La crise du progrès et le marxisme, par Marc Harpon

IMG_0622

Mon camarade Gilles Questiaux a récemment publié deux textes de théorie sur Réveil Communiste. Je suis d’accord avec l’un des deux, son « Manifeste pour un mouvement révolutionnaire des exploités », si ce n’est que je suis plus pessimiste que lui sur l’avenir proche. Est-ce l’effet démobilisateur de la lecture de l’Ecole de Francfort ? En revanche, le second texte, « Le mouvement révolutionnaire et les lois du développement historique », ne me semble pas prendre la mesure de la crise du progrès dans laquelle l’Occident a commencé à s’enliser avec Nietzsche.

L’humanité, écris-tu, Gilles, progresse vers un but. Ce but est-il conscient? Cela me semble peu vraisemblable. Chacun, façonné (comme un Homo Economicus) par le capitalisme, recherche au contraire ses petites fins privées. Lire la suite

Racismes asymétriques, par Marc Harpon

Dans un article récent, mon camarade Gilles Questiaux a écrit que les juifs et les musulmans n’étaient plus opprimés en tant que tels, c’est-à-dire en tant que juifs et musulmans. Il veut dire par là, me semble-t-il, que c’est désormais pour autant qu’il est un travailleur que l’ouvrier musulman est opprimé et non plus parce qu’il est musulman. Si par oppression on entend la seule oppression institutionnelle, alors mon camarade a tout à fait raison. Si maintenant on ne réduit pas l’oppression à ses formes les plus « cristallisées », il me semble qu’il n’y à qu’à ouvrir les journaux pour réaliser que les uns et les autres font encore l’objet de mépris et de haines débouchant sur des faits concrets de discrimination, d’humiliation ou de violence. Lire la suite

Acclimater la leçon vénézuélienne : les prix mais aussi les salaires, par Marc Harpon

Posée sans référence au problème des salaires, la question des « prix justes » est le signe d’une régression de Marx à Proudhon (ci-dessus).

Le Venezuela est dans une mauvaise passe. L’inflation sur un an y atteint 54% et les pénuries se multiplient. Pourtant, la Révolution Bolivarienne a été, contrairement à la légende colportée par la presse, couronnée de succès et notamment sur le plan économique. Pour le mesurer, il suffit d’observer quelques indicateurs  : le taux de croissance du PIB passe ainsi de 1,3% à 4,3% entre les années 1990 et la période postérieure à 2003, celui du PIB par tête monte à 2,5%, contre – 0,8% auparavant. L’inflation, qui monte en flèche depuis de nombreux mois, avait baissé et s’était stabilisée durant la présidence d’Hugo Chavez. Lire la suite

PISA, et alors? par Marc Harpon

IMG_0622

L’enquête PISA, menée tous les trois ans par l’OCDE, fait de la France, une fois n’est pas coutume, un “mauvais élève”, comme dit le nov-langue médiatique. Lire la suite

L’impérialisme, son rôle structurel, par Marc Harpon

 

Impérialisme

Ci-dessous est donnée la version écrite de ma conférence lors de la journée de formation organisée par les Jeunes Communistes du 92 sur le thème de l’impérialisme. Les militants assemblés pour entendre les intervenants se sont vu remettre une copie des principaux textes cités (Marx, Hobson, Lénine, Galeano),  ainsi que d’un article de Libération et d’un extrait d’un site consacré à l’histoire d’une tristement célèbre entreprise américaine. C’est que j’ai la conviction que l’apprentissage de la pensée critique et autonome ne peut pas se faire sans supports, notamment issus des œuvres classiques traitant de telle ou telle question.

Lire la suite

Cuba : Que signifie être révolutionnaire aujourd’hui, par Jorge Luis Acanda

 

Jorge Luis Acanda est professeur d’histoire de la pensée marxiste au département de philosophie de L’Université de La Havane.

 

source : La Joven Cuba (Matanzas, Cuba), 26 juin 2013

 

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

 

Quand Elier m’a invité à venir parler sur ce thème, « que signifie être révolutionnaire aujourd’hui », et m’a dit que l’intervention aurait lieu un torride mercredi de juin à quatre heures de l’après-midi, j’ai douté que ce sujet parvienne à attirer un quantité appréciable de personnes. En arrivant ici et en constatant que, en dépit de la chaleur infernale, de la violence du soleil qui nous frappe à cette heure et des difficultés du transport, cette salle regorge de monde, m’est revenue l’histoire fameuse de ce poète amoureux dont l’amante lui demanda ce qu’était la poésie et qui répondit : « la poésie, c’est toi ». Lire la suite

Desanti, un anticommuniste de mauvaise foi, par Marc Harpon

Il y a quelques temps, j’ai relu l’introduction de L’introduction à la phénoménologie de Jean Toussaint Desanti, épistémologue des mathématiques qui fut le maître de penseurs comme Michel Foucault, Louis Althusser, Jacques Derrida, ou Souleymane Bachir Diagne, . Il ne s’agit pas de celle par laquelle débutait la première version de cet ouvrage paru en 1976. Lorsqu’en 1994 est sortie l’édition revue, le Bloc Soviétique s’était effondré, et avec lui, la décence des communistes repentis. Jean Toussaint Desanti a donc supprimé de son ouvrage ce qui pouvait le faire passer pour marxiste, c’est-à-dire, pour l’essentiel, l’introduction. D’où celle que j’ai lue. Lire la suite

Batman et ses mystères, par Javier Montenegro

 

source : http://www.cubadebate.cu/opinion/2013/02/12/batman-y-sus-misterios/

 Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a traduit cet article.

Cela fait plusieurs semaines que je pense au dernier Batman réalisé par Christopher Nolan. Une question simple me turlupine chaque fois que je me trouve vacant ; pourquoi Bane est-il choisi comme le méchant ? Tout ceci vient de la critique du film de Perez Betancourt, où le chroniqueur de Granma « découvre » un lattis à l’encontre des mouvements sociaux comme Occupy Wall Street. Derrière les près de trois heures d’images, un message est clair ;  » Oui, les choses vont mal, mais les 99% ne peuvent pas s’en occuper, qu’ils laissent, laissons cette tâche aux bons du l% « .
Lire la suite

Position de classe contradictoire et position de classe indirecte, par Erik Olin Wright

source : Class Counts : comparative studies in class analysis, Cambridge University Press (1997)

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

Le texte ci-dessous est tiré de la conclusion (pp.254-256) de Class Counts : comparative studies in class analysis (La classe compte : analyses de classe comparatives), publié par le sociologue Erik OliN Wright, professeur à l’Université du Wisconsin à Madison, chez cambridge University Press (1997). Changement de Société a eu recours à la version « allégée » de l’ouvrage, conçue pour les étudiants. Wright appartient à la tradition du marxisme analytique. On découvrira ici le concept de « contradictoray class location » (position de classe contradictoire) forgé par Wright pour penser les couches intermédiaires entre la bourgeoisie et le prolétariat, et pour rendre compte des errances de la conscience de classe. Il s’agit d’ailleurs d’une alternative à la fausse conscience de Lukacs, à propos duquel on a déjà publié ici la critique de Wright. On notera que Wright, comme tous les marxistes analytiques (et une partie des marxistes anglo-saxons étrangers à cette tradition), rejette la théorie de l’exploitation du Capital. Lorsqu’il est question d’exploitation, dans la deuxième partie du texte traduit ici, il s’agit non du concept économique d’exploitation de Marx mais d’un concept sociologique propre à Wright. Changement de Société rappelle que le fait de proposer une traduction n’implique pas accord (même partiel) avec l’auteur du texte original. Lire la suite

Qu’y a-t-il de « marxiste » dans le marxisme analytique ? Par Erik OliN Wright

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société.

Le texte ci-dessous est extrait du huitième article du recueil Interrogating inequality : Essays on class Analysis, Socialism and Marxism, (Questionner l’inégalité : essais sur l’analyse de classe, le socialisme et le marxisme) publié en 1994 chez Verso (Londres), par le sociologue « marxiste analytique » Erik Olin Wright, de l’Université du Wisconsin à Madison. L’article d’origine s’intitule « What is analytical marxism ? », « Qu’est-ce que le marxisme analytique ? ». Wright y énumère les spécificités de l’approche initiée par les membres du September Group, structuré autour de G.A. Cohen et de John Roemer. Wright est l’un des derniers représentants de ce courant de pensée, dont les membres ont peu à peu déserté le marxisme pour au mieux, une forme ou une autre de socialisme utopique (Cohen), au pire la social-démocratie, notamment dans sa version scandinave (le norvégien Jon Elster). Les réflexions théoriques menées par le September Group n’en son pas pour autant dépourvues d’intérêt, comme en témoigneront les quelques textes de Wright l’irréductible que l’on publiera au cours des prochains mois. Cet article fait suite à celui-ci, dont il reprend l’introduction. Lire la suite