La Baie des Cochons et l’écrivain qui défia la CIA, par Gabriel Garcia Marquez

Garbiel Garcia Marquez, photographié ici dans les années 1960, est décédé le 17 avril 2014.

source : El Pais (Madrid), 16 décembre 1980/Cubadebate (Cuba), 19 avril 2014

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

La manière dont le Gouvernement révolutionnaire de Cuba s’informa, avec plusieurs mois d’avance, du lieu et de la façon dont s’entraînaient les troupes qui devaient débarquer à la Baie des Cochons est un de mes meilleurs souvenirs de journaliste. La première information fut connue au bureau central de Prensa Latina, à La Havane, où je travaillais en décembre 1960 et cela par un hasard presque invraisemblable. Jorge Ricardo Masetti, le directeur général, dont l’obsession dominante était de faire de Prensa Latina une agence meilleure que toutes les autres, tant capitalistes que communistes, avait installé une salle spéciale équipée de télétypes pour centraliser puis analyser en comité de rédaction l’activité quotidienne des services de presse du monde entier. Il passait de nombreuses heures à scruter les immenses rouleaux de nouvelles qui s’accumulaient sans cesse sur son bureau, jaugeait le torrent d’informations, tant de fois répétéesde tant de points de vues et avec tant de perspectives contradictoires et sorti des bureaux d’agences si différentes et, enfin, les comparait avec nos propres services. Lire la suite

Publicités

Evo Morales : « Il n’y aura plus de sommets sans Cuba »

sources : EL Tiempo (Colombie), repris sur Cubadebate, 16 avril 2012

traduit de l’espagnol et présenté par Marc Harpon pour Changement de Société

Le refus des États-Unis de réintégrer Cuba dans l’Organisation des États Américains est en train de provoquer l’implosion de l’organisation, d’après Evo Morales, le président bolivien. Le dernier Sommet des Amériques s’est achevé dimanche sans déclaration finale. L’Equateur a boycotté Sommet et une forte proportion de pays s’est montrée solidaire de Cuba. Le président colombien lui-même Juan Manuel Santos, s’est prononcé en faveur de l’île révolutionnaire et donc contre son allié américain. Le texte ci-dessous est la traduction d’un extrait de l’entretien accordé par Morales à El Tiempo publié par Cubadebate. Lire la suite

Un groupe pour l’unité latino-américaine et caribéenne se forme à Caracas, par W. T. Whitney Jr.

source : People’s World, 5 décembre 2011

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

En arrivant à Caracas le 2 décembre pour les deux jours de la réunion inaugurale de la Communauté d’États latino-américains et caraïbes, le président Cubain Raul Castro a dit à des journaliste que « pour la première fois de l’histoire nous aurons une organisation de Notre Amérique…C’est [peut-être] le plus grand événement en 200 ans de semi-indépendance Latino-Américaine et Caribéenne. »

Le héros national cubain José Marti avait désigné le territoire situé entre le Rio Grande du Texas et la Terre de Feu, comme « Notre Amérique ». Lire la suite