les communistes avertissent que la Russie vit une situation révolutionnaire face à la crise mondiale

 
article de Ria novosti, édition espagnole traduite par danielle Bleitrach pour https://socio13.wordpress.com/, 28/03/09.-
Le parti communiste de Russie (PCR) a déclaré aujourd’hui que la crise économique mondiale est en train de créer dans le pays une situation révolutionnaire dont le vecteur politique peutêtre dévié vers la gauche  et ila demandé à la classe ouvrière  de renforcer les rangs  communistes pour fortifier l’influence du parti face au  gouvernement et au parlement. 

Lire la suite

Publicités

Vu de Chine : La cause véritable de la crise financière et le moyen de la résoudre

arton2613127 mars 2009La Chine, par la voix de Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la banque centrale, a mis les points sur les i(voir article du quotidien du peuple en deuxièmpe partie). Elle n’est pas prête à subir la perte de ses réserves de changes sans réagir. Il faut réformer le système monétaire international et mettre fin à l’irresponsabilité du pays émetteur de la devise internationale, a-t-il indiqué dans une tribune fort remarquée publiées par le site web de la banque de Chine. Il est vrai que les antécédents américains ne sont guère rassurants. En 1971, les USA qui avaient – déjà – très libéralement fait appel à l’émission de papier monnaie pour financer la guerre du Vietnam, mettent fin à la convertibilité en or du dollar, et du même coup aux accords de Bretton Woods qui garantissaient la stabilité du système monétaire international. La période de désordres qui s’en est suivie n’est toujours pas refermée. Dans les années 1980, la hausse massive des taux décidée par Volcker pour juguler l’inflation avait provoqué la ruine des pays émergents, endettés à taux variable. 25 ans plus tard, le Lesotho consacre plus au remboursement de la dette contractée alors qu’à la totalité de son budget d’éducation. En 1985, les accords du Plaza, actant la décision de déprécier le dollar seront la cause d’un rapatriement massifs des capitaux japonais résultants de sa balance commerciale excédentaire, dont le retour déclenchera la bulle spéculative qui mettra le pays à genoux durant dix ans. Aujourd’hui, la Chine, qui ne pourra sans doute pas sauver son pactole, se saisit de l’occasion qui lui est offerte et semble vouloir prendre la tête d’un mouvement de contestation de la prééminence occidentale – et au premier chef américaine – dans le système monétaire international. Le prix à payer risque d’être élevé, mais l’objectif le justifie, et les émergents ; las de subir les ondes du choc du centre, pourraient lui apporter leur soutien. Le Quotidien du Peuple s’est entrenu avec un économiste chinois de ces questions.

Lire la suite

D’une Chine à l’autre par jean paul sartre (la révolution contre le pittoresque ou le refus de comprendre l’ennemi): extrait

par599981A l’origine du pittoresque il y a la guerre et le refus de comprendre l’ennemi: de fait, nos lumières sur l’Asie nous sont venues d’abord de missionnaires irrités et de soldats. Plus tard sont arrivés les voyageurs- commerçants et touristes- qui sont des militaires refroidis: le pillage se nomme « shopping » et les viols se pratiquent onéreusement dans les boutiques spécialisées. Mais l’attitude de principe n’a pas changé: on tue moins souvent les indigènes mais on les méprise en bloc, ce qui est la forme civilisée du massacre; on goûte l’aristocratique plaisir de compter les séparations. « Je me coups les cheveux, il natte les siens; je me sers d’une fourchette, il use de bâtonnets; j’écris avec une plume d’oie, il trace les caractères avec un pinceau; j’ai les idées droites, et les siennes sont courbes: avez vous remarqué qu’il a horreur du mouvement rectiligne, il n’est heureux que si tout va de travers. » Ca s’appelle le jeu des anomalies; si vous en trouvez une de plus, si vous découvrez une nouvelle raison de ne pas comprendre, on vous donner, dans votre pays, un prix de sensibilité. Ceux qui recomposent ainsi leur semblable comme une mosaïque de différences irréductibles, il ne faut pas s’étonner s’ils se demandent ensuite comment on peut être chinois. Lire la suite

Voter c’est bien, marcher c’est mieux par Ahmed Saïfi Benziane

manifestation-algerie-gaza1Cet article paru dans le quotidien d’Oran nous paraît illustrer certaines de nos interrogations récentes. Il démontre d’abord comment le terrorisme en Algérie a eu pour finalité première de restreindre au néant les capacités d’expression du mécontentement citoyen, celui des jeunes, des travailleurs face à la politique qui s’est imposée au niveau mondial sous le nom de néo-libéralisme, ici il s’agit du droit de manifester. L’interdiction sous pretexte du danger terroriste n’a été que « suspendue » pour autoriser une manifestation récente contre le massacre de Gaza (photo ). Cette restriction est d’autant plus préoccupante laisse entendre l’article que les procédures démocratiques « parlementaires », celle du vote apparaissent en Algérie comme en France incapables de faire bouger l’inertie du système. Enfin, une autre caractéristique de cette interrogation qui là encore la rapproche des notres, est la conscience de la gravité de la situation. Il y a cette « attente » que décrit Jean paul Sartre à propos des masses pékinoises qui ne font pas l’histoire mais la subissent, l’attente de lespérance et la peur. Dans un tel contexte l’explosion des pétards est la reproduction de ce qui peut arriver, ils sont interdits, mais qui profite ? Le risque d’explosion, de violence sans but est tel que chacun retient son souffle et revendique les moyens d’une véritable participation démocratique qui permettrait la non-reproduction des mêmes et du même, peut-être économiserait une révolution.(note de Danielle Bleitrach)

Lire la suite

Le scandale des stock-options ou le capital est une république bananière par Akram Belkaïd,

is31On a beaucoup parlé ces derniers jours en France des salaires des patrons. Il est vrai que l’affaire des stock-options des quatre dirigeants de la Société Générale a beaucoup ému l’opinion publique. Comment accepter que ces hommes s’octroient une rémunération supplémentaire de près d’un million d’euros à eux quatre, et cela, à l’heure où le chômage frise des records et où les salariés sont invités à se serrer la ceinture ? Le tollé général et les pressions politiques ont forcé la présidence de la « SG » à faire machine arrière, mais cette question des salaires complémentaires reste posée.

Lire la suite

Les financiers de la mort Plaintes contre les Banques complices de la Dictature en Argentine.Par Horacio Verbitsky

3b132dad64f368de94fd797b70a584fe1Des enfants de détenus-disparus à La Plata en Argentine sous la dictature vont intenter une action en justice contre les banques qui ont financé la dictature, cette machine de mort n’aurait pu durer sans cette aide. Les banques avaient des informations précises sur ce qui est arrivé, ce qui aurait pu leur permettre d’imaginer le mal qu’elles ont causé

Leandro Manuel Ibáñez et María Elena Perdighe ont porté plainte contre les banques étrangères qui ont financé la dictature qui a séquestré et fait disparaître leurs parents en 1976 et 1977 à La Plata. Un cabinet d’avocat avec l’aide d’experts de l’Université de New- York a évoqué des antécédents dans le monde, comme le Tribunal de Nuremberg -qui a condamné les entreprises allemandes qui ont vendu le gaz létal qui a servi dans les camps de concentration, qui ont employé une main d’oeuvre d’esclaves et ont donné de l’argent aux nazis-, et la Convention contre le Génocide qui sanctionne non seulement les auteurs mais aussi leurs complices. « Je veux savoir qui a donné de l’argent à la junte militaire qui gouvernait ce pays en faillite mais qui pouvait payer les salaires des assassins de mes parents et acheter des machines pour les torturer » explique Maria Elena Perdighe.

Lire la suite

On demande simplement un peu de respect

eli_domota-7501La mise en place d' »ateliers locaux », sous la responsabilité d’un préfet ad hoc, Richard Samuel, marquera le lancement des Etats généraux de l’outre-mer, début avril. Nicolas Sarkozy devrait se rendre aux Antilles dans la troisième semaine d’avril. Une synthèse des travaux aura lieu à Paris fin mai ou début juin. Durant cette période, le chef de l’Etat présidera un conseil interministériel sur l’outre-mer.

Le porte-parole du LKP (Collectif contre l’exploitation), Elie Domota, qui a porté le plus long mouvement social de la Guadeloupe, du 20 janvier au 4 mars, se montre sceptique vis-à-vis des Etats généraux, qui perdront beaucoup de sens si le LKP n’y participe pas.

Lire la suite