Le traducteur officiel de Yoani Sanchez en italien : « Elle ne p’ense qu’à l’argent » par Vincenzo Basile

Gordiano Lupi

source : Desde mi insula, 10 Mai 2014

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Yoani Sanchez a résilié son contrat avec La Stampa et m’a ainsi rendu ma liberté, puisque, jusqu’à hier, je ne pouvais dire ce que je pensais, puisque je la traduisais (…). Je suis coupable d’avoir cru à la lutte de Yoani Sanchez (…), une lutte qui partait de la base pour frapper le pouvoir (…). J’ai dû me rendre compte- a coup d’amères déceptions- que l’opposition de Yoani Sanchez était lettre morte (…), je me suis rendu compte que j’avais traité avec une personne qui donne la priorité à des centres d’intérêt qui sont tout sauf idéalistes. Une blogueuse vivant sa vie tranquille, que personne ne connaît à Cuba, que personne ne harcèle, qui n’est pas menacée, emprisonnée, réduite au silence, qui n’a pas de problèmes pour entrer et sortir de son pays.

Avec ces mots, hier, le 9 mai, le journaliste, écrivain et traducteur italien Gordiano Lupi commençait une lettre ouverte adressée à la fameuse blogueuse cubaine Yoani Sanchez.

Lupi, qui, ces six dernières années, a traduit- pour le journal italien La Stampa– le blog de la contre-révolutionnaire médiatique cubaine, se lançait dans un déballage véhément contre Yoani Sanchez et faisait part de la frustration et de la déception qu’il avait ressenties quand il avait découvert le véritable visage d’une femme qui, autrefois, lui avait exprimé des ambitions idéalistes et des rêves démocratiques, qu’on peut partager ou non.

La déception de Lupi est très clairement exprimée dans ces extraits de cette lettre ouverte, qui ressemble plus ou moins à un mea culpa déguisé, de la part de quelqu’un qui considérait la blogueuse comme sa camarade, dans une lutte à laquelle le journaliste italien semblait- et semble- croire sincèrement.

Pour l’avoir défendue, j’ai essuyé les offenses et les menaces de castristes et de communistes italiens, pour avoir pris part à une lutte inexistante, à un rêve de liberté caressé par beaucoup, mais pas par elle, qui ne pensait qu’ à l’argent des prix et des contrats (…). J’ai cru à une lutte idéale qui n’existait pas. En réalité, l’objectif de Yoani Sanchez a toujours été de devenir riche et célèbre. Elle a réussi maintenant. (…) Maintenant Yoani Sanchez est sur le point de lancer un journal mensonger (…), avec ses petits amis, que personne ne lira à Cuba (…). Mais qu’en a-t-elle à faire ? Elle n’a besoin que d’être financée, d’être lue à Miami, d’avoir beaucoup de lecteurs en Espagne, pour que la communauté cubaine continue à s’illusionner avec une championne inexistante. (…). Jusqu’à maintenant, nous avons cheminé ensemble, chère Yoani. Mais cela suffit. Mon voyage continuera sans toi, loin de tes objectifs. (…) Fidel Castro a dit que l’histoire déciderait. Nous verrons qui elle absoudra.

Bien sûr, il faut louer un pareil geste d’honnêteté intellectuelle de la part d’une personne qui démontre croire sincèrement à sa cause et qui a par ailleurs l’humilité de reconnaître ses erreurs. Néanmoins, cette honnêteté, bien qu’authentique, exigerait d’autres lettres ouvertes : l’une adressée à tous les lecteurs italiens, à toutes ces personnes dont les opinions, ces six dernières années, ont été forgées- et manipulées- avec des nouvelles extrémistes qui, aujourd’hui, apparaissent comme le fruit d’une erreur d’appréciation du journaliste et comme le résultat de liens contractuels et éditoriaux ; et une autre adressée à tous ceux qui ont essayé d’échanger sans succès avec monsieur Gordiano Lupi sur les contradictions de la blogueuse et qui recevaient seulement- et à lire ses mots continuent de recevoir- l’étiquette anachronique et réductrice de castristes.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s