Chômage : alerte rouge par Guillaume Duval,

Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives économiques | Article Web – 25 février 2010

Les chiffres de janvier viennent doucher les espoirs d’une stabilisation du chômage. Face à cette alerte rouge sociale, il devient urgent d’aider les chômeurs en fin de droits. Il faut aussi renoncer à se lancer dès les prochains mois dans une politique de rigueur.

Lire la suite

COMAGUER : LE BALOUTCHISTAN , ABCES INTERNATIONAL

Le Baloutchistan n’est pas un Etat et cette région d’Asie n’a connu dans l’Histoire qu’une seule période d’unité politique, les 68 ans de règne de Nassir Khan dans la seconde moitié du XVIII° siècle.  Mais Il existe une population baloutche ayant sa propre langue –du rameau des langues iraniennes -répartie de part et d’autre de la frontière entre le Pakistan et l’Iran. A l’est la province pakistanaise du BALOUTCHISTAN, à l’Est la province iranienne du  SISTAN/BALOUCHISTAN et dont  le mode  de vie est resté à dominante tribale.
Terres ingrates au relief tourmenté et très pauvres en eau Ces deux provinces sont peu peuplées : 1,5 million d’habitants côté iranien   et entre 5 et 7  millions selon les sources côté pakistanais  pour une superficie qui représente plus de 40  % de celle du Pakistan
Il existe aujourd’hui un séparatisme baloutche dans chacune de ces deux provinces et malgré les précautions prises par les deux Etats pour « sécuriser » la longue frontière qui sépare ces deux provinces il est très probable que des relations existent entre les mouvements séparatistes de part et d’autre.
Ce séparatisme vient de faire une nouvelle irruption dans les grands médias de masse occidentaux et en particulier en France.
Mais alors que les médias français de masse ont consacré ces jours-ci dans leur rubrique internationale une place importante à la capture par les services secrets iraniens du principal responsable du mouvement JOUNDALLAH, elle semble ignorer que la France abrite un mouvement séparatiste baloutche …

Lire la suite

Approche sociologique du suicide au travail par danielle Bleitrach

Une salariée de France Télécom d’une cinquantaine d’année, rattachée à la plate-forme de Lens (Pas-de-Calais) et en arrêt-maladie depuis un an, s’est suicidée chez elle, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Je voudrais insister sur l’importance que j’accorde à ce texte que je viens d’enfin finir de rédiger, c’est sans doute une vision personnelle et cela peut paraître de l’autosatisfaction, non c’est ce que j’ai à dire, pour ouvrir des pistes politiques qui à mes yeux vont au-delà de la question du suicide, symptôme du vide social généré par le capitalisme à son stade sénile.

Il est trés rare que j’impose à mes lecteurs une analyse sociologique même si dans ma perception celle-ci est présente, je tente toujours d’en faire l’économie pour éviter la position de « l’expert » sur des sujets où le degré de certitude est trés faible puisqu’il s’agit de phénomènes d’une trés grande complexité sur lesquels trés souvent manquent les recherches. Sur le suicide il y a bien sûr le trés célèbre texte de Durkheim intitulé « le suicide », mais cette reflexion est en deça de la réalité actuelle. Nous ne manquons pas aujourd’hui d’enquêtes empiriques sur le phénomène de suicide au travail, mais il n’existe pas de véritable problématique théorique sur le sujet, une démarche théohérétique par rapport à l’ordre social puisque comme chacun sait, les idées dominantes sont celles de la classe dominante. hasardons-nous donc à tracer quelques pistes…

Lire la suite

La bête sauvage du capital, même la Chine ne croit plus en l’occident par danielle Bleitrach

Si l’on,veut mesurer le degré atteint par la bête sauvage (Hegel decrit ainsi la société civile) des  intérêts privés, il faut lire les analystes boursiers. Il y a chez les traders un côté galopin méchant s’excitant sur des jeux virtuels. En rupture totale avec les conséquences réélles de leurs jeux, ce n’est même plus l’appat du gain. Le meilleur dans le style docteur folamour de l’économie financière est  Philippe Béchard je vous conseille ses deux dernières chroniques (1). Ce type est soit un moraliste, soit un anarchiste, un membre de la bande à Bonnot ayant échappé aux brigades du tigre.  Philippe Béchard nous décrit Wall street et les jeux financiers comme le naufrage du titanic où les passagers de première classe s’en mettraient plein la lampe jusqu’à en rouler sous la table ivres morts … Ca n’empêche pas le titanic de sombrer..

Lire la suite

Le Prince machiavélien ou le gouvernement républicain suivi du nouveau prince de gramsci par Denis Collin

 Nous sommes non seulement dans une crise économique mais dans une crise politique de grande ampleur. La « bête sauvage » des intérêts particuliers est en train de dévorer l’intérêt général, non seulement dans les faits mais même dans les esprits où il est de moins en moins revendiqué, une inhibition généralisée. L’ére Obama comme en France l’ère Sarkozy et plus généralement l’Union européenne semble consacrer cette domination directe de l’anarchie des intérêts privés et la destruction de toute République, la débilité de toute institution permettant de tempérer ces appétits. Le cas de la privatisation des prisons est une manifestation parmi d’autres, le suicide dans l’entreprise une autre et le rôle des Banques centrales, une autre dans des registres tout à fait différents. On pourrait en revanche considérer que les pays où il est question de socialisme devenu l’équivalent de la « République », de l’unité et du primat de l’intérêt général comme en Chine ou même le processus bolivarien en Amérique latine sont à la recherche d’une gouvernance « res publicaine », de la chose publique. La démocratie elle-même est en question dans la mesure où elle est devenue désormais l’équivalent de ces appétits anarchisants, de cette iùmpossibilité à gouverner. Voici donc pour ce week end une série d’articles qui tous à leur manière renvoient à cette question de l’anarchie des intérêts privés et à son contraire la République, le socialisme se jouant aussi sur cette question. Ici grâce à l’excellent blog de Denis collin, voici abordée la référence politique de base à ces questions:  » La pensée de Machiavel est à bon droit tenue pour la fondation de la philosophie politique moderne. Une pensée politique débarrassée de la théologie et de la morale moralisatrice pour s’en tenir à la réalité effective des choses ».(…)

Lire la suite

OTTILIE : degré zéro du débat pour les élections régionales

Le traitement des élec tions régionales par les médias surtout radio télé, est d’une rare médiocrité .Rien sur les bilans, les programmes, les attentes des électeurs.Plein feux depuis des semaines sur les zizanies internes, petites phrases et dérapages divers .Toutefois, deux idées simples :

Lire la suite

L’Unité des Palestiniens, vue par le Fatah

Membre du Comité central du Fatah et responsable des relations extérieures, Nabil Chaath évoque la réconciliation palestinienne et les chances de relance du processus de paix.

« Tant que le dossier des réfugiés n’est pas réglé, il y aura toujours des menaces pour la sécurité »

Al-Ahram Hebdo : Comment est née l’idée de la visite que vous avez effectuée la semaine dernière à Gaza, pour relancer la réconciliation avec le Hamas ? A quoi a-t-elle abouti ?

Nabil Chaath : L’idée de visiter Gaza m’est venue à l’esprit depuis quelque temps, et plus précisément après les événements de juin 2006, lorsque je fus réélu membre du Comité central du mouvement Fatah. A cette date, le président Mahmoud Abbass m’avait encouragé à aller à Gaza pour rendre visite aux nôtres. Mais l’idée est restée en suspens. J’ai finalement décidé d’effectuer cette visite pour les motifs suivants : j’ai senti que Hamas, un an après l’arrêt des hostilités, souffrait toujours du blocus permanent. Israël répétait que la levée du blocus était conditionnée à l’arrêt du lancement des roquettes. Même les efforts diplomatiques déployés par de nombreuses capitales, n’ont pas réussi à mettre fin à l’intransigeance israélienne et à lever le blocus étouffant Gaza.

Lire la suite