Les immigrés français, par Pascal Blanchard

Maurice L. a transmis a Changement de Société la transcription d’une conférence de l’historien Pascal Blanchard. Merci Maurice.


Pascal Blanchard, historien de l’immigration et de l’Afrique contemporaine, dresse une fresque de l’immigration en France de 1800 à nos jours, pour remettre en perspective les notions d’identité nationale, et d’étranger en France. Le 17 décembre 2009.

C’est un sujet dont en ce moment on parle beaucoup, puisqu’on nous demande de réfléchir sur les apports des immigrations à l’identité nationale. En fait, on interroge les français sur un sujet qu’ils ne connaissent pas. Si je demandais à chacun d’entre-vous, ici, de m’indiquer 5 dates essentielles pour l’immigration dans ce pays, vous seriez bien embarrassés pour les noter sur un petit bout de papier et me remettre vos copies. On vérifierait la connaissance dans ce lieu sur l’immigration en France, et on découvrirait, chacun d’entre nous, qu’en fait on ne sait pas grand-chose. Donc, c’est vrai que c’est un débat intéressant que de parler des apports de quelque chose qu’on ne connaît pas ! Lire la suite

Publicités

Hiroshima, Nagasaki, ou les mensonges de la bourgeoisie par le CCI

Changement de Société remercie Maurice L. pour l’immense travail qu’il nous a transmis. Dans ses « Notes concernant le bombardement nucléaire américain au Japon », il référence des dizaines d’articles sur Hiroshima et Nagasaki qu’il est urgent de lire ou de relire. En voici un premier, publié par le Courant Communiste International en 1995. Lire la suite

Les origines de la « question des femmes » par Alexandra Kollontaï (1921)

Première femme à avoir fait partie d’un gouvernement, première femme ambassadrice, la révolutionnaire russe puis soviétique Allexandra Kollontaï fut à l’origine des énormes avancées sociétales de la Révolution d’Octobre. Egalité salariale entre hommes et femmes, égalité des enfants légitimes ou non, divorce par consentement mutuel, droit à l’avortement. Ce dernier sera supprimé par Staline en 1936 puis rétabli après sa mort. (Note de Marc Harpon)

source : http://www.marxists.org/francais/kollontai/works/1921/0a/kollontai_conf_07.htm

Dans notre dernière conférence, nous en étions arrivées aux conclusions suivantes : à mesure qu’augmentaient les forces productives et que s’imposait la production dans les grandes industries capitalistes, augmentait aussi le nombre des femmes travailleuses. Aujourd’hui, nous allons constater que la femme, au sein du système capitaliste, ne sera jamais capable d’atteindre une libération totale ni une complète égalité de droits, qu’elle que soit sa participation – active ou non – à la production. Bien au contraire ! II demeure une contradiction insurmontable entre sa signification économique et sa dépendance et sa situation sans droits dans la famille, l’État et la société. Nous analyserons maintenant de façon plus approfondie comment la conscience de la nécessité de l’égalité des droits et de la dignité de la femme a réussi à s’imposer dans la société en même temps que nous montrerons comment ce processus est en relation avec la rapide progression du travail de la femme. Lire la suite

Réflexions du compañero Fidel : CE QU’ILS VEULENT, C’EST LE PÉTROLE VÉNÉZUÉLIEN



J’ai écrit hier ce que je ferais si j’étais Vénézuélien, j’ai expliqué que c’étaient les pauvres qui souffraient le plus des catastrophes naturelles et j’en ai donné les raisons. J’ai ajouté : « Là où l’impérialisme règne et où l’oligarchie opportuniste reçoit une part juteuse des biens et services nationaux, les masses n’ont rien à gagner ou à perdre, et l’Empire se fiche des élections comme de l’an quarante. Aux USA, même les élections présidentielles mobilisent moins de la moitié des électeurs. » Lire la suite

Eric Fassin : “Et si le problème n’était pas l’immigration mais la politique d’immigration ?”

source : Telerama

Face au durcissement de la législation sur l’immigration – le sixième projet de loi depuis 2002 (!) arrive en discussion à l’Assemblée aujourd’hui –, le sociologue Eric Fassin s’interroge sur la vision de l’autre. Et sur les stigmates que cette politique risque de laisser dans la société française. Lire la suite

Brève analyse comparée des grands médias français au lendemain des élections législatives vénézuéliennes, par samuel Métairie

source:  Le Grand Soir

N’étant ni vénézuélien, ni présent sur place, je clique, via mon ordinateur sur les liens des versions web des grands journaux proposés par Google Actu en ce lundi 27 septembre 2010. Et oui, nous dit-on, il faut se tenir informés. C’est important de lire la presse. Pardon, que dis-je ?! C’est important, de lire la vérité. Ça produit de l’échange, du lien social, et génère une meilleure compréhension du monde, ce qui est capital dans une société mondiale à l’avenir instable, nous dit-on même dans les amphis. Comme nous savons, maintenant que l’information à l’ère numérique de la communication où les idées doivent se diffuser rapidement pour qu’un organisme de presse soit rentable, nous devrions aussi savoir qu’il est possible, au demeurant, que ce qu’on lit est toujours orienté voir tronqué. Qu’un article peut être truffé de manière consciente ou inconsciente de raccourcis idéologiques ou professionnels, par soucis déontologique d’autocensure du journaliste. Alors, puisque le temps s’offre à moi en cette journée ensoleillée d’automne, voici que je me lance dans la lecture des journaux français les plus connus, pour comparer la manière dont le même sujet sera traité par tel ou tel organisme d’information (parler d’information a autant de sens que d’affirmer qu’un journaliste exerce librement sont métier en France en 2010). Ce, tout en se disant que derrière chaque paragraphe, se cache un mécanisme inconscient de manipulation des cerveaux. Ce rouage, latent, -apparu dès la naissance de la presse sous Napoléon Ier, dont nous sommes tous habitués dans une France apôtre d’un journalisme libre, indépendant et démocratique et qui ne formate pas l’opinion publique-, n’a jamais été aussi bien huilé que dans nos temps contemporains. L’actualité de ce jour, pour qui a décelé la brèche dans la coque de la duperie communicative, permet en beauté d’assister lamentablement au concert antisocialiste de la grande presse française, dont les plus grands industriels et marchands d’armes dirigent les entreprises si consciencieuses du journalisme d’investigation… Lire la suite

L’impérialisme et l’économie de l’Holocauste

L’impérialisme et l’économie de l’Holocauste

Nick BEAMS
Traduction D. Muselet pour Le Grand Soir

Cette conférence a eu lieu à la San Diego State University le 29 avril 2010. C’était la huitième d’une série de conférences intitulées « Tuer pour des raisons supérieures : La violence politique dans un monde en crise » sponsorisées par l’Institute on World Affairs qui fait partie du département des Sciences Politiques de la San Diego State University.

[Note du Grand Soir : ce texte est long, mais important par les temps qui courent.] Lire la suite