Combien coûte un député haïtien? par Frank Séguy

source : Pati Kominis pou Lindépendans Ek Sosialism (PKLS, Parti Communiste pour l’Indépendance et le Socialisme, Martinique)

Il ne se passe presque plus un seul jour que l’on ne parle d’Haïti dans les grands conglomérats de communicaton internationaux. Aucun d’eux, notamment ceux d’Europe et d’Amérique du Nord, ne rate, ne serait-ce qu’une fois, l’occasion d’étiqueter Haïti de l’unique titre qu’ils lui ont décerné depuis longtemps : «l’un des pays les plus pauvres du monde », « pays le plus pauvre d’Amérique ». Pourtant ! De l’argent extrait des veines des travailleurs haïtiens, les bourgeois-grandons arrivent à se payer 4, 334, 000 gourdes chacun de ses chiens de garde.Voyez par vous-mêmes :

Combien coûte un député aux travailleurs haïtiens (en gourdes)

Frais de première installation 110 000
Achat de voitures 630 000 (ou 15 000 dollars
Salaire mensuel 110 000
Frais mensuel 37 000
Allocation téléphonique 10 000
Frais carburant pour voiture 10 000
Allocation de deuxième résidence 250 000
Allocation de bureau (en province) 150 000/l’an
Allocation personnel de bureau 75 000
Agent de sécurité et chauffeur 25 000
Allocation pour les fêtes champêtres 35 000
Quatorzième mois 110 000
Saison cyclonique 2008 90 000
Total ………..

N’entrent pas dans ce tableau, les projets de 8 à 10 millions de gourdes que chaque député gère dans leur commune respective. (Je laisse aux intéressés/es le loisir de calculer la somme).

Comme on peut le voir dans le tableau, l’argent dépensé pour payer un seul des 99 chiens de garde de l’ordre grandon-bourgeois en Haïti rivalise avec les sommets du mont Everest ou de l’Himalaya. (Le parlement haïtien compte 99 députés et 30 sénateurs). Un ouvrier haïtien mettra 193 années, à raison de 12 heures par journée de travail, pour gagner le salaire annuel d’un seul député. C’est-à-dire, il faudra à un ouvrier haïtien trois vies de 65 ans, à condition de commencer à travailler aussitôt sorti du placenta de sa mère, pour gagner une seule année de salaire d’un chien de garde à cravatte haïtien. Cela, c’est l’Haïti des bourgeois-grandons.

De l’autre coté du fossé, un ouvrier haïtien reçoit 70 gourdes (50 gourdes = 1 euro) pour une journée de travail que le patron rallonge élastiquement jusqu’à 12 heures et plus selon son bon loisir.

Un fait qui n’est pas sans importance et que l’histoire ironiquement devra retenir : un bourgeois, de Pétion-Ville, chien de garde, lui aussi, a compris en 2007, que ces 70 gourdes étaient trop scandaleuses. C’est lui qui a proposé une loi appellant ses collègues à élever ce salaire à 250 gourdes.

Il a fallu deux années de luttes acharnées pour qu’en mai 2009, un vote soit enfin obtenu adoptant le salaire journalier de 200 gourdes. 13 mai, l’une des association des propriétaires de chien de garde, l’ADIH, se prononce officiellement contre cette insolence et prevenir qu’elle va ordonner au chien de garde supérieur qui siège au palais national, vétérinaire des 99 chiens de garde, de vacciner au plus vite ces chiens qui deontrent des symptômes de la rage au point de vouloir mordre leurs proprietaires.

Préval s’est employé durant tout le mois de juillet à des ralemennenvini, carressant les chiens dans le sens des poils, jusqu’à ce qu’il ait finalement obtenu la garantie qu’ils sont rentrés dans l’ordre.  C’est ainsi que le 4 août dernier, les députés, en authentiques chiens de garde, sont revenus sur leur vote du mois de mai, adoptant un nouveau salaire journalier de 150 gourdes.

Les leçons de cette épisode sont évidentes pour toutes celles et tous ceux qui ont la volonté de comprendre : à aucun moment, les travailleurs ne pourront compter sur une quelconque institution bourgeoise pour satisfaire leurs revendications de travailleurs. La guerre de classes entre les bourgeois et les travailleurs n’est pas une chose aussi minime qu’une guerre entre deux armées : c’est la plus violente des guerres qui puissent être menées car, si deux armées en guerre peuvent identifier quelques raisons pour déposer les armes, dans la guerre qui opposent les travailleurs à leurs exploiteurs, tout est strictement antagonique.

Voilà pourquoi les bourgeois mobilisent tous les appareils et moyens dont ils disposent pour étrangler les travailleuses et travailleurs : la loi et les gardiens de la loi ; les institutions régaliennes (présidence, gouvernement, parlement, tribunaux, police, forces d’occupation…) ; les producteurs d’idéologies (universités, centres de recherches) ; et surtout les organismes de diffusions de l’idéologie bourgeoise : l’organisation scolaire, l’organisation religieuse, et les médias de toutes sortes…

La moindre réaction des étudiants révolutionnaires contre cet ordre établi est qualifiée de violence par ces médias qui, pas une seule fois, ne dit le moindre mot de l’extrême violence exercée par les bourgeois-grandons et les patrons de la sous-traitance sur les ouvriers en leur refusant un salaire de 200 gourdes.

Deux jeunes garçons à la conscience éclairée ont apporté leur soutien aux ouvrières et ouvriers du secteur de la sous-traitance, lundi matin, 10 août. Le commissaire de police de Delmas les fait arrêter sur le champ. Carl-Henri Boucher aura beau répéter qu’il n’a pas arrêté mais simplement interpellé Guerchang Bastia, 21 ans, étudiant en sociologie, et membre de l’Association universitaire révolutionnaire ASID et Patrick Joseph, 36 ans, du Komite pou Relèvman Divivye (KRD). Les deux hommes, Boukman du 21 e siècle, sont jetés au Pénitencier national sans avoir été entendus par aucun juge, sans qu’aucun avocat ait pu les assister. Sans autorisation de visite des organisations dites de droits humains… Un certain Comité d’avocats pour le respect des libertés individuelles fait sortir une note deux jours après cet acte immoral au regard même de l’ordre bourgeois, mais ledit comité n’a pas eu le courage d’exiger le respect des libertés de Guerchang et Patrick.

Depuis le 1 er juin, les étudiants de l’Université d’état d’Haiti, principalement ceux de la Faculté des sciences humaines, engagés organiquement auprès des travailleuses et des travailleurs, gagnent régulièrement les rues exigeant la publication de la loi réajustant le salaire minimum journalier. Eux ont déjà compris la sanglante guerre qui opposent les bourgeois-grandons et la masse des travailleurs (au chomage déclaré ou déguisé). Leurs actions polarisent de jour en jour la société, permettant à bons nombres de « citoyens de bonne volonté » de saisir l’ampleur de cette guerre. Les forces d’occupation faussement nommées Minustah et la police nationale réagissent avec l’extrême rigueur en matière de repression. Au point que les gaz lacrimogènes ultra-toxiques et non encore expérimentés dont elles ont aspergé l’Hôpital de l’Université d’état d’Haiti (HUEH), c’est-à-dire l’hôpital des pauvres, ont chassé les médecins qui ont dû s’enfuir pour ne pas mourir suffoqués. Même des parents ont dû s’enfuir avec leurs malades à même leurs lits. Aucun média, à aucun moment, n’ose criminaliser ni les forces d’occupation ni la police. Qu’importe ! Beaucoup de consciences sont en train d’être éveillées qui ne manqueront certainement pas de choisir leur camp. Car en Haïti, nos intellectuels-perroquets et intellectuels-lezards auront beau discourir, la réalité des faits ne leur offrira pas la possibilité da cacher à coup de belles phrases la division du pays en deux gros camps ennemis. Une bonne partie d’entre eux/elles avaient signé en 2008 une belle pétition en faveur de la ratification de Michèle Pierre-Louis, Première-Ministre de l’actuel gouvernement sanguinaire.

En réflechissant à l’emprisonnement crapuleux, illégal, immoral et arbitraire de Guerchang et Patrick, il m’est venu en tête le froid cynisme avec lequel Mussolini avait décidé d’assassiner Gramsci pendant 10 ans dans les prisons italiennes. Et d’une manière toute particulière le cynisme encore plus froid des médecins fascites qui lui ont dit en face qu’ils préfèrent le voir mort et qu’en conséquence ils ne voient pas de raison à le soigner. J’ai surtout lu l’étude que le compagnon d’armes d’Antoine Gramsci et son continuateur à la tête du Parti communiste italien, Palmiro Togliatti, écrivit à Paris en 1937, aussitôt après que le monde eût appris avec stupeur que celui que la protestation universelle croyait avoir arraché à ses bourreaux n’était pas parvenu au delà du seuil de la prison sur le chemin de la liberté recouvrée. Très certainement, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander quel est le sort les Bill Clinton et consorts réservent à ces deux jeunes militants, notamment à Patrick qui observe une grève de faim depuis qu’il est incarcéré.

A ceux qui demanderaient ce que Bill Clinton a à voir avec un tel fait, il faut rappeler qu’il est l’«envoyé spécial du Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, en Haïti ». Envoyé spécial, en langage moderne néocolonial. Mais en langage moderne purement colonial, il y a de cela deux cents ans, son titre aurait été commissaire civil ou gouverneur. Ses chiens de chasse l’ont déjà précédé dans la colonie : il s’agit de l’armée sous-impériale émergente du Brésil de Lula et de ses thuriféraires latinoaméricains. Ce sont eux qui tuent et violent, pillent et gaspillent… en toute quiétude en Haïti. La loi c’est eux. La justice c’est eux. Le droit c’est eux. L’état c’est strictement eux…

Il y a jour pour jour exactement 218 ans, le 14 août 1791, Boukman, un de nos marrons de la Liberté, tenait ce discours au congrès politique du Bois-Caïman : « (…) Le Dieu des blancs demande le crime, le nôtre veut les bienfaits. Notre Dieu qui est si bon nous ordonne la vengeance ! Il dirigera nos bras et nous assistera. Jetez l’image du Dieu des blancs qui a soif de nos larmes et écoutez la Liberté qui parle à nos coeurs… ». A l’époque de Boukman, les institutions modernes coloniales – l’église catholique en tête – enseignaient aux captifs d’accepter leur sort en échange d’un bonheur futur irréalisable ici-bas. Tandis que Haïti était appelée « La Perle des Antilles », tant elle avait produit de richesse au profit de la France et des colons. Les nouvelles institutions modernes néocoloniales ressassent actuellement à l’intérieur du pays l’indigeste idéologie du « nou tout fè youn / nous sommes tous un». Celles de l’extérieur répètent à volonté qu’Haïti est le pays plus pauvre de l’Amérique. Tandis qu’un petit député, un nain par rapport aux géants patrons de la sous-traitance, nains eux-mêmes par rapport aux détenteurs de capitaux trans-nationaux, reçoit près de 370 mille gourdes mensuellement pour voter contre le peuple.

De même que la modernité coloniale avait produit un et des Boukman, un et des milliers de Dessalines, la violence bourgeoise dont les députés, les sénateurs, l’état, les tribunaux… sont les chiens de garde ne peut que produire des centaines de milliers d’autres Boukman et Dessalines en 2009 et dans les années à venir. C’est le fruit de cette production annoncée que nous convient à récolter les Bill Clinton, Préval, Michèle Pierre-Louis, les grandons-bourgeois, leurs parlementaires, leurs hommes et femmes de loi, leurs prêtres et pasteurs, leurs médias et journalistes… tous ceux aux yeux desquels, un ouvrier est une bête de somme qu’on ne saurait perdre son temps à soigner.

Un petit hommage à Frantz Fanon qui nous a rappelé en parole ce que nos ancêtres va-nus-pieds nous avaient déjà enseignés en acte : « la violence ne s’incline que devant une plus grande violence ». L’heure du « Vivre libre ou mourir » a sonné une nouvelle fois!

Franck Seguy

(Asosyasyon Inivèsitè ak Inivèsitèz Desalinyèn- ASID)

14 août 2009

Advertisements

4 commentaires

  1. les députés ne gerent

    les députés ne gerent
    pas de fonds,ils onts été attribués aux collectivités territoriales pour des projets sociaux,par exemple si vous visitez ma circonscription vous allez voir que le maire a servir avec ce fond pour la construction d’une place publique et le pavage des rues,centre socio culturel.

  2. pensez vs qu un jour que ca changera .
    la mojorite des pays soi disant pauvre detienne des richesses. inegalees . le cherif du monde qui continue par spolier haiti ne s arretera jamais car les chaines se trouvent ds nos tetes et nos ventres se sont nos eternels ennemis.

  3. -La démocratie dans laquelle vous vivez , n’est pas une démocratie !
    Votre état fonctionne sous le parlement qui n’est autre qu’une assemblée dirigée par les riches , pour les riches dans une ploutocratie ! Votre constitution est une anomalie de la vraie démocratie !
    Une démocratie directe se construit par le tirage au sort des membres d’une assemblée constituante composée de gens du peuple qui ne sont pas aux commandes du pays , pas élus , pas députés etc…
    La constitution doit être écrite par le peuple et agit pour le peuple ! Les élus doivent craindre la constitution , car c’est elle protège les lois et les fait appliquer ! Ne pas laisser les tirés au sort trop longtemps en place pour ne pas favoriser la corruption dûe aux tentations des pouvoirs de toute nature !
    En France , nous avons mis un réseau d’étude sur facebook pour construire notre démocratie et mettre en place une nouvelle constitution ! Voici le lien si les travaux et discours vous intéressent …….https://www.facebook.com/groups/gentilsvirus/605892032768694/?notif_t=group_comment_reply ! Bonne chance , bien amicalement

  4. vidéo intéressante à lire pour un changement radical !
    bonne lecture , bon courage


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s