Obama, ses discours et la politique impériale, par Íñigo Sáenz de Ugarte

 

shepard-fairey-barack-obama-1[1]

source : http://www.cubadebate.cu/opinion/2013/05/24/obama-sus-discursos-y-la-politica-imperial/

 

Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a traduit cet article.

 

 

Un haut responsable du Pentagone l’a dit il y a quelques jours au Congrès : la guerre contre le terrorisme (ou Al-Qaïda ou toute force liée à Al-Qaïda) durera pendant 10-20 ans. Ce qui revient à dire qu’elle n’aura jamais de fin. Les guerres ont une fin. C’est ce que déclarait dans The Wire, un policier se moquant du concept de «guerre contre la drogue». Faux, parce que les guerres ont un point final et que sa bataille dans les rues ne jouira jamais de ce privilège.

La même chose peut être dite de la « guerre contre le terrorisme », et cela a été tout à fait clair dans le discours d’Obama jeudi. La seule différence avec l’administration Bush, c’est que ça fait mal à Obama qu’il en soit ainsi, mais il n’y a pas de changement stratégique dans la conception nord américaine de ce conflit. C’est comme dire « cela me fait mal autant qu’à vous », mais nous n’avons pas d’alternative.

Ce qu’il a promis, c’est qu’il y aurait moins d’attaques de drones (avions sans pilote) sur les fronts de la guerre, principalement au Yémen et au Pakistan, par rapport au rythme effréné de son premier mandat. La clé semble être l’attribution de cette responsabilité à l’armée plutôt qu’à la CIA. Ils supposent qu’il peut ainsi y avoir des critères plus stricts et théoriquement moins d’erreurs. Pourquoi en serait-il ainsi ? Fondamentalement, Obama demande ici un acte de foi.

 


Dans le monde réel, qui n’est pas régi par les phrases joliment enchaînées des discours d’Obama, ne vous attendez pas à beaucoup de différence. Obama va continuer à appliquer les principes de la présidence impériale que Bush et Cheney, particulièrement le second, ont appliqué dans leurs années au pouvoir. Le Congrès a autorisé l’usage de la force après les attentats du 11 Septembre et a ensuite signé un chèque en blanc permettant toute opération militaire partout dans le monde contre n’importe quel groupe armé. La charge de la preuve réside dans les messages de ce groupe. S’il adopte la rhétorique d’
Al-Qaïda ou défie la puissance mondiale étatsunienne, alors c’est un objectif légitime pour Washington.

Comme l’a dit, perplexe, le sénateur indépendant du Maine, Agnus King. « Vous avez réécrit la Constitution dans la pratique. » Ils ont inventé le terme de « forces associées ou liées » (avec Al-Qaïda) qui ne figurait pas dans l’autorisation initiale du Congrès. « Il [Ce terme] justifie tout et stérilise, rend inutile le pouvoir de déclaration/non déclaration de guerre du Congrès. » John McCain a déclaré quelque chose d’identique : aucun d’entre nous ne « pensions que le vote de cette loi en 2001 servirait à autoriser des frappes au Yémen et en Somalie. »

Comme à l’ordinaire dans ses discours, les mots d’Obama ont sonné raisonnables et mesurés : « Dire qu’une tactique militaire est légale ou efficace ne signifie pas qu’elle soit intelligente ou morale dans n’importe quelle situation. » Avec l’attitude typique du guerrier réticent, il a appelé le Congrès à collaborer à la tentative de doter cette directive de normes claires, de critères solides, … bref, d’une apparence de légalité et de moralité.

Il est vrai que cette année, le nombre d’attaques de drones a diminué. Spencer Ackerman a repassé les chiffres. Au Pakistan, 45 dans les années Bush. Avec Obama successivement au cours des années, 117, 64, 46 et 13 (en 2013). Au Yémen, il y avait eu 17 entre 2002 et 2011. En 2012: 42. Cette année: 10.

L’idée exprimée dans le discours d’Obama est de travailler avec le Congrès pour parvenir à un consensus pour mettre fin à cet état de guerre permanent sans qu’aucune fin ne pointe à l’horizon. Nous savons déjà comment ses autres tentatives pour parvenir à un accord avec le pouvoir législatif se sont terminées ; ni qu’il ait été particulièrement habile (certainement pas Lyndon Johnson), ni que les républicains ne lui aient laissé beaucoup d’options pour le succès.

« Pas tous les groupes de criminels s’attribuant eux-mêmes le nom d’Al-Qaïda sont une menace crédible pour les Etats-Unis », a-t-il déclaré (évidemment). « Á moins que nous fixions des limites à notre analyse stratégique et à nos actions, nous serons entraînés dans plus de guerres où nous n’avons pas [nécessairement] besoin de combattre ou de continuer à accorder aux présidents des pouvoirs illimités plus approprié pour un conflit armé traditionnel entre nations. »

 

Quel aplomb. Obama a suivi exactement le cadre stratégique de la relation entre l’exécutif et le législatif de l’époque Bush en ce qui concerne l’usage de la force dans les guerres asymétriques, mais sans la rhétorique belliciste. Traduction: le gouvernement fait ce qu’il veut et rend de temps en temps compte au Congrès a posteriori et seulement si les médias ont fait avancer leurs informations.

« Mais cette guerre, comme toutes les guerres, doit prendre fin. C’est ce que l’histoire recommande. C’est ce dont notre démocratie a besoin. »

Encore une fois, des mots excellents, majestueux. La question est : que va faire Obama à ce sujet? Il y a des congressistes des deux partis, mais pas une majorité, qui ont longtemps tenté de faire passer une loi qui annulerait la déclaration ayant donné au gouvernement des pouvoirs illimités après le 11 Septembre. Les autres se contenteraient d’une nouvelle version mise à jour de son contenu qui dans la pratique limiterait la branche exécutive dans sa capacité à entreprendre des actions militaires en n’importe quel point de la planète.

Encore une fois, il faut se demander. Y aura t-il une politique d’Obama qui soit à la hauteur de ses discours?

(Tomado de Guerra EternaDe la guerre éternelle)

 

 

 

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s