Position de classe contradictoire et position de classe indirecte, par Erik Olin Wright

source : Class Counts : comparative studies in class analysis, Cambridge University Press (1997)

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

Le texte ci-dessous est tiré de la conclusion (pp.254-256) de Class Counts : comparative studies in class analysis (La classe compte : analyses de classe comparatives), publié par le sociologue Erik OliN Wright, professeur à l’Université du Wisconsin à Madison, chez cambridge University Press (1997). Changement de Société a eu recours à la version « allégée » de l’ouvrage, conçue pour les étudiants. Wright appartient à la tradition du marxisme analytique. On découvrira ici le concept de « contradictoray class location » (position de classe contradictoire) forgé par Wright pour penser les couches intermédiaires entre la bourgeoisie et le prolétariat, et pour rendre compte des errances de la conscience de classe. Il s’agit d’ailleurs d’une alternative à la fausse conscience de Lukacs, à propos duquel on a déjà publié ici la critique de Wright. On notera que Wright, comme tous les marxistes analytiques (et une partie des marxistes anglo-saxons étrangers à cette tradition), rejette la théorie de l’exploitation du Capital. Lorsqu’il est question d’exploitation, dans la deuxième partie du texte traduit ici, il s’agit non du concept économique d’exploitation de Marx mais d’un concept sociologique propre à Wright. Changement de Société rappelle que le fait de proposer une traduction n’implique pas accord (même partiel) avec l’auteur du texte original.

Dans cette recherche, le problème de savoir ce que signifiait « placer » quelqu’un dans la structure de classe a compté plus que tout autre. Si nous devons articuler le niveau micro et le niveau macro de l’analyse de classe en explorant l’effet de la classe sur la vie et la conscience des individus, il est essentiel de parvenir à une solution de cette question. L’image qu’on peut utiliser veut que une structure de relation de classe génère un ensemble de « places vides » occupées [filled, ndt] par des individus. Pour mener une micro-analyse de classe nous devons à la fois déterminer la façon dont il faut définir ces places vides et ce que cela signifie pour un individu d’être l’occupant de ces places.

L’interprétation traditionnelle

Le marxisme traditionnel a développé une conceptualisation systématique de la structure de classe en demeurant aux plus hauts niveaux de l’abstraction. Les « places vides » dans la structure de classe étaient définies par les relations sociales de propriété à l’intérieur de modes de production spécifiques. Dans les sociétés capitalistes, cela conduisait à la délimitation rigoureuse de deux positions de classe fondamentales capitalistes et les ouvriers, à l’intérieur des relations capitalistes de production. On pouvait leur ajouter des positions de classe enracinées dans diverses sortes de relations de production précapitalistes, en particulier la petite bourgeoisie, dans la simple production de marchandises, et, par endroits, diverses positions de classes relevant des relations féodales de production. Dans de nombreuses analyses concrètes, des références lâches ont été faites à d’autres positions de classe, en particulier la nouvelle classe moyenne des cadres et des professionnels, mais celles-ci n’ont pas reçu de statut conceptuel solide.

Dans la présentation traditionnelle, les individus étaient liés à ces places vides par leur relation direct aux moyens de production : les capitalistes possédaient les moyens de prouction et employaient les ouvriers ; les ouvriers vendaient leur force de travail sur le marché du travail et travaillaient dans les firmes capitalistes ; les petits bourgeois étaient des producteurs directs utilisant leurs propres moyens de production. Chaque position de classe se situait ainsi dans une seule et unique classe. Les individus pouvaient, bien sûr, changer de classe au cours de leur vie, mais à tel ou tel point de leur vie, ils étaient situés dans une classe précise.

La reconstruction initiale

La cadre élaboré dans ce livre tente de reconstruire le concept marxiste traditionnel de structure de classe de deux façon différentes. Premièrement, la carte des places vides a été transformée à travers le développement du concept de position de classe contradictoire dans la relationde classe. AU lieu de définir simplement la position de classe au niveau abstrait du mode de production , j’ai essayé de de développer une interprétation concrète, multidimensionnelle de la façon dont les emplois sont reliés au processus d’exploitation. Plus précisément, j’ai avancé que, en pus de la relation de propriété des moyens de production, l’articulation des emplois au processus d’exploitation est façonnée par leur relation à la domination dans la production (autorité) et au contrôle sur l’expertise et les compétences. Cela génère la carte plus complexe des positions que nous avons utilisée tout au long du livre. Dans cette nouvelle conceptualisation, la « classe moyenne » n’est plus simplement une catégorie résiduelle pour des positions qui n’entrent pas harmonieusement dans les catégories de « capitaliste » et « ouvrier ». Au contraire, les positions de classe moyenne dans la structure de classe sont celles qui sont liées contradictoirement au processus d’exploitation et de domination. Les places vides » dans la structure du rapport de classe ne sont donc plus nécessairement situées dans une seule et unique classe.

La seconde façon dont la conception traditionnelle des positions de classe a été modifiée passe par le concept de positions de classe indirecte [mediated class location, ndt]. Le point essentiel dans le fait d’essayer d’attribuer une position de classe à un individu est de clarifier la nature des expériences vécues et des intérêts matériels qu’un individu est susceptible d’avoir. Etre « dans » une position de classe signifie faire certaines choses et faire l’expérience de certaines choses (expérience vécue) et chacun fait face à des alternatives stratégiques dans la poursuite de son bien-être matériel (intérêt de classe). Les emplois inscrits dans les relations sociales de production sont une des façons dont les individus sont reliés à de tels intérêts et expériences, mais pas la seule façon. La famille fournit un autre ensemble de relations sociales liant les gens à la structure de classe. C’est particulièrement manifeste dans les familles dans lesquelles différents membres ont des emplois dotés de caractères de classe différents. Les individus issus de telles familles ont à la fois une position de classe directe et une position de classe indirecte, et ces deux liens au rapport de classe peuvent ou non avoir le même contenu. Cela introduit un nouveau niveau de complexité dans la micro-analyse de la classe, qui est pertinent en particulier concernant l’interaction de la classe et du genre.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s