Cuba met en branle sa démocratie, par Raul Menchaca Lopez

source : Cuba Ahora (Cuba), 20 Août 2012

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société.

Plus d’un français pense qu’il n’y a pas d’élections à Cuba ou suppose quand il croit qu’il y en a que les candidats sont désignés par le Parti Communiste. Cela tient à deux raisons : d’une part, la presse européenne ne parle jamais des élections cubaines et, d’autre part, le système électoral dans l’île est très différent de ce que l’on connaît ailleurs. Le mandat de Raul Castro, et de l’intégralité des députés de l’Assemblée Nationale cubaine, d’où sont issus le gouvernement et le conseil des ministres, arrive à son terme. Cuba se prépare donc à de nouvelles élections générales.

Cuba a mis en branle le mécanisme démocratique complexe, qui impliquera plus de 8,5 millions de personnes et dont l’apogée sera marquée par les élections générales, terme d’un processus qui commencera en octobre prochain, avec l’élection des délégués aux assemblées municipales du Pouvoir Populaire.

Dans le processus électoral original de Cuba, où les candidats sont choisis par le peuple au lieu d’être nommés par un quelconque parti politique, la présence des femmes et des jeunes est une preuve d’excellence, étant donné que les riverains sélectionnent les plus capables et ceux dont le parcours est le plus exemplaire, tant dans leur communauté qu’au travail.

Le premier détail qui saute aux yeux est que, dans l’île, sous le Décret-Loi 248, qui porte sur le Système d’Identification et de Recensement des Électeurs, les listes électorales sont actualisées en permanence avec les données apportées par les intéressés, qui peuvent par ailleurs les modifier si des erreurs y apparaissent.

Ces listes électorales sont publiques, puisqu’elles sont affichées dans chaque circonscription à des endroits visibles pour tous les citoyens.

Pour ces élections, les assemblées publiques qui éliront ceux qui, pour leur mérite individuel, reçoivent la reconnaissance du peuple, se tiendront sur plus de 50 900 sites entre le 3 et le 29 septembre. Ces candidats constituent la réserve à partir de laquelle sont constituées les assemblées municipales, provinciales et le Parlement, et sont, par ailleurs, chargés en dernière instance d’exécuter la politique gouvernementale.

L’article 80 de la Loi Électorale établit que ces réunions exigent une présence massive des électeurs de la zone et que pour être sélectionné comme délégué à l’assemblée municipale du Pouvoir Populaire, il est nécessaire d’avoir 16 ans. Un autre impératif est d’avoir un niveau d’instruction suffisant et d’habiter dans une circonscription électorale de la municipalité au sein de laquelle on est élu.

Dans les assemblées de désignation, ceux qui veulent proposer un candidat à la délégation doivent demander la parole et, à chacun à son tour, exprimer ses raisons et arguments en faveur de sa proposition. Pour que la proposition soit soumise au vote, elle doit être approuvée par l’individu désigné et être débattue par les autres participants s’ils le souhaitent.

Conformément à la Constitution, tous les cinq ans, les députés rejoignant l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire sont élus, en même temps que les délégués des assemblées provinciales, alors que les instances municipales se renouvellent tous les deux ans et demi.

La Loi Électorale stipule que l’organisation des élections générales dans le pays a pour but la désignation des députés de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire, de son président, de son vice-président et de son secrétaire. Ce scrutin a également pour objectif d’élire le président, le premier vice-président, les vice-présidents, le secrétaire et les autres membres du Conseil d’État de la République.

Le trait distinctif de nos scrutins est la participation populaire, puisque c’est le peuple qui nomme et désigne directement ses représentants. La population participe aux élections, dans lesquelles le vote est libre, égalitaire, direct et secret ; aucune campagne politique n’est permise, quel que soit le candidat, et chaque citoyen est inscrit d’office et gratuitement sur les listes électorales.

Les résultats des élections tenues pour les trente-cinq ans d’existence du pouvoir Pouvoir Populaire, de même que l’activité déployée par les délégués et députés et par les organes représentatifs qu’ils intègrent confirment la légitimité de notre système politique socialiste et de notre démocratie, qui, une fois encore, se met en branle.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s