Cuba appelle l’UNESCO à promouvoir des changements continus et permanents

Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a traduit cet article.

source : Cubadebate, 9 Octobre 2012

Le représentant de Cuba au Conseil exécutif de cette organisation, Juan Antonio Fernandez a lancé un appel à l’impulsion de transformations continues et permanentes jusqu’à ce que la refondation de l’Unesco soit réalisée.

« L’Unesco doit et a à changer. Elle a effectivement besoin de rajeunir et de promouvoir un changement d’esprit avec un nouvel humanisme », a t-il dit.

Dans son intervention devant le Conseil exécutif de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), Fernandez a expliqué que dans le monde actuel les problèmes posés à la laïcité se suivent et restent en suspens.

L’écart [abîme] croît entre riches et pauvres perpétuant le sous-développement structurel et le capitalisme sauvage au visage néolibéral, cultive des antivaleurs comme l’égoïsme, la guerre et le pillage des ressources naturelles, a ajouté Fernández.

Par ailleurs, a-t-il dit, les jeunes trouvent un monde qui navigue de crise en crise, qui les exclut et leur refuse tant la possibilité de travailler qu’une éducation de qualité et marginalise la culture et la connaissance scientifique.

 

Dans ce contexte, a t-il dit, la crise d’impayé à l’Unesco, compte tenu du chantage financier de la part du principal contributeur (USA), doit être gérée comme une opportunité pour la réforme structurelle de l’organisation, afin de la rendre plus efficiente et lui permettre de retrouver son rôle d’avant-garde dans le système international.

 

En cet instant, en matière d’éducation, bien loin de ne plus trouver que quelques personnes analphabètes résiduelles dans ce monde, il y en a près de 800 millions, dont les deux tiers sont des femmes et des filles, nous ne pouvons pas accepter la reddition devant cet échec, a t-il dit.

En matière scientifique, a-t-il dit, nous ne pouvons pas partager une conceptualisation erratique tendant à expliquer la pauvreté comme effet du changement climatique.

Fernandez a appelé à rétablir l’équilibre entre les sciences naturelles et sociales, ainsi que les contributions de ces dernières dans la discussion, l’explication et la solution des facteurs économiques, politiques et sociaux qui développent la pauvreté et la reproduisent.

En ce qui concerne la culture, il a déclaré qu’il ne faut pas rater l’occasion d’établir son lien avec le développement et l’accès à l’information et à la connaissance.

« La crise est temporaire. Les changements que nous proposons doivent être continus et permanents jusqu’à refonder l’organisation. Cela devrait se conclure par une Unesco rajeunie, dynamique, ancrée dans ses principes fondateurs et internationalement reconnue pour sa contribution au développement », a déclaré Fernandez.

Le représentant de Cuba à cette 190ème session du Conseil exécutif a conclu son discours par un salut à la République bolivarienne du Venezuela pour sa brillante démonstration de l’exercice démocratique qui a confirmé la réélection du président Hugo Chavez.

(Extrait de Prensa Latina)

 

 

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s