Déclaration commune de 15 partis communistes de toute l’Union européenne appelant à une opposition maximale au Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) dans l’Union économique et monétaire et le Traité révisé sur le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net

L’Union européenne et les classes dirigeantes des États-membres sont décidés à faire payer le prix fort au peuple pour la crise de plus en plus profonde que rencontre le système.

Nous, partis communistes et ouvriers des États-membres de l’Union européenne, appelons les travailleurs de toute l’Europe à résister et à s’opposer à l’adoption du Traité sur la stabilité, de la coordination et de gouvernance dans l’Union économique et du traité révisé sur le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Les deux traités instaureraient dans les États-membres de la « zone euro », et en réalité dans tous les autres pays signant ces accords, l’austérité économique à perpétuité, avec des coupes de plus en plus importantes dans les dépenses publiques, des augmentations des impôts indirects, des baisses de salaire, la poursuite de la libération des marchés et de la privatisation des entreprises et des services publics, des ressources nationales fondamentales.

Il s’agit d’une stratégie visant à créer une Europe des bas salaires, avec des dépenses publiques réduites au minimum, une pauvreté massive et des travailleurs privés de l’essentiel de leurs droits. Ces traités visent à faire de ces mesures un horizon indépassable de l’UE, sur lequel il serait impossible de revenir en arrière.

L’impact de ces traités ne se réduira pas aux États-membres de la zone Euro. Il offrira un point d’appui pour de nouvelles attaques contre les droits des travailleurs et leurs conditions de travail dans l’ensemble de l’UE. Les classes dirigeantes ont déclaré une guerre ouverte contre les travailleurs dans le cadre d’une offensive généralisée.

Ces traités sont pensés comme étant un moyen de neutraliser la capacité des formations ouvrières à l’échelle nationale à influer ou à changer les politiques sociales et économiques nationales. Dans la lignée des traités précédents, ils bloquent pour la classe ouvrière toute perspective de se défendre par ses propres moyens ou d’avancer une alternative de progrès social, une alternative socialiste.

Ils instaureront l’austérité perpétuelle par une ingérence extérieure permanente des institutions de l’UE dans les affaires des États-membres, pour ce qui est de leur politique économique et sociale, dans les intérêts du capitalisme monopoliste.

Dans cette perspective, ils peuvent compter sur la collaboration active de la classe dirigeante et de leurs représentants politiques, dans chaque pays. Ces traités iront plus loin dans la négation et la remise en cause des droits nationaux et souverains.

Toute politique menée par les classes dirigeantes, à travers l’Europe, ne visera inévitablement qu’à faire payer au peuple la crise du capitalisme. Défendre les intérêts de la classe ouvrière ne pourra passer que par l’affrontement et la rupture avec ce système destructeur.

Nous, partis communistes et ouvriers, apprécions à sa juste valeur et saluons la réponse de masse apportée par les travailleurs et les autres couches sociales touchés par ces mesures et par les politiques du grand capital, en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne et en Italie et appelons les travailleurs et leurs syndicats, les organisations populaires de masse, à résister à ces attaques réitérées, à se mobiliser et à affirmer une réponse de classe à la crise du capitalisme monopoliste d’État.

Dans les batailles immédiates que nous menons actuellement, nos partis porteront la vision du Socialisme comme réponse à la crise du système capitaliste.

Partis signataires :

Nouveau Parti communiste des Pays-Bas

Parti du travail de Belgique

Parti communiste de Grande-Bretagne

Parti communiste portugais

Parti communiste de Finlande

Parti communiste au Danemark

Parti communiste du Luxembourg

Parti communiste d’Irlande

Parti communiste ouvrier hongrois

Parti communiste de Grèce

Parti des communistes Italiens

Parti communiste de Malte

Parti communiste de Pologne

Parti communiste d’Espagne

Parti communiste de Suède

2 commentaires

  1. Il me parait y avoir un oubli, la liste est incomplète!

    • Oui , il n’y pas tous les partis communistes . D’autre part , quelque chose m’échappe dans leur dénomination : par exemple en Suède , le Parti Communiste ne s’appelle pas PC mais LP ( Lenkspartiet ) à moins qu’il y ait eu une scission .
      Au Luxembourg , il y en a 2 donc là c’est le PCL mais pas Dei Lenk …
      Et en France …
      Pourquoi ,sur cette question où je pense il y a convergence ( justement) ne sont-ils pas réunis ?


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s