Les munitions des Etats-Unis et du Royaume-Uni, « causes de malformations congénitales en Irak »

bombardement-libye

source : rt.com, 14 octobre 2012

Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a traduit cet article.

Les munitions des armes des États-Unis et du Royaume-Uni ont été liées à des malformations cardiaques, des dysfonctionnements du cerveau et des difformités des membres, selon une étude récente. Le rapport a révélé une augmentation choquante des malformations congénitales chez les enfants irakiens conçus après l’invasion américaine.

Intitulé « La contamination par les métaux et l’épidémie de malformations congénitales dans les villes irakiennes, » l’étude a été publiée par le Bulletin de la Contamination Environnementale et de la Toxicologie. Il a révélé un lien entre l’activité militaire dans le pays et un nombre accru de malformations congénitales et de fausses couches.

Le rapport, qui peut être trouvé ici, contient également des images graphiques d’enfants irakiens nés avec des malformations congénitales. (Les images n’ont pas été publiées sur RT en raison de leur contenu dérangeant.) Il documente 56 familles de Fallujah, qui a été envahie par les troupes américaines en 2004, et examine les naissances à Bassorah dans le sud de l’Irak, qui a été attaquée par les forces britanniques en 2003.

L’étude a conclu que les munitions américaines et britanniques sont responsables du taux élevé de fausses couches, des niveaux toxiques de contamination par le plomb et le mercure et de la forte augmentation des malformations à la naissance, allant des malformations cardiaques congénitales à des dysfonctionnements du cerveau et à la difformité des membres.

Falloujah, à environ 40 miles à l’ouest de Bagdad, a été l’épicentre de ces divers risques pour la santé. La ville a d’abord été envahie par des Marines américains au printemps 2004, puis à nouveau 7 mois plus tard. Une partie de l’artillerie lourde de l’arsenal américain y a été déployée au cours de l’attaque, dont des obus au phosphore.

Des traits lumineux dans la nuit, le ciel avant le début d’un bombardement américain sur la ville irakienne de Falloujah le 8 Novembre 2004.

(Reuters / Eliana Aponte)

Découvertes choquantes

Entre 2007 et 2010, à Falloujah, plus de la moitié de tous les bébés répertoriés sont nés avec des malformations congénitales. Avant la guerre, ce chiffre était d’environ de un sur 10. En outre, plus de 45 pour cent de toutes les grossesses répertoriées se sont terminées par une fausse couche entre 2005 et 2006, comparativement à seulement 10 pour cent avant l’invasion.

À la Maternité de l’Hôpital de Bassorah, plus de 20 bébés sur 1000 naissent avec des malformations en 2003, un taux 17 fois plus élevé que celui enregistré durant la décennie précédente.

Dans l’ensemble, l’étude a révélé que le nombre de bébés dans la région, nés avec des malformations congénitales a augmenté de plus de 60 pour cent (37 sur 1000 sont maintenant nés avec des malformations) au cours des sept dernières années. Cette hausse est liée à une exposition accrue aux métaux rejetés par les bombes et les balles utilisées au cours de la dernière décennie.

Les échantillons de cheveux de la population de Fallujah ont révélé des taux de plomb chez les enfants avec des malformations congénitales cinq fois plus élevé que chez les autres enfants, des niveaux de mercure six fois plus élevé. Les enfants de Bassorah atteints de malformations congénitales ont trois fois plus de plomb dans les dents que les enfants vivant dans des zones non touchées par l’artillerie.

L’étude a révélé une «empreinte de métaux dans la population», indique Mozhgan Savabieasfahani, l’une des principaux auteurs de ce rapport. Savabieasfahani est une toxicologue de l’environnement au Département de la santé publique de l’Université du Michigan.

« L’exposition in utero à des polluants peut changer radicalement l’issue d’une grossesse par ailleurs normale. Les concentrations de métaux que nous voyons chez les enfants de Falloujah atteints de malformations congénitales indiquent clairement que les métaux ont participé à la manifestation d’anomalies congénitales chez ces enfants », a t-elle dit.

Les combats intenses en Irak menés par les États-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas les seuls maux ayant atteint les enfants

dans des villes comme Falloujah et Bassora –

Une nouvelle étude a révélé une augmentation choquante des malformations congénitales chez les enfants conçus après l’invasion.

(AFP Photo / Odd Andersen)

 

Les résultats préliminaires de l’étude, publiée en 2010, ont conduit à une enquête en profondeur sur Falloujah par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont les résultats seront publiés le mois prochain. L’enquête devrait montrer une augmentation des malformations congénitales à la suite de la guerre en Irak.

Selon l’OMS, une femme enceinte peut être exposée au plomb ou au mercure par l’air, l’eau et le sol. La femme peut alors passer cette exposition à son enfant à naître au travers de ses os, et des niveaux élevés de toxines peuvent endommager les reins et le cerveau, rendre aveugle, provoquer des convulsions, le mutisme, le manque de coordination et même la mort.

Les États-Unis et le Royaume-Uni « ignorent »

des anomalies congénitales à la naissance.

Le Département de la Défense des États-Unis a répondu au rapport en affirmant qu’il n’y a pas de rapports officiels indiquant un lien entre l’action militaire et des malformations congénitales en Irak.

« Nous ne sommes pas au courant de quelque rapport officiel indiquant une augmentation des malformations congénitales à Al Basrah ou Fallujah qui pourrait être liée à l’exposition à des métaux contenus dans les munitions utilisées par les États-Unis ou la coalition des partenaires», a dit un porte-parole du département américain de la Défense à The Independent. « Nous prenons toujours les problèmes de santé publique très au sérieux pour toute la population vivant maintenant dans un théâtre de combat. Les munitions non explosées, y compris les explosifs improvisés, sont un danger reconnu.»

Un porte-parole du gouvernement britannique a également dit qu’il n’y avait pas de « preuves scientifiques fiables ou médicales pour confirmer un lien entre les munitions conventionnelles et des malformations congénitales à Bassorah. Toutes les munitions utilisées par les forces armées britanniques s’inscrivent dans le droit humanitaire international et sont compatibles avec la Convention de Genève. »

 

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s