Secours à Haïti sinistré :Le quotidien du peuple compare les différents mode d’hégémonie et la prétention au leadership mondial à travers l’analyse des secours à Haïti

Secours à Haïti sinistré :Le quotidien du peuple compare les différents mode d’hégémonie et la prétention au leadership mondial à travers l’analyse des secours à Haïti

le journal du Parti Communiste Chinois, le quotidien du peuple établit un palmares des secours. Pour ce quotidien  la Chine a été  la plus rapide sur le terrain. Les Etats-Unis les plus « forts » (1).Dans le climat de tension actuel entre la Chine et les USA, « la force » des Etats-Unis n’est pas tout à fait à leurs yeux une vertu, ils dénoncent eux aussi sur l’occupation militaire du pays.Ils notent que la France est le pays qui a envoyé le groupe de secouristes le plus nombreux mais là c’est pour rappeler que la France a colonisé Haïti et a quelques responsabilités, de surcroît elle est aux yeux du monde entier la dernière puissance coloniale du coin, les autres ayant cédé une part de leur domaine de fait aux Etats-Unis et travaillant avec eux(2). Leur conclusion n’est pas dénuée d’ironie puisqu’ils expliquent que « les secouristes venus de divers pays du monde travaillent sans relâche, car non seulement ils aident la population haïtienne à faire une course de rapidité contre la mort, mais également à ils ont entamé  une course contre la montre avec leurs collègues étrangers ».

On pourrait avec ironie considérer que la Chine, comme à l’ONU, tient à une sorte de Conseil de sécurité, et le palmares se borne à être établi sans référence à l’Assemblée Générale.  L’article définit de fait une stratégie de grande puissance pour la Chine (contribution à la paix et aide responsable)tout en se moquant des puissances défuntes, comme la France coloniale ou en crise profonde, les Etats-Unis qui n’ont plus que la force militaire brutale  qui paraissent dépassées dans leur leadership mondial à but humanitaire.

La Chine n’en est pas encore à revendiquer le G1 mais elle se moque sous cape des fiers à bras occidentaux incapables d’apporter une aide à la mesure de leurs prétentions.

 « La plus rapide : la Chine

L’équipe chinoise de secours a été la première à arriver sur place.

Dès qu’elle a eu connaissance du terrible séisme de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter qui a frappé Haïti le 13 janvier vers 16h 53 (heure locale), la Chine a réagi immédiatement en organisant très rapidement une équipe de secouristes qui a quitté la nuit du jour même la capitale chinoise à bord d’un avion spécial chargé d’équipements et de matériels de secours réunis à la hâte, lequel a atterri à l’aéroport de Port-au-Prince le 14 vers un peu plus de deux heures du matin. C’est ainsi que les secouristes chinois ont été parmi les premiers à arriver à Haïti après dix neuf heures de vol long distance sans interruption.

L’avion chinois a été parmi les premiers à se poser sur la piste de l’aéroport haïtien après que le puissant tremblement de terre eut frappé le pays et l’équipe chinoise de secours a été la première à atteindre les décombres et à commencer les fouilles ordonnées. Des médias étrangers, dont ceux du Canada et de la France, ont fait des reportages sur cela tout en indiquant que les secouristes chinois, qui disposent d’expériences acquises dans les opérations de sauvetage menées après le séisme de Wenchuan en mai 2008, sont bien entraînés pour ce genre d’opérations de secours.

Qin Xiaogang, chef du deuxième groupe de l’équipe chinoise de secours international, a déclaré qu’en tant qu’ « équipe nationale » de Chine, l’équipe de secours chinoise a ramené avec elle à bord de l’avion vingt huit grandes caisses métalliques contenant des équipements lourds et toutes sortes de matériels et d’outillages nécessaires aux opérations de sauvetage. On peut dire que les secouristes chinois ont fait des préparatifs et sont bien équipés. D’autre part, a-t-il dit, à un certain moment, son équipe a été la seule à poursuivre les fouilles sous les décombres pendant la nuit. Après le séisme, des policiers et autres membres de la force chinoise chargée du maintien de la paix en Haïti, une fois sortis des décombres, se sont tout de suite lancés dans les opérations de secours.

Idée d’un spécialiste : Xu Shicheng, spécialiste des problèmes latino-américains de l’Académie des Sciences sociales de Chine, a indiqué que la position et l’influence de la Chine sur la scène internationale s’élèvent et s’agrandissent de jour en jour et que le « facteur chinois » est devenu l’un des plus importants éléments qui agissent et pèsent lourdement sur la situation internationale. A cet effet, il est tout à fait naturel que la Chine fasse tout son possible pour assumer ses obligations internationales et pour s’acquitter de ses responsabilités internationales. En agissant ainsi, elle fait non seulement preuve d’un grand pays responsable et en même temps elle apporte une plus grande contribution à la paix mondiale et pour cela, personne dans le monde ne peut l’empêcher.

Les plus forts : les Etats-Unis »

Après nous avoir brossé le portrait d’une Chine noble et efficace dont l’audience grandit parce qu’elle apporte aide et paix, nous avons la description d’une époque marquée par la guerre, la violence, le pillage, celle des Etats-Unis.Un pays que sa puissance rend encore incontournable pour sa capacité de coordination mondial (on croirait qu’il s’agit du rôle du dollar lu entre les lignes, bien encombrant mais dont on ne saurait se passer), mais qui impose spectacle, brutalité et parfois même inefficacité.

« L’envoi de forces armées suscite doutes et inquiétudes,dit le Quotidien du peuple, car on se demande qu’en agissant ainsi c’est pour porter secours au pays sinistré ou bien c’est pour l’occuper ?

La communauté internationale poursuit sans relâche ses efforts pour aider Haïti sinistré et l’Armée américaine, qui affecte à l’excès la grandiloquence, est devenue le ‘meneur’ des opérations de secours. Mais ses « coups d’éclat », dont le contrôle militaire de l’aéroport de Port-au-Prince et l’envoi de nombreuses forces armées en Haïti, ont suscité ont suscité de toute part doutes, contestations et une avalanche de critiques.

Le quotidien espagnol « Revolt » a condamné les Etats-Unis pour leur comportement en Haïti en faisant remarquer qu’au moment où les autres pays déploient tous leurs efforts pour aider les sinistrés haïtiens en leur envoyant denrées alimentaires, médicaments, appareils de chirurgie, médecins ainsi que spécialistes en matière de secours et de sauvetage, les Etats-Unis de leur côté y dépêchent une dizaine de milliers de soldats entièrement armés. Quant aux médias américains, ils critiquent également le rôle peu admirable joué par leur pays. L’hebdomadaire « Time » a publié un article dans le quel il est dit : « Quel que soit le réel but des Etats-Unis, la réalité c’est que Haïti est devenu son cinquante et unième Etat, même si on affirme que ce n’en est pas un, il est devenu tout de même son arrière-cour. »

Idée d’un spécialiste : Xu Shicheng indique que géographiquement parlant, les Etats-Unis sont tout proches de Haïti. De 1915 à 1934, ce dernier a été durant près de vingt ans sous contrôle militaire des Etats-Unis qui l’ont aidé à réprimer des révoltes et des troubles incessants. C’est en raison de ce passé sensible que les moindres actes des Américains dans les régions sinistrés de ce pays suscitent des interrogations.

Il a poursuivi en disant qu’à l’heure actuelle, la quantité des troupes américaines envoyées en Haïti par rapport à la population haïtienne dépasse déjà celle de ses troupes stationnées en Afghanistan, ce qui montre de façon évidente la vraie idée des Etats-Unis en portant secours à un pays étranger. »

« La plus nombreuse : la France

La France a dépêché à Haïti un grand nombre de secouristes qui constituent la plus importante équipe de secours dans ce pays.

Les médias français rapportent que la France a envoyé jusqu’ici en Haïti près de 650 secouristes et que l’équipe française de secours est actuellement la plus importante en nombre parmi toutes les équipes étrangères envoyés dans ce pays qui a été cédé à la France à la fin du dix septième siècle et qui était devenu l’une de ses colonies pour à peu près un siècle.

Idée d’un spécialiste : Xu Shicheng déclare qu’en tant qu’ancien pays qui a colonisé autrefois Haïti, il est compréhensible que la France figure cette fois-ci à la tête des pays qui volent au secours de ce pays sinistré en y envoyant une équipe de secours forte de plus de six cent éléments. Ce qui montre que la France tient beaucoup à cœur le rôle prépondérant qu’elle a à jouer pour secourir son ancienne colonie. »

On ne vous le fait pas dire…

●Séisme en Haïti
Source: le Quotidien du Peuple en ligne

1) A lire entre les lignes vu qu’en ce moment les Chinois ne sont pas du tout contents des étasuniens de la manière dont ils attisent les problèmes avec la Chine, pour des raisons de « politique intérieure, la situation n’étant pas trés bonne en ce moment pour l’administration Obama », il s’agit bien sûr de l’affaire GoogleBeijing a essayé de calmer les esprits avec Washington à propos de Google en disant que ce n’était qu’une affaire commerciale. Mais un porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a décrit le discours de Mme Clinton comme étant des « remarques qui portaient atteinte aux liens sino-américains ».Condamner la Chine sur le problème d’Internet pourrait être devenu « une action stratégique et planifiée du gouvernement américain », d’après Yu Wanli, analyste à l’Université de Beijing.Et il a souligné que si les Etats-Unis essayaient d’ouvrir un nouveau front avec la Chine à propos d’internet, cela affecterait grandement les relations sino-américaines.
Certains analystes chinois, comme Shi Yinhong, expert en relations sino-américaines à l’Université Renmin, pensent que cette affaire ne causera que des troubles de courte durée entre Beijing et Washington.« Ce mois est déjà plus difficile que la plus grande partie de l’année dernière. Mais les relations ont toujours une base solide et je pense que si cette affaire (la querelle sur Google) va trop loin, les deux parties prendront des mesures pour en freiner le développement », a confié M. Shi.Il a décrit le discours de Mme Clinton comme « étant destiné à l’opinion publique américaine … la situation intérieure n’étant pas très bonne.S’exprimant avant le communiqué du Ministère des Affaires étrangères, Niu Jun, expert en études internationales à l’Université de Beijing, avait déclaré à Reuters : « Je pense que cette affaire (le conflit Google) va bientôt disparaitre car les autres problèmes auxquels font face les Etats-Unis et la Chine sont nombreux ».

(2)Disons pour être explicite que coq français est à la fois l’allié impérialiste mais aussi également l’éternel colonisateur-civilisateur(sic). Il faut bien constater que l’image de la France est en train d’évoluer défavorablement, nous sommes passés de l’indépendance gaullienne au vizir Isnogoud, voulant être calif à la place du calif sans jamais arriver à autre chose qu’à une agitation stérile.

Publicité

Un commentaire

  1. Haïti, mon amour.Si la plus grande puissance politique militaire et économique du monde de l’époque, la France, qui avait sous sa botte toute l’Europe, mordit la poussière sur le sol haïtien, pourquoi les USA seraient l’exception qui confirmerait la régle? Ils subiront pourla seconde fois une défaite morale et politique sur le sl haïtien. Bien sûr, il manque un Toussaint-Louverture, un Dessalines; mais la volonté est là. Ce ne sont pas les USA qui plieront Haïti. Les USA peuvent mettre deriière chaque Haïtienne, chaque Haïtien, un marine armé, un blindé, un char Abraham, un hélico de combat etc. : le peuple haïtien ne pliera pas. Tous les opprimés du monde et toutes les victimes de la politique étatsunienne, ainsi que l’ONU (conseil de sécurité et assemblée nationale) ne laisseront pas les USA re-coloniser de jure Haïti, même si de facto, Haïti est une sous-colonie étatsuniennes, le dépotoir des déchets alimentaires étatsuniens.
    La gestion étatsuniennes de Katrina avait été pire que la gestion des experts et coopérants occidentaux dans la pire des Républiques bananières des pays en développement.
    Un fort a toujours un plus fort que soi et un faible, toujours un plus faible que soi. Cuba et les pays de l’ALBA sont plus forts que les USA et les USA plus faibles que ces pays, lorsqu’il s’agit du respect de l’autre, du respect des droits humains fondamentaux (qui ne sont ceux de la Déclaration de 1948), de la coopération entre Etats souverains et de la gestion de situations causées par les catastrophes naturels.
    Tundanonga, Coonsultant.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s