Les causes de l’imaginaire fasciste, par Marc Harpon

IMG_0622

Avez-vous déjà discuté avec un fasciste ? Pour lui, si le fascisme progresse c’est simplement parce qu’il dit vrai. Son point de vue n’a pas de causes mais seulement des raisons. Or, des causes, il y en a bien.

En premier lieu, il y a la position petite-bourgeoise de larges secteurs de cette société « moyennisée ». La petite-bourgeoise aime et n’aime pas le capitalisme, comme je l’ai répété maintes fois sur Changement de Société. C’est qu’elle est constituée de ce que Bourdieu appelait les « dominants dominés » : dominée parmi les dominants, elle s’oppose à la domination ; dominante relativement aux dominés, elle ne peut remettre en question des rapports de domination et d’exploitation qui assurent son existence et son confort relatif. La grande injustice du petit-bourgeois, ce n’est pas l’exploitation de l’homme par l’homme, mais seulement que sa part du butin est trop petite. Il ne déteste donc que ses concurrents dans le partage ou ceux qu’il tient pour tels : les juifs.  La grande inégalité pour elle, ce n’est pas l’inégalité de pouvoir et de condition entre travailleurs et patrons, dont il bénéficie (parfois sous la forme de retombées très indirectes), mais l’inégalité de chances supposées entre juifs et gohim, l’inégalité dont il se croit la victime.

En second lieu, il faut mentionner l’effondrement du bloc soviétique, que j’ai traité dans mon article sur « Quelques conséquences de la faillite de la contre-révolution libérale » : une fois le communisme tenu pour dépassé, passé et criminel, la lutte des classes, dont il est l’issue légitime perd de son crédit comme solution aux difficultés réelles rencontrées par les masses. C’est pourquoi  s’invente une solution de rechange : la lutte des communautés ou des races. S’il y a un haut et un bas dans la société, ce n’est pas lié à des différences de position sociale (ou, pour être précis, de position par rapport aux moyens de production) mais à des différences d’appartenance.

Si cette cause est indépendante de la politique française, ce n’est pas le cas de la suivante.  Dès les années 80, les dirigeants de la gauche se sont gargarisés avec a notion de diversité, qui les arrangeait bien. Plutôt que de s’attaquer au capitalisme, qui cause des crises sans cesses plus profondes, on a cherché à partager équitablement ce qui restait des profits et des rentes impérialistes d’autrefois entre une multiplicité de groupes concurrents .  La même chose a été faite aux Etats-Unis, où, bien qu’il y ait plus de noirs riches qu’avant, la majorités des membres des minorités sont plus défavorisées qu’autrefois. Au discours sur la diversité on a articulé l’idéologie de l’égalité des chances, qui veut que le problème ne réside pas dans l’inégalité de classe mais dans les chances inégales qu’ont les uns et les autres d’accéder à telle ou telle position privilégiées. On a fait croire aux masses, avec la complicité de la petite bourgeoisie, qu’il fallait que chacun puisse « réussir » (devenir bouregois), quelle que soit son origine, alors que l’attitude théorique la plus juste consiste à critiquer les inégalités de condition que cache la notion même de réussite.

Les travailleurs n’ont plus la boussole politique d’un Parti Communiste, il n’y a plus n’ont plus de boussole géopolitique soviétique. Tout ce qu’ils ont, depuis près d’une génération, c’est l’impression fausse que les inégalités ne sont pas des inégalités de classe mais des inégalités entre des communautés. Si tel ou tel se fait humilier par un journaliste, ce n’est jamais parce que ce dernier est bourgeois alors que l’humilié ne l’est pas. C’est parce que l’un est juif et l’autre goï. L’ antisémitisme, qui devrait n’être que petit-burgeois, à en croire l’interprétation d’Abraham Léon, devient un phénomène de masse parce que les masses sont déboussolées.

url de l’article : https://socio13.wordpress.com/2014/01/21/les-causes-de-limaginaire-fasciste-par-marc-harpon/

Veuillez conserver le lien ci-dessus si vous republiez cet article.

8 commentaires

  1. J’aime ce que vous écrivez mais toujours avec beaucoup de réserves. Je ne peux que me réjouir qu’il y ait encore quelques voix qui se réclament du communisme. Seulement, dès qu’on entre dans le discours, il faut bien dire que je suis moins enthousiaste. Vous parlez de fascisme. C’est une notion devenue très floue. La remise en cause de la démocratie reste le plus souvent très discrète. L’apologie de la violence coloniale l’est plus encore. Le racisme se masque derrière toute sorte de prétextes. L’antisémitisme avoué est très rare.

    En revanche je vois autour de moi (et sur internet) beaucoup de gens qui ont développé une véritable aversion pour ce qu’ils appellent le « système ». Sous ce vocable, ils visent dans la confusion les roquets (et leurs mandants) qui sévissent sur les médias et diffusent une bien-pensance qui permet tout à une élite et interdit toute forme de résistance aux dominés. Si on ne dispose pas de grilles d’analyse, comment effectivement ne pas être ulcéré par ces gens qui travaillent à détruire toute espèce de normes sociales, toute espèce d’exigence éthique et toute forme de pensée rationnelle.

    Quelqu’un comme Dany Robert-Dufour est quasiment seul aujourd’hui à dénoncer et surtout à analyser ce qu’il appelle la « cité perverse ». Il faut l’écouter, discuter ses idées. Je pense qu’il saisit l’essentiel de ce qui fait problème aujourd’hui au niveau de l’idéologie et de l’ambiance de l’époque. Il y avait l’occasion de porter ces questions dans le débat public au moment de l’adoption du prétendu « mariage pour tous ». Cela n’a pas été fait. Les opposants ont été renvoyés agressivement à l’extrême droite. Chaque réforme sociétale renforce ce travers. C’est la gauche social-démocrate bien-pensante qui nourrit ainsi l’extrême droite. Elle travaille au service du capital à une société sans normes, elle en paiera le prix politique.

    J’ai consacré un article sur mon blog à ce sujet, je vous y renvoie.

  2. Voilà ce qu’on peut lire sur Wikipedia de la pensée de ce Robert-Dufour:
    ‘..Pour obvier à ce sort, Dufour propose de revenir au cœur de la civilisation occidentale afin d’y trouver les principes nécessaires à la refondation du monde. Cette civilisation possède pour l’auteur les sources et les ressources nécessaires à sa Renaissance. C’est pour cette raison qu’il propose d’examiner à nouveaux frais les fondements du récit occidental. Il propose en somme de tout reprendre et de réussir là où les deux grands récits de fondation de l’Occident ont finalement échoué devant cet avatar assez diabolique, le divin Marché. Pour ce faire, il propose de relire le récit monothéiste, que les Latins tenaient de Jérusalem, pour lui faire admettre une seconde fois (après Pic de la Mirandole, initiateur de la Renaissance) la dignité de l’homme et de la femme. Et il propose de relire le récit du Logos, venu des Grecs et d’Athènes en particulier, en visant à le débarrasser de l’exclusion qu’il prononçait à l’encontre de certaines catégories de citoyens voués au travail manuel et à l’entretien des maîtres. L’enjeu, c’est tout simplement la perspective d’une nouvelle Renaissance. Une nouvelle dynamique du type de celle du Quattrocento, qui a su retrouver les fondements grecs de la civilisation et s’y appuyer pour dépasser l’enlisement dans des dogmes obscurs. Dufour propose donc de reprendre le processus civilisationnel là où il fut interrompu pour qu’advienne l’individu enfin réalisé, fruit de la civilisation occidentale,..’
    Du sous Henri De Benoist. C’est beau comme une contre-révolution ukrainienne. Occident, Occident, ça me rappelle mes années d’étude à Assas
    Décidément les communistes désorientés que nous sommes intéressent des tas de gens (Gilleron, Bobforrester, Descartes, Delaunay et maintenant vous ) qui exposent de bien étranges idées.

    • J’étais membre du parti communiste (après la JC) sans doute bien avant que vous ne naissiez !
      Apparemment vous ne connaissez Dany Robert-Dufour que par wikipedia. Vous trouverez sur le site « toutes les vidéos de Urbain Glandier » des vidéos d’une conférence de Robert-Dufour à la librairie Tropiques.

  3. Quel argument ! J’ai 65 ans. En aurais je 15 et vous 105 que cela ne changerait rien. Assez de ces pseudo communistes qui rôdent autour des opposants au PGE pour leur proposer des idées faisandées. Si vous reniez ce que dit Wikipédia qui n’est pas une source fiable, modifiez le.
    Moi j’ai besoin qu’on me parle intelligemment de Marx et d’Engels, de Lénine et de Staline, de Rosa et de Mao pour oublier les sornettes de l’humain d’abord avec le medef. Pas qu’on me parle de décadence de la nation, de hiérarchie des civilisation, de notre vieux fond gaulois, des méchants immigrés et de juifs forcément sionistes.
    Ce blog fait partie de mon oxygène et vous le polluez Je vous laisse à votre défense de l’Occident.

    • Oh là là ! Mais vous êtes l’exemple parfait, le symptôme clair, du mal qui ronge le PCF depuis la moitié des années 80 ; ce qui est la cause première de sa perte de maîtrise du réel ; ce qui l’a rendu impuissant face à son lent déclin ; ce dont il ne fallait surtout pas discuter. Vous êtes même à l’étape finale du processus puisque vous adressez directement à l’extrême droite quiconque exprime une critique ou même ne fait que signaler un phénomène nouveau, une problématique qui n’entre pas dans le champ de vos références.

      J’ai cité Dany Robert-Dufour, j’aurais pu aussi bien parler de Michel Clouscard (dont le PCF il y a bien longtemps avait trouvé très intéressante l’idée de « capitalisme de la séduction »). Il s’agit dans les deux cas de montrer que le fascisme si on peut dire « traditionnel » n’intéresse plus le capitalisme devenu l’ultra libéralisme. Nous sommes passés à un capitalisme libertaire qui prône la libération des pulsions (c’est le sens même du mot de libéralisme). Il partage avec le fascisme le mépris souverain du travail et des solidarités sociales. Mais sa violence ne s’exerce pas dans la répression mais dans la jouissance. Ce capitalisme libertaire c’est l’injonction de la fable des abeilles de Mandeville en acte : « les vices privés font la prospérité publique » ; ce qu’en mai 68 la jeunesse voulait réaliser avec le mot d’ordre « jouissez sans entrave ».

      Loin d’être étrangère au marxisme, cette analyse reprend dans le contexte du capitalisme à l’apogée, ce que Marx percevait dans le capitalisme encore en formation. Voir le passage célèbre du Manifeste du parti communiste de Marx qui commence par : « La bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire. Partout où elle a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques. Tous les liens complexes et variés qui unissent l’homme féodal à ses « supérieurs naturels », elle les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du « paiement au comptant ». Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale. La bourgeoisie a dépouillé de leur auréole toutes les activités qui passaient jusque-là pour vénérables et qu’on considérait avec un saint respect. Le médecin, le juriste, le prêtre, le poète, le savant, elle en a fait des salariés à ses gages. La bourgeoisie a déchiré le voile de sentimentalité qui recouvrait les relations de famille et les a réduites à n’être que de simples rapports d’argent. »

      • Il faudrait donc revenir au bon vieux temps de vos ‘supérieurs naturels’! Puisque vous citez le Manifeste relisez le passage sur le socialisme féodal (page 71 aux Editions Sociales).
        Bon, aujourd’hui la situation est la suivante: l’UMP fait du FN, le PS fait de l’UMP et le PCF fait du PS.
        Alors que peut bien faire fait le FN ? Il fait du (faux) PCF. Il enrôle feu G. Marchais, Chavez , déclare défendre l’ouvrier , l’industrie, les services publics, le pays, contre l’europe et l’euro, s’opposer à l’impérialisme américain bla bla bla .. et il vient chez nous avec ses idéologues chargés de nous vendre leur soupe.
        Et elle a un drôle de goût.

        P.S: Clouscard ? Vous avez dit Clouscard ?

  4. Pour revenir au sujet développé par Marc :

    Un certain nombre de militants communistes minimisent la nuisance que provoque le courant dieudonniste, et doutent de son antisémitisme, en quoi ils n’ont pas cherché à s’informer, ou sont eux même un peu antisémites, car les pulsions racistes peuvent surgir en tout un chacun; ou bien doutent de la gravité de celui ci, au motif, par exemple, que contrairement aux wahabites dont Hollande est allé cirer les pompes, « Dieudonné n’a tué personne ». Mais comme Marc le note fort bien ce n’est pas le problème. L’antisémitisme se développe comme idéologie contestataire de substitution, faute d’un courant communiste organisé et actif, et il en occupe et stérilise l’espace. Peu importe le fait qu’il soit en fait inoffensif, la plupart du temps.

    Un minimum de culture historique devrait pourtant éviter à nos camarades un certain nombre d’imprudences. Même s’ils avaient raison en croyant que la « quenelle » ne signifie maintenant rien d’autre que l’envie de « mettre dans le cul du système » ils devraient quand même savoir que le « système  » en question n’a pas de cul.

    Et on peut leur demander, à eux qui sont si indulgent : en quoi ricaner sur le génocide des juifs par les nazis va-t-il faire progresser la cause des Palestiniens?

    D’une manière générale, les antisémites de toute origine (à gauche il y en a plein, dans la tradition de Proudhon), sont de véritables imbéciles ! S’il pensent que les juifs sont si puissants, pourquoi ne travaillent-ils pas à désagréger leur front? A quoi riment leurs provocations pulsionnelles digne du stade anal où ils sont restés bloqués, qui aboutissent à ranger tous les juifs du monde dans le camp d’Israël? alors que le peuple juif est certainement de tous les peuples le plus traversé de contradictions (nationales, religieuse, sociales, politiques …).

    Le dieudonnisme est un fascisme et un gauchisme à la fois. Gauchisme , nm, idéologie extrémiste de gauche dont la radicalité garanti la non application, masque transparent du conservatisme le plus plat.

    et c’est un instrument pour désagréger NOTRE front.

  5. comme contribution au débat et pour marquer mon accord total avec Marc, voici quelques réflexions sur mon blog.
    http://histoireetsociete.wordpress.com/http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/01/25/la-confusion-entre-faits-et-opinion-est-en-train-de-transformer-la-democratie-en-farce-par-danielle-bleitrach/http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/01/25/le-catechisme-antipedago-le-gender-et-la-nouvelle-extreme-droite-soralo-dieudonniste/

    j’avais déjà montré comment une enseignante de Tarascon, Valérie Lauprêtre, appartenant à une famille de militants communistes avait été « retournée » par Soral et une certaine conception de l’Ecole vers l’extrême-droite… voici encore le récit d’un autre retournement, celui de Farida Belghoul, militante de l’UEC à la fac de Tolbiac qui a conduit la marche des beurs et qui est désormais un des roues de la machine Soral et Dieudonné.

    http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/01/25/la-confusion-entre-faits-et-opinion-est-en-train-de-transformer-la-democratie-en-farce-par-danielle-bleitrach/
    ici je tente d’analyser le changement d’appche qui s’opère dans les mentalités.

    et dans le prolongement pourquoi le silence des antifascistes face à ce qui se passe en Europe ?
    http://histoireetsociete.wordpress.com/


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s