RÉFLEXIONS DE FIDEL CASTRO :LE SILENCE D’AZNAR

J’avais révélé, le 25 avril 2003, à une Table ronde de la télévision cubaine, que José María Aznar, alors président du gouvernement espagnol, allié en génocides et massacres de la superpuissance, avait dit textuellement au président William Clinton le 13 avril 1999, à une réunion tenue alors que l’issue de la guerre contre la Yougoslavie était incertaine :

« Puisque nous sommes en guerre, faisons-la à fond, pour la gagner totalement, et non pas un peu. Si nous devons persister pendant un mois, ou trois mois, eh ! bien, faisons-le. Je ne comprends pas pourquoi nous n’avons pas encore bombardé la radio et la télévision serbes. »

Lire la suite

La Chine s’est mise aux fonds souverains….

8ff449c8881b5631ffcdc808b29bf2b511.jpgCe matin 30 septembre 2007  la radio annonce que la Chine va consacrer 300 milliards de dollars au fond d’investissement public créé en août 2007 par l’Etat et qui utiliserait ses énormes réserves de change pour venir acheter des grandes entreprises. Angela Merkel la chancelière allemande est très préoccupée, d’ailleurs dès l’annonce de la création d’un fond d’investissement public chinois, l’Allemagne a voté une loi qui lui permet de contrôler de près les investisseurs étrangers. Tandis que notre Zébulon présidentiel proteste contre la côte de l’Euro, propose- ce que personne ne lui demande d’ailleurs- de réintégrer le commandement de l’OTAN, et au passage tout en protestant contre les spéculateurs se plaint que Trichet (la BCE) ne baisse pas les taux d’intérêt (1), les Allemands sont proches de redécouvrir les vertus du protectionnisme au point d’envisager la création d’un contre-fonds souverain destinés à lutter contre les OPA de ces fonds publics (2).  Sommes-nous dans la guerre hors limite ?

Danielle Bleitrach

Lire la suite

Le credo de ce blog: s’engager mais comprendre dans quoi et pourquoi…

 La capacité de nuisance ou au contraire de l’influence positive que l’on peut exercer, la manière dont on peut se prémunir du crime déterminent pour une grande part la responsabilité face à la collectivité (face à sa conscience relève d’un autre niveau). Le châtiment collectif doit en tenir compte dans son verdict.  C’était déjà ce que disait Robespierre. A ce titre ce partisan de l’abolition de la peine de mort réclamait la mort du roi parce que nul ne pouvait se prémunir contre l’absolutisme monarchique. Mon premier credo est de juger en fonction de la capacité de nuisance et de me méfier de ceux qui sont en situation de dominer notre vie et nos opinions, de ne leur accorder aucun crédit a priori non parce qu’ils sont capitalistes, impérialistes, puissants mais parce que conserver leur position passe par la perpétutation d’une injustice qui m’est intolérable.

L’influence de ce blog est au contraire ridiculement  limitée, il y a tous les jours un minimum de 400 visiteurs et un maximum de 2011 (exceptionnel). Il semble mais je n’ai pas de références sur le sujet que la fréquentation et l’animation soient bonnes pour un blog. Cela dit l’essentiel est ce que l’on fait de toute audience, donc quelle est notre responsabilité, si minime soit-elle. Les interventions sont de qualité mais rares. Cela dit les textes sont repris d’une manière très correcte (Grand soir, Rezo, CSP, Rouge-midi, altercommuniste, Gracchus etc…) parfois par piratage sans référence (toujours le même). Donc les textes ont une certaine audience, ceux-ci ont des provenances diverses et personnellement je  partage rarement la totalité de la démonstration mais je privilégie ce qui peut aider à réfléchir, à remettre en cause les idées reçues, à aider à penser par soi-même. Pas de censure et aller le plus loin possible dans l’analyse, la connaissance tel est le credo. Il en est ainsi du dossier Birman dont nous traitons en ce moment.
Danielle Bleitrach

Lire la suite

Démocratie et à-côtés : la course aux richesses du Myanmar a commencé

Par Piergiorgio Pescali

Le 28 septembre 2007 Il manifesto.it

Les réserves hydrocarbures au Myanmar, une mine d’or pour les transnationales.
« Une révolution gandhienne ». C’est ainsi qu’un représentant de la Ligue Nationale pour la Démocratie (Ndl, en anglais), contacté par téléphone à Bangkok, a voulu définir la longue série de manifestations qui bouleversent la vie sociale et politique du Myanmar.

Lire la suite

Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner et l’anthropologie critique du tartuffisme

lucifersized.jpgTransmis par Comaguer

Dernière mise en ligne sur le site de Manuel de Diéguez :

http://www.dieguez-philosophe.com

A l’heure où Lucifer a été rebaptisé « le Terrorisme » , il est utile de soumettre  les métamorphoses du  Diable au scalpel de l’anthropologie critique.
Lettres à la génération de demain
 Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner et l’anthropologie critique du tartuffisme
« …. Ne laissez pas M. Sarkozy et M. Kouchner faire de la France le Tartuffe de la démocratie mondiale sous la tutelle d’un souverain étranger .
(…)
Voyez la célérité que mettent les peuples sur les cinq continents à prendre la relève de leur classe dirigeante de valets, voyez le front uni que votre jeunesse présente d’ores et déjà face à l’irresponsabilité, à l’ignorance, à la corruption, à la légèreté, à la trahison de vos fausses élites. (…)

Lire la suite

Jean Bricmont :POURQUOI JE N’IRAI PAS A LA MANIF BIRMANIE

Dans la logique de la thèse défendue dans son livre l’imperialisme humanitaire (Aden), Jean Bricmont avec la rigueur intelletuelle qu’on lui connait refuse de se rendre à la manifestation contre la répression en Birmanie. Je dois dire que je partage son point de vue, tant que les mêmes feront silence sur ce qui se prépare en Iran, sur ce qui s’est recemment passé au Pérou, acceptent l’innomable en Palestine, et justifient quasiment le blocus sur Cuba, il n’est pas question de cautionner leurs opérations politiciennes. Comme le démontre Bricmont dans son livre le pire est l’intervention occidentale sous des prétextes humanitaires.

Je n’irai pas à la manif (de Bruxelles) , même en admettant que la situation en Birmanie est horrible, que l’opposition a entièrement raison etc., parce que :

Lire la suite

NORIEGA SORT DE PRISON

manuel_noriega_mug_shot.jpgNORIEGA SORT DE PRISON  (BULLETIN  n°173 DE COMAGUER)
Où ira-t-il ?

MANUEL NORIEGA, ancien homme fort du Panama, vient de sortir de prison.
Un peu oublié après sa condamnation pour trafic de drogue à 40 ans de prison par un tribunal étasunien, MANUEL NORIEGA vient d’être libéré après 17 ans de réclusion.
Sa peine a été écourtée pour bonne conduite et pour de multiples témoignages d’une intense ferveur religieuse consécutive à une conversion au protestantisme baptiste (un des groupes évangélistes qui sévissent aux Etats-Unis et constituent également des produits d’exportation de la soi-disant « démocratie » étasunienne) après son incarcération.

Lire la suite

Quel projet pour Marseille ?

charles-hoareau-president-du-comite-des-chomeurs-des-bou-2.jpg

Charles Hoareau envoie ce texte. Il le situe dans la préparation des élections municipales à Marseille et dans le prolongement de l’initiative de Venissieux.

Qu’est-ce qui me paraît intéressant dans la démarche proposée par Charles Hoareau et les Rouges vifs de Marseille ? Pour l’essentiel la manière dont est privilégié un programme qui s’oppose à la main basse sur la ville des capitaux, la vague de privatisation, le triomphe de la spéculation contre l’intérêt des habitants, qui à Marseille sont dans leur immense majorité des couches populaires. On veut les chasser du centre, les réduire dans des zones périphériques et Marseille qui est encore la ville de tous connaîtra alors la violence, la relégation des banlieues, c’est ça l’enjeu: le droit de vivre des humbles, des pauvres, des travailleurs et au-delà une société du « vivre ensemble ». Et le fait que les gens qui portent ce projet n’ont pas attendu les municipales pour mener cette bataille.

L’autre aspect tout aussi essentiel de cette démarche c’est qu’à Marseille les grenouillages ont commencé. Gaudin le maire UMP copie la tactique Sarkozy de « l’ouverture », les ralliements individuels de gens de gauche, Jean Noel Guerini, le président PS du Conseil Général, dont la réputation fleure  le clientélisme, la brutalité et souvent le mépris des petits,  s’impose comme candidat du PS. Il ne veut pas rallier les partis mais les individus et déjà certains parmi les communistes qui ont mené contre leur parti l’aventure Bové se rallient à « l’homme fort ». Le grand danger est de raisonner à partir des alliances de sommet autour d’hommes providentiels, que les appetits individuels l’emportent plutôt que les programmes, donc le texte de Charles Hoareau a le mérite de rompre avec cette démarche en disant ce qui nous préoccupe est le Marseille populaire, celui que l’on sacrifie, nous ne rentrerons dans aucune manoeuvre d’appareil, aucune aventure politicienne, ce que nous voulons c’est un projet que nous nous donnerons les moyens de défendre comme nous l’avons fait jusqu’ici dans toutes les luttes.

Partout se préparent dans des tractations diverses, le plus souvent politicienne les prochaines municipales, la gestion d’une ville, les choix sont essentiels et c’est cela qui partout doit nous déterminer. Ce qui se passe à Marseille se passe ailleurs, et nous pouvons à la fois lutter contre la politique de Sarkozy, contre sa méthode, et avancer vers une autre conception de faire de la politique. Je fais un rêve modeste et fou, qu’il se trouve partout des gens désinteressés qui refusent ces grandes manoeuvres où les appétits individuels se dissimulent derrière les étiquettes, où les ralliements derrière les plus brutaux préludent à l’abandon des projets puisque ce qui compte ce sont les hommes forts, leur publicité, leurs « équipes ». Allons nous en finir avec cette conception de voyou de la politique qui a permis l’election de Sarkozy, retrouverons nous le débat autour de notre vie, allons nous remettre le citoyen de la ville, le salarié, celui qui cherche un logement au coeur de la politique ? C’est cela qu’il faut apprendre à faire.

Il reste à penser un projet qui met la justice sociale, le droit à vivre ensemble en ville, dans la situation globale de la planète, un nouveau mode de vie là aussi plus juste et plus respectueux des ressources, mais le pas essentiel est fait, la justice et la démocratie. Je trouve et, c’est pour cela que j’ai choisi de le publier, que ce texte va dans le bon sens.

Danielle Bleitrach

Lire la suite

A qui va profiter le bouclier fiscal

A qui va profiter le bouclier fiscal ? (1)

via Observatoire des inégalités de Louis Maurin, Observatoire des inégalités le 25/09/07
1 000 contribuables dont la fortune est supérieure à 15,5 millions d’euros profiteront chacun d’une baisse d’impôt sur le revenu de 270 000 euros grâce au nouveau « bouclier fiscal ». L’Observatoire des inégalités publie les estimations réalisées par l’Assemblée nationale lors du vote de la loi « en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat » adoptée le premier août dernier (lire le rapport). Désormais en effet, le montant des impôts directs (impôt sur le fortune, impôt sur le revenu et impôts locaux) ne pourra dépasser 50 % des revenus d’un foyer fiscal, contre 60 % auparavant. Coût total de cette mesure pour le contribuable : 810 millions d’euros, à peu de chose près ce que vont rapporter les futures franchises sur les dépenses de santé.
(1) voir blog.monolecte.fr

monolecte partage

Lire la suite

La guerre sans règles développée par les théoriciens militaires chinois contre la superpuissance étasunienne

51wdxfz5ddl_aa240_.jpgSi la Chine doit entrer en guerre à l’avenir, doit-elle employer les méthodes de combat occidentales et se limiter aux règles de la guerre définies par l’Occident ? La réponse hautement provocatrice de deux officiers chinois est négative(1). Leur thèse a été publiée dans un livre édité en France par Rivages: la guerre hors limite. Cet article présente leurs théories qui semblent se vérifier à partir du moment où l’échec des Etats-Unis en Irak témoignent de la difficulté pour la superpuissance d’imposer « sa paix » à un petit pays alors même que l’assymétrie est totale, ce que prévoyaient déjà les stratèges chinois après la première guerre du Golfe. de la même manière on assiste effectivement à d’autres types d’endiguement de la superpuissance sur le terrain économique, et on voit monter en Amérique latine une stratégie originale de résistance autour d’une alternative d’un autre modèle de développement. Comme nous l’analysions dans notre livre Les Etats-Unis de mal Empire, la montée en puissance de la Chine, les nouvelles relations sud-sud, sans affrontement militaire ou en tentant de l’éviter, jouent un rôle dans la mise en place d’un monde multipolaire. Aux Etats-Unis mêmes des voix s’élèvent pour dire qu’il faut se détourner du Moyen orient pour mesurer la manière dont la Chine en tant que principal créancier des Etats-Unis fait peser un danger. La réalité demeure celle d’un pays les Etats-Unis infligeant non seulement au reste du monde sa superpuissance militaire mais des pratiques hors limite qui vont de la guerre contre les économies à la Soros, au terrorisme subi par des pays comme Cuba, des blocus atteignant principalement les populations civiles. Donc la reflexion chinoise et celle de la plupart des pays de la planète n’a pas comme objectif une offensive mais l’art de se protéger des menaces de la superpuissance en l’endiguant hors règles militaires puisque selon Sun tzu l’intérêt est de gagner la guerre sans livrer un combat inégal. Alors que les Etats-Unis tout en livrant des combats totalement inégauc sont incapables de terminer la guerre à leur avantage.

DB

Lire la suite