Un juge des Etats-Unis ordonne la publication d’informations sur Guantanamo


 

source : Cubadebate, 17 septembre 2013
Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a traduit cet article.

Un juge américain a ordonné mardi la dé-classification des documents judiciaires détaillant les procédures de sécurité à Guantanamo Bay, en faisant valoir que l’administration Obama n’a pas suffisamment expliqué pourquoi l’information doit être gardée secrète.


En réponse à une requête déposée par un journaliste, le juge Royce Lamberth a ordonné de rendre publique la version complète d’une déclaration sur les procédures de contrôle des détenus à la base navale de Guantanamo présentéé par le commandant de la prison, le colonel d’armée John Bogdan.

Le gouvernement américain a déposé en première instance une déclaration classée, puis une autre publique qui éliminait certaines informations.

Lamberth a déclaré aujourd’hui que le gouvernement n’avait pas réussi à justifier pourquoi il fallait garder cette information sous le régime de confidentialité.

 » Les justifications avancées par le gouvernement pour la protection des documents sont fondées uniquement sur des déclarations générales quand à la nécessité de protéger les renseignements sur les mesures de sécurité et de protection « , écrit le juge.

Le journaliste indépendant Jason Leopold a demandé à Lamberth de déclassifier la totalité de l’instruction de Bogdan après le conflit ouvert sur ​​les nouvelles procédures de fouille des détenus.

En mai dernier, Bogdan a établi une nouvelle pratique de contrôle après la découverte d’articles de contrebande dans les cellules, incluant des armes de fabrication artisanale et des dispositifs électroniques clairement interdits dans la prison.

 

 

La nouvelle pratique que Lamberth a interdite en juillet consistait en ce que les gardes de sécurité plaçaient une main sur l’entrejambe du détenu, en exerçant une pression sur la zone pour « détecter quelque objet collé au corps ».

 

 

À ce qu’il semble, le contrôle des parties génitales était une nouvelle condition imposée aux détenus pour qu’ils puissent se réunir avec leurs avocats en dehors de leurs cellules, dans un autre lieu à l’intérieur de la base. Certains détenus ont commencé à renoncer à cette démarche pour éviter ces contrôles, selon les avocats.

Les avocats des détenus ont fait valoir devant le juge que l’intention de cette pratique n’était pas d’améliorer la sécurité, mais de priver les accusés du droit de consulter leurs avocats, particulièrement suite à une grève de la faim à Guantanamo lancée en Février passé.

166 sont toujours détenus dans la prison de la base américaine de Guantanamo, dont plus des deux tiers ont participé à la protestation.

La prison de Guantanamo ouverte en Janvier 2002 par décision du président George W. Bush dans le contexte de la « guerre mondiale » des Etats-Unis contre le terrorisme après les attentats du 11 Septembre 2001, et a eu plus de 600 détenus.

(Avec l’information de Reuters)

 

 

 

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s