Etats-Unis : reprise pour les PDG mais pas pour les travailleurs, par Laurence Mishel et Natalie Sabadish

 

 

US Dollar as a Sinking Ship

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

source : Economc Policy Institute, Juillet 2013

Laurence Mishel est président de l’Economic POlicy Institute et Natalie Sabadish en est une chercheuse.

La hausse des rémunérations des PDG est une des causes majeures des inégalités de revenus. Avec les salaires du secteur financier, les rémunérations des PDG ont aidé à ce que la part du revenu détenue par le pour cent le plus riche fasse plus que doubler au cours des trois dernières décennies. De plus, le fait que les salaires des PDG aient augmenté si vite depuis la fin de la Grande Récession est un indicateur que le pour-cent supérieur s’en sort beaucoup mieux dans cette période de reprise que les américains ordinaires.

 

Une façon d’illustrer l’écart croissant entre le salaire des PDG et les salaires des travailleurs moyens est d’examiner le rapport entre la rémunération des PDG et celle du travailleur-type, le ratio PDG/travailleur [the CEO-to-worker compensation ration, ndt]. Nôtre nouveau papier pour l’EPI [Economic Policy Institute, ndt] « CEO Pay in 2012 was Extraordinary Hight Relative to Typical Workers and other High Earners », présente cette analyse des rémunérations des PDG basées sur notre traitement des données ExecuComp de Compustat. Le ratio mesure la distance entre la rémunération des PDG dans les 350 plus grandes firmes et celle des travailleurs dans l’industrie principale de chaque PDG particulier.

 

Le ratio PDG/travailleur en 2012, à 272,9 est loin au-dessus du ratio de 1995 (122,6), du ratio de 1989 (58,5), du ratio de 1978 (29,0) et 1965 (20,1), comme on le voit dans le tableau ci-dessous. Cela illustre le fait que les PDG ont s’en sont tirés beaucoup mieux que le travailleur moyen ces dernières décennies. Il est également vrai que la rémunération des PDG a connu une croissance plus rapide que celle du marché des titres ou de la productivité de l’économie.

 

En fait, la rémunération moyenne des PDG était de 14,1 millions de dollars en 2012, sur la base d’une mesure incluant la valeur des stock options octroyées en telle ou telle année, et augmente de 12,7% depuis 2011 et de 37,4% depuis 2009. Sur toute la période allant de 1978 à 2012, la rémunération des PDG mesurée en prenant en compte les stock options réellement utilisées a augmenté de 875%, une hausse équivalent à plus du double de la croissance du marché des titres et substantiellement supérieure à la croissance douloureusement lente de 5,4% de la rémunération des travailleurs sur la même période.

 

Le ratio PDG/travailleur

 

Année Stock options réellement utilisées Stock options accordées
1965 20.1 18.3
1966 21.3 19.4
1967 22.5 20.5
1968 23.8 21.7
1969 23.4 21.3
1970 23.1 21.0
1971 22.7 20.7
1972 22.4 20.4
1973 22.1 20.1
1974 23.3 21.2
1975 24.6 22.4
1976 26.0 23.7
1977 27.5 25.0
1978 29.0 26.5
1979 30.9 28.2
1980 33.0 30.0
1981 35.1 32.0
1982 37.5 34.1
1983 39.9 36.4
1984 42.5 38.8
1985 45.3 41.3
1986 48.3 44.0
1987 51.5 46.9
1988 54.9 50.0
1989 58.5 53.3
1990 71.0 64.7
1991 86.1 78.4
1992 104.4 95.2
1993 111.8 99.9
1994 87.3 119.0
1995 122.6 136.8
1996 153.8 183.3
1997 233.0 236.9
1998 321.8 317.7
1999 286.7 301.5
2000 383.4 411.3
2001 214.2 338.7
2002 188.5 236.1
2003 227.5 223.8
2004 256.6 231.2
2005 308.0 242.9
2006 341.4 244.8
2007 351.3 244.1
2008 234.3 225.7
2009 193.2 181.6
2010 227.9 205.9
2011 231.8 214.6
2012 272.9 202.3

 

 

Note : Ce tableau utilise les données de la série sur la rémunération « stock options octroyées », qui inclut les salaires, les bonus, les [restricted stock grants], les stock options accordées, et l’intéressement à long-terme des PDG des 350 entreprises ayant le plus gros chiffre d’affaire. Ce tableau utilise aussi la séries de données sur la rémunération « stock options utilisées », qui inclut les salaires, les bonus, les octrois d’action limités [restricted stock grants], les stock options utilisées, et l’intéressement à long-terme des PDG des 350 entreprises au plus gros chiffre d’affaire.

 

Source : analyse de l’auteur des données de la banque de donnée ExecuComp de Compustat’, du programme statistique Current Employment et des tableaux NIPA du Bureau de l’Analyse Economique.

 

Cette augmentation des salaires des PDG ces dernières années reflète l’amélioration de la situation du marché causée par l’évolution macroéconomique et l’augmentation générale de la profitabilité. Pour la plupart des entreprises, les profits continuent d’augmenter et les cours des actions évoluent dans le même sens. Il semble évident que chaque PDG, pris individuellement, n’est pas responsable de cette amélioration générale des profits ces dernières années, mais tous en profitent clairement. La nette augmentation des rémunérations des PDG ne reflète pas seulement, ni même d’abord, une augmentation de leur contribution à la productivité.

 

Cette analyse établit que les affaires ont repris pour certains américains, mais pas pour tous. Le marché des titres et les profits des entreprises ont rebondi après la Grande Récession, mais le marché du travail reste très déprimé. Les favorisés de la distribution des revenus, y compris de nombreux PDG, connaissent une reprise ferme alors que le travailleur moyen fait toujours l’expérience des effets néfastes d’un marché du travail en stagnation.

 

 

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s