comme le reflet de la fragilité interne et des risques propres du système monétaire international que la Chine veut changer grâce à cette nouvelle monnaie de réserve, avançant en faveur de sa thèse que le fameux économique britannique John Maynard Keynes avait déjà proposé une monnaie mondiale dans les années 40.

Lire la suite

La langue maternelle du 14e dalaï-lama est le chinois, le lieu de naissance du 14 e dalaï-Lama : un choix politique

nicolas-sarkozy-le-dalai-lama-serein12286295751Un internaute me demande de faire de la publicité à son blog consacré aux mensonges du Dalaï Lama, ce que je fais trés volontiers surtout qu’il fourmille d’intéressantes données qu’il a recueillies avec son épouse Elizabeth Martens,voici sa demande qui peut-être relayée  par d’autres : « Voilà une bonne décennie que j’ai consacrée à me spécialiser dans cette ‘affaire Tibet’, pour contredire un peu (ou le plus possible et fondé) la propagande dalaïste. A part un livre en néerlandais (ma langue maternelle) et un livre de ma femme francophone (« histoire du bouddhisme tibétain: la compassion des puissants »), voici un nouveau site internet (en français) que j’ai pu mettre en route: www.tibetdoc.eu
 
Ma question à vous: voudriez-vous y jeter un coup d’oeil et si vous le jugez +/- bien, le faire circuler parmi un certain nombre d’associations en France (que je connais trop peu)? »

 

Lire la suite

RÉFLEXIONS DU COMPAÑERO FIDEL Chine, la future grande puissance économique

De nombreuses dépêches parlent ces jours-ci du potentiel économique de la Chine.
reflexionesfidel14Hier,  28 mars, la principale agence de presse étasunienne reconnaissait :
« La Chine est la seule économie importante au monde qui continue de croître avec force.
« Critiquant pour la deuxième fois dans la semaine le leadership étasunien – poursuit la dépêche, très peu aimable à la fin du paragraphe – le gouverneur de la Banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, a assuré que la rapide réponse de son pays à la phase de contraction économique internationale, dont un paquet de stimulant se montant à l’équivalent de 586 milliards de dollars, prouvait la supériorité de son système politique autoritaire à parti unique. »

Lire la suite