Antonio Guerrero à La Colmenita: Merci d’avoir emmené ma voix à notre peuple

Les cinq antiterroristes cubains emprisonnész aux USA

Les cinq antiterroristes cubains emprisonnész aux USA

traduit de l’espagnol par Maurice Lecomte pour Changement de Société

source : Cubadebate (Cuba), 27 décembre 2011

Un écrit par Antonio Guerrero à Carlos Alberto Cremata (Tin), directeur du théâtre de la compagnie des enfants « La Comenita-La Ruche« , en reconnaissance du rôle qui incluait sa voix dans le spectacle présenté à la Salle Universelle des Forces Armées Révolutionnaires-FAR, le 2 Décembre 2011.

Bien-aimé frère Tin Cremata:

Malgré tous les efforts déployés par Arleen (Rodríguez) et les compagnons intervenant à la transmission du programme de Radio Rebelde « Lumière dans la nuit« , il n’a pas été possible d’écouter la retransmission de l’enregistrement de La Colmenita avec moi chantant avec eux parce que, pour une quelconque raison, à cette époque de décembre la réception de la station Radio Havane Cuba a été affectée.

Eh bien, en vérité ; à la distance et dans le lieu où je suis, cela relève presque d’un miracle ou de l’héroïsme que nous puissions entendre notre radio internationale.

J’avais prévu d’appeler quelques minutes, mais j’ai pris beaucoup de temps de téléphone, donc j’utilise cette façon de vous dire certaines choses.

Je ne sais quelle magie tu as, bien que peut-être oui je le sache, mais je pense à ce qui a pu te suggérer de me choisir comme chanteur pour quelque chose de si important comme porter ma voix à notre peuple et aux amis du monde. Peut-être est-ce la vidéo où je chantais ce tango ou que sais-je … Vois le jour où je t’ai appelé et que je vous ai chanté « Je Reviendrai », je n’avais aucune idée de ce qui viendrait après. Et même je me suis embrouillé une paire de fois avec la lettre, parce que figure-toi, à mes côtés il y avait trois types qui parlaient. J’ai commencé à chanter, et du coin de l’œil, j’ai vu qu’ils me regardaient comme s’ils se disaient : « voilà qu’il est devenu fou! … ou je ne sais quelle autre pensée. Lire la suite

Publicités

Fernando Gonzalez : Un simple écolier, par Margarita González

 

René Gonzalez (en rose) et Fernando Gonzalez sont, des Cinq Cubains de Miami, les seuls à avoir été libérés.

source : Trabajadores (Cuba), 02 mars 2014

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société.

Je n’ai pas cherché sur son visage les traces du temps passé ni le stigmate de la prison, ni la joie, évidente mais imparfaite, ni même sa physionomie de héros de telenovela, mais le sérieux, la bienveillance, la profondeur d’esprit et le sourcil froncé, dont on me parlait à chaque fois que j’interrogeais sur Fernando Gonzalez Llort. Lire la suite

La juge Lenard, personne douce et conciliante liée au trafic de drogue, par Edmundo Garcia

Les cinq antiterroristes cubains emprisonnész aux USA

source : Cubadebate (Cuba), 17 Mai 2012

Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a traduit cet article.

La nuit se meut, Miami

Je suis revenu mardi d’un voyage à La Havane. Comme d’habitude, j’ai commencé par voir la presse qui s’était accumulée, pour rattraper mon retard. Ainsi j’ai trouvé un article du journaliste Jay Weaver paru ce mardi 15 mai, dans le The Miami Herald et El Nuevo Herald, celui-ci intitulé « le juge annule la peine d’emprisonnement à perpétuité. »


Cet article traite de l’un des nombreux crimes liés au trafic de drogue, en particulier la cocaïne, ce qui a fait des vagues à Miami dans les dernières décennies, mais laissez-moi faire une analogie ou comparaison, je pense que cela est important et révélateur des normes mixtes qui peuvent être livrées par la justice aux États-Unis et plus encore dans une ville comme Miami. Lire la suite

Deux articles sur l’attentat de Miami traduits et présentés par Marc Harpon (2/2)

Le retour du terrorisme à Miami, par Jesús Arboleya Cervera

D’après Jesús Arboleya Cervera l’acquittement, à l’issue d’une parodie de procès, du terroriste Luis Posada Carriles, commanditaire de l’attentat de la Barbade du 6 octobre 1976, a provoqué le sentiment d’impunité qui explique l’attentat d’avril dernier.

source : Progreso Weekly/Progreso Semanal (Etats-Unis), 16 Mai 2012

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Progreso Weekly/Progreso Semanal est un hebdomadaire cubain-américain opposé à l’extrême droite anti-castriste. Dans l’article ci-dessous, le journaliste de La Havane, Jesús Arboleya Cervera, revient sur le récent attentat commis en Floride contre les bureaux d’une agence de voyage proposant des voyages vers Cuba. Lire la suite

Deux articles sur l’attentat de Miami traduits et présentés par Marc Harpon (1/2)


« Si le réseau auquel appartenaient les Cinq Cubains était resté à Miami, il aurait pu infiltrer le groupe qui a incendié la compagnie de Mannerud et prévenu les autorités. Mais ces anti-terroristes sont encore dans les prisons fédérales, tandis que les incendiaires arpentent les rue de Miami et un auteur d’attentats à la bombe comme Luis Posada Carriles expose publiquement ses tableaux à la banque Coral Gables. »

Libérer Cuba? Faites brûler une agence de voyage! par Saul Landau


source : Progreso Weekly/Progreso Semanal (Etats-Unis), 9 Mai 2012



traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Le 25 avril dernier, à Miami, l’agence de voyage Airline Brokers a été victime d’un incendie provoqué par des explosifs. Tout porte à croire qu’elle a été la cible d’une action de terroristes anticastristes, qui lui reprochent d’avoir organisé des voyages vers Cuba, ainsi que, peut-être, les témoignages de son fondateur au procès d’un militant du groupe Omega 7, connu pour ses actions violentes anticubaines. Changement de Société propose deux traductions sur cet événement ignoré des grands médias. La première vient du journaliste et cinéaste américain Saul Landau, également chercheur à l’Institue for Policy Studies (Washington DC). Lui-même victime de la violence de groupes anticastristes lors des avant-premières de son documentaire « Fidel », dans les années 1970, il replace l’événement d’avril dans le temps long du terrorisme anticubain et dans le contexte maffieux qui est le sien. Compte tenu de la nature du dernier attentat, Landau s’intéresse surtout aux actes commis hors de Cuba, plus qu’aux actions menées directement contre l’île, comme l’explosion de la Coubre, dans la Baie de La Havane en 1960, ou encore la vague d’attentats ayant coûté la vie à Fabio Di Celmo en 1997. L’autre article a été écrit par un journaliste de La Havane, que Changement de Société a déjà publié Jesús Arboleya Cervera. Il rappelle les liens entre les terroristes et les mafieux d’origine cubaine de Miaimi et certaines forces politiques influentes aux Etats-Unis. Les deux textes proviennent de l’hebdomadaire bilingue des cubains-américains de gauche, Progreso Weekly/Progreso Semanal. Sur le terrorisme anticubain, on lira également deux articles de Trabajadores (Cuba), traduits par Changement de Société : « Ils ne peuvent pas faire sauter Cuba en vol » et « Outrage au drapeau ». Lire la suite