Syrie : déclaration des communistes iraniens du Tudeh : « Nous dénonçons les manœuvres bellicistes de l’impérialisme contre la Syrie »

drapeau-syrie

Article publié dans l’organe central du Parti Tudeh d’Iran (Nameh Mardom)

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Ensemble avec les forces éprises de liberté et le peuple de Syrie, côte à côte avec toutes les forces progressistes et pacifistes du Moyen-orient et du monde entier, nous lançons un appel à la fin immédiate des affrontements armés en Syrie et à une résolution négociée de la crise socio-politique que connaît le pays.

Le Parti Tudeh d’Iran suit avec beaucoup d’inquiétude les derniers événements politiques en Syrie et autour d’elle, dans la région. Après vingt-et-un mois d’affrontements violents et sanglants qui ont causé la mort de dizaines de milliers de personnes, et en raison des interventions de l’impérialisme et de ses actions délibérées pour effacer toute possibilité de résolution politique du conflit par la voie négociée, la Syrie est désormais au bord d’une véritable guerre civile.

Les affrontements armés ont provoqué la destruction de villes et de villages syriens, et ont infligé des dégâts irréparables, tant humains qu’économiques. Les dirigeants de l’OTAN ont récemment annoncé que des systèmes de missiles Patriot seraient stationnés le mois prochain le long de la frontière turco-syrienne. Les États-Unis, et d’autres pays-clés de l’OTAN, ont de façon explicite et irresponsable étendu leurs actions illégitimes et belliqueuses visant la Syrie. Avec une implication directe dans l’organisation de sommets de l’opposition à Bachar el-Assad, à Doha au Qatar, et la constitution d’une coalition réactionnaire de forces liés à l’impérialisme et de salafistes sous le nom de « Coalition nationale des forces d’opposition et de la révolution » révèle le rôle direct des États-Unis dans les manœuvres de déstabilisation du régime en place en Syrie. A la suite de la rencontre de Doha, la France, la Grande-Bretagne, la Turquie, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Etats-unis, l’un après l’autre, ont reconnu la « Coalition nationale des forces d’opposition et de la révolution » comme force représentant le peuple de Syrie.

Après la rencontre de Doha, le Japon a accueilli des représentants de 60 pays du monde entier pour discuter de sanctions économiques contre le régime Syrien. Et le 12 décembre, le Maroc a accueilli la conférence des soi-disant « Amis de la Syrie » montée par les États-Unis avec la participation active de la Grande-Bretagne et de la France, et avec comme objectif de trouver un prétexte pour fournir une aide militaire de grande ampleur à des groupes islamistes extrémistes liés aux États de l’OTAN et à d’autres cercles de droite et réactionnaires. A la suite de la conférence au Maroc, il a été annoncé que 100 pays à travers le monde soutenait les réactionnaires de la « Coalition nationale ». L’Arabie saoudite a alloué 100 millions de dollars aux groupes d’opposition au régime syrien. Les groupes djihadistes et les salafistes reçoivent l’essentiel de leurs armes des États de l’OTAN, tel la Turquie, et bénéficient de l’aide de leurs conseillers militaires. La décision de l’OTAN de positionner des systèmes de missile Patriot le long des frontières de la Turquie avec la Syrie est la première étape pour imposer une zone de non-exclusion aérienne pour les avions Syriens et par conséquent intensifier le bombardement des régions stratégiques du pays. C’est exactement le scénario employé pendant l’action militaire engagée par les États de l’OTAN lors de l’attaque contre la Libye en 2011. Le positionnement des systèmes de missile Patriot pourrait également être utilisé dans d’autres projets de l’impérialisme au Moyen-orient, notamment comme menace militaire contre l’Iran. C’est un fait qu’en cas de dégradation à venir de l’affrontement entre les États-Unis et l’Iran, ces systèmes de missile pourraient être utilisés pour contrer les systèmes de missile iraniens.

Le Parti Tudeh juge que les actions interventionnistes et provocatrices des États de l’OTAN, et surtout des États-Unis, ont fait concrètement obstacle à toute résolution pacifique de la situation en Syrie, et ont pris le risque d’une guerre totale et imminente au Moyen-orient. Que cette situation perdure n’est pas dans l’intérêt de la lutte des nations dans cette région, y compris le peuple syrien, pour de grandes réformes sociales, politiques radicales et progressistes.

Ensemble avec les forces éprises de liberté et le peuple de Syrie, côte à côte avec toutes les forces progressistes et pacifistes du Moyen-orient et du monde entier, nous lançons un appel à la fin immédiate des affrontements armés en Syrie et à une résolution de la crise socio-politique que connaît le pays par la voie des négociations.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s