La montée des drones tueurs. Comment l’Amérique va en guerre en secret, par Michael Hastings

source : Rolling Stone (Etats-Unis), 16 avril 2012

Changement de Société remercie Maurice Lecomte, qui a traduit cet article.

Un jour de la fin novembre 2011, un véhicule aérien sans pilote a décollé de la base aérienne de Shindand dans l’ouest de l’Afghanistan, à 75 miles de la frontière avec l’Iran. La mission du drone : espionner le programme nucléaire de Téhéran, aussi bien que n’importe quelles activités d’insurgés que les Iraniens pourraient soutenir en Afghanistan. Avec une étiquette d’affichage de prix estimé de 6 millions de dollars, le drone est le produit de plus de 15 ans de recherche et développement, à commencer par un projet développé secrètement, DarkStar supervisé par Lockheed Martin. Le premier vol d’essai pour DarkStar a eu lieu en 1996, mais après un crash et d’autres mésaventures, Lockheed a annoncé que le programme avait été annulé. Selon des experts militaires, cela a juste été une excuse commode pour « éteindre » DarkStar afin de poursuivre secrètement son développement ultérieur.

Le drone qui a été dirigé vers l’Iran, le RQ-170 Sentinel, ressemble à une version miniature du célèbre avion de chasse furtif, le Nighthawk F-117 : élégant, de couleur sable et vaguement inquiétant, avec un oeil en forme de dôme unique en place d’un poste de pilotage . Avec une envergure de 65 pieds, il a la capacité de voler sans pouvoir être détecté du radar. Plutôt que d’indiquer son emplacement par un flux constant de signaux radio – l’équivalent électronique d’une traînée d’échappement à réaction – il communique par intermittence avec sa base d’attache, ce qui rend sa détection pratiquement impossible. Une fois qu’il a atteint sa destination, 140 miles dans l’espace aérien iranien, il peut planer silencieusement dans un large rayon pendant des heures, à une altitude de 50.000 pieds, fournissant un flot ininterrompu de photos de reconnaissance détaillées – un exploit qu’aucun pilote humain ne serait capable de réaliser.

Peu de temps après le décollage – une manœuvrer gérée par des opérateurs de drone en Afghanistan – le fonctionnement du RQ-170 a été basculé dans un mode semi-autonome, la suite du parcours préprogrammé sous la direction de pilotes de drones assis devant des écrans d’ordinateur à quelques 7.500 miles de là, sur la base de l’Armée de l’Air [Creech Air Force Base] du Nevada. Mais avant que la mission ne soit terminée, quelque chose n’a plus été. Un des trois flux de données du drone a dysfonctionné et a commencé à envoyer des informations inexactes à la base. Ensuite, le signal a disparu, et tout contact a été perdu avec le drone.


Aujourd’hui, même après une enquête de 10 semaines des autorités américaines, on ne sait pas exactement ce qui s’est passé. Les Iraniens, comme ils ne le prétendront plus tard, ont-ils piraté le drone et fait descendre ? Les Chinois les ont-ils aidé ? S’agit du cas d’une attaque sophistiquée – nécessité de rompre et d’ouvrir le cerveau chiffré du drone pour à distance le piloter au sol – ou d’une voie de fait plus grossière ayant provoqué le blocage du signal du drone et amené à s’écraser ? Ou bien les opérateurs du drone à l’arrière à Creech ont-ils simplement fait une erreur, provoquant un pépin qui a déclenché l’atterrissage de l’avion ? « Après un foirage technique, les gens ont-ils paniqué et commencé à essayer de le réparer, faisant des choses qu’ils n’auraient pas dû faire », indique Ty Rogoway, un expert en drone qui dirige un site web relatif à l’aviation industrielle, Aviation Intel. « Cela a été louche dès le premier jour ».

Ce que nous savons, c’est que le gouvernement a menti concernant qui avait la responsabilité du drone. Peu de temps après le crash le 29 Novembre, le commandement militaire américain à Kaboul a publié un communiqué de presse disant qu’il avait perdu un « avion de reconnaissance non armé piloté pour une mission sur l’ouest de l’Afghanistan ». Mais le drone n’était pas sous le commandement de l’armée – il était exploité par la CIA, comme l’agence d’espionnage elle-même a plus tard été forcée de l’admettre.


Dix jours après l’accident, le drone manquant était exposé dans un grand gymnase à Téhéran. L’armée iranienne affichait l’avion capturé comme un trophée, un drapeau américain accroché sous le drone, ses étoiles remplacées par des crânes. Le drone semblait presque indemne, comme s’il avait atterri sur une piste. Les Iraniens ont déclaré que de tels vols de surveillance constituaient un « un acte de guerre, » et ont menacé d’exercer des représailles en attaquant des bases militaires américaines. Le président Obama a exigé que l’Iran rende le drone, mais le mal était fait. « C’est comme si quelqu’un d’Apple laissait un prototype du prochain iPhone dans un bar », explique Peter Singer, un spécialiste de la défense à la Brookings Institute et auteur de Raccordés pour la Guerre : la Révolution Robotique et les Conflits au 21ème siècle. « Cela a été une victoire de propagande pour l’Iran. »


L’incident a aussi souligné le rôle de plus en plus central que les drones jouent maintenant dans la politique étrangère américaine. Pendant l’invasion de l’Irak en 2003, l’armée n’a conduit qu’une poignée seulement de missions de drones.
Aujourd’hui, le Pentagone déploie une flotte de 19.000 drones, comptant sur eux pour des missions classifiées qui autrefois appartenaient exclusivement aux unités des Forces Spéciales ou à des agents secrets sur le terrain. Des drones américains ont été envoyés pour espionner ou tuer des cibles en Iran, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen, en Syrie, en Somalie et en Libye. Les drones patrouillent régulièrement à la frontière mexicaine et ils ont fourni la surveillance aérienne du complexe d’Oussama ben Laden à Abbottabad, au Pakistan.

  • Dans ses trois premières années de mandat, Obama a déclanché 268 attaques secrètes de drones, cinq fois le total ordonné par George W. Bush pendant ses huit ans en fonction.
  • En tout, les drones ont été utilisés pour tuer plus de 3.000 personnes désignées comme des terroristes, y compris au moins quatre citoyens américains.
  • Dans ce processus, selon les groupes de défense des droits de l’homme, ils ont aussi pris la vie de plus de 800 civils DÉCLARÉS.

Le programme de drones d’Obama, en fait, représente la plus grande offensive aérienne sans pilote jamais conduite dans l’histoire militaire ; jamais nous n’avons été si peu pour tuer autant, et ce par la télécommande.

L’utilisation de drones transforme rapidement la façon dont nous allons à la guerre. Sur le champ de bataille, un chef d’escouade peut recevoir des données à partir d’un drone en temps réel, qui lui permettent de voir le paysage des miles dans toutes les directions, élargissant considérablement les capacités de ce qui aurait été normalement une petite unité isolée. « Il a démocratisé l’information sur le champ de bataille », explique Daniel Goure, un expert en sécurité nationale qui a servi dans le Département de la Défense pendant les deux administrations Bush. « C’est comme une version de reconnaissance de Twitter. » Les drones ont aussi radicalement modifié la CIA, transformant une agence réunissant et rassemblant l’intelligence civile en une véritable opération paramilitaire – celui qui enregistre par habitude presque autant de scalps que n’importe quelle branche de l’armée (les militaires).

Mais les implications des drones vont bien au-delà d’une unité de combat ou d’un organisme civil. À une échelle plus large, la nature du contrôle à distance des missions sans équipage pour faire la guerre permet aux politiciens de faire la guerre en se réclamant de ne pas être en guerre – c’est ce que font actuellement les États-Unis au Pakistan. Qui plus est, le Pentagone et la CIA peuvent maintenant lancer des frappes militaires ou ordonner des assassinats sans mettre une seule botte sur le terrain – et sans se soucier de la réaction publique interne quand les soldats américains rentrent à la maison dans des sacs mortuaires. L’immédiateté et le secret des drones rendent plus facile que jamais aux dirigeants la libération de la puissance militaire de l’armée américaine pour frapper – et plus difficile que jamais l’évaluation des conséquences de telles attaques clandestines.

« Les drones sont vraiment devenus l’arme de choix de l’administration Obama contre le terrorisme », explique Rosa Brooks, un professeur de droit de Georgetown qui a aidé à établir un nouveau bureau du Pentagone consacré à la politique juridique et humanitaire. « Je ne pense pas que nous soyons parvenus à faire le pas de recul nécessaire pour parvenir à nous demander ; « Ne sommes-nous en train de créer plus de terroristes que nous en tuons ? Ne sommes-nous en train de favoriser le militarisme et l’extrémisme dans les mêmes lieux où nous essayons de l’attaquer ? En grande partie les frappes de drones sont toujours faites en secret. Il est très difficile d’évaluer de l’extérieur le sérieux d’une menace grave que poserait les personnes ciblées. »

La notion de surveillance aérienne militaire remonte à la guerre civile, quand tant l’Union que la Confédération ont utilisé les montgolfières pour espionner l’autre côté, suivant à la trace les mouvements de troupe et aidant à orienter les tirs de l’artillerie. En 1898, pendant la Guerre espagnole-américaine, l’armée U.S. a truqué un cerf-volant avec un appareil photo, produisant les premières photos de reconnaissance aériennes. Lorsque les avions ont été introduits lors de la Première Guerre mondiale, leur utilisation a suivi un schéma repris plus tard par les drones – la première technologie déployée l’a été en tant que moyen de surveillance, et par la suite comme moyen de tuer l’ennemi.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les scientifiques Nazis ont expérimenté des missiles radioguidés pour leur bombardement de l’Angleterre – la création, en substance, du premier drone a été le kamikaze. Mais ce n’est qu’à la fin des années 1950, quand l’Amérique et la Russie rivalisaient pour conquérir l’espace, que les scientifiques ont compris comment piloter des engins sans un homme à bord : le lancement de satellites par exemple, ou la commande à distance de la direction des fusées ou des missiles. Il y a eu aussi des changements technologiques significatifs qui ont commencé à rendre faisables des drones. « Nous construisons des moteurs et des systèmes de guidage plus petits et nous avons amélioré notre communication et les capacités de calcul, » explique Goure.

La première utilisation de drones modernes s’est faite pendant la Guerre du Viêtnam, quand le Pentagone a testé des véhicules aériens sans pilote pour ce que l’armée a appelé les ISR : intelligence, surveillance et reconnaissance. « Le Viêt-Nam a été décisif pour le développement de drones comme outils parfaits pour exécuter des missions dangereuses sans risque de perdre un pilote, » dit l’historien de l’aviation David Cenciotti. À la fin de la guerre, les drones avaient réalisé environ 3.500 missions de reconnaissance au Viêt-Nam. L’Armée de l’air a aussi développé deux drones d’attaque – le BGM-34A et le BGM-34B Firebee – mais ne les a jamais utilisés pour le combat : les capteurs n’étaient pas encore capable d’identification des cibles camouflées avec l’exactitude nécessaire à l’armée.

Dans les années suivant le Viêt-Nam, beaucoup d’avances technologiques sur des drones ont été faites par Israël, qui les a utilisées pour contrôler la Bande de Gaza et effectuer des assassinats ciblés. Pendant les années 1980, l’armée de l’air israélienne a vendu plusieurs de ses modèles au Pentagone, y compris un drone appelé le Pionnier. Le Pionnier, qui pourrait être lancé de navires de guerre ou de bases militaires, avait une portée de vol de 115 miles. Les Américains l’ont rapidement utilisé pendant la Première Guerre du Golfe : Dans un des moments les plus absurdes du conflit, un groupe de soldats irakiens s’est rendu à un Pionnier, agitant des draps de lit blancs et des T-shirts au drone alors qu’il leur tombait dessus. Le Pionnier sera finalement utilisé dans plus de 300 missions dans le Golfe Persique et sera plus tard déployé dans des efforts visant à stabiliser Haïti et les Balkans pendant les années 1990.

Dès 2.000, le Pentagone insistait pour une expansion massive du programme de drones, escomptant en faire un tiers des avions sans pilote des Etats-Unis avant 2010. Mais c’est la guerre contre la terreur qui a finalement permis à l’armée de militariser les drones, en lui donnant la capacité de les utiliser sur des cibles désignées. Le premier succès majeur du drone assassin Predator a été l’attaque contre un convoi en 2002, qui a assassiné le chef d’Al-Qaïda au Yémen. Dès 2006, le Pentagone a revu son objectif à la hausse, visant à convertir 45% de sa flotte d’aéronefs pour la « frappe en profondeur » en drones. « Avant les drones, la voie pour aller chercher les terroristes consistait dans l’envoi de vos troupes, »dit Goure. » Vous envoyiez votre Marine, vous envoyiez vos Marines, comme Reagan l’a fait avec Kadhafi dans les Années quatre-vingt. Vous alliez bombarder leur camp. Maintenant vous avez les drones qui peuvent être exploités par l’armée ou la C.I.A. à partir de milliers de miles de là. »


La commodité amenée par les drones pour tuer à bon marché -la mort par télécommande- en fait un article de choix tant pour la promotion des puissances militaires, que de la même façon, des despotes de pacotille.
Le marché mondial des véhicules aériens sans pilote est maintenant de 6 milliards de dollars par an, avec plus de 50 pays se déplaçant pour acquérir des drones. Au cours de la dernière décennie, l’armée a testé une grande variété d’avions sans pilote -des microdrones qui fonctionnent sur des batteries minuscules à ceux avec des envergures de 200 pieds, propulsés par du kérosène ou de l’énergie solaire. Les drones utilisés en Irak et en Afghanistan -le Prédator et le Reaper- ressemblent à de grands avions et coûtent 13 millions de $ chacun. Un drone de la taille du 727, le Faucon Global Hawk, a été utilisé après le tsunami au Japon et le tremblement de terre à Haïti pour fournir une vue d’ensemble des désastres aux opérations de secours. Un des plus grands drones en développement est aujourd’hui le SolarEagle, conçu par Boeing et la DARPA, l’aile en recherche expérimentale du Département de la Défense. Avec une envergure de plus de 400 pieds, le SolarEagle va être capable de rester en air pendant cinq ans d’affilé, remplaçant essentiellement des satellites de surveillance, qui sont coûteux à mettre en orbite.

Dans un premier temps, de nombreux pilotes ont résisté à l’avance des drones, les considérant comme rien d’autre qu’un remplaçant robotique des pilotes de chasse hautement qualifiés. « Il y a eu une lutte culturelle forte », explique Doug Davis, directeur du Programme de l’Initiative Stratégique Mondiale d’Avions Sans Pilotes (Global Unmanned Aircraft Systems Strategic Initiatives) à la New Mexico State University, la seule zone civile de test pour les drones dans la nation. « Personne n’aime à penser être en phase de perte de son emploi. » Les tensions ont été exacerbées quand l’Armée de l’air a sélectionné ses opérateurs de drones sur une base « non volontaire », les extrayant de leur cockpit pour les placer dans une salle de contrôle contre leur volonté. Maintenant, étant donné le profil élevé et les perspectives d’avenir des drones, les pilotes font la queue pour les faire fonctionner, se portant volontaire pour un cours de formation intensif d’un an qui inclut des missions simulées. »Il y a plus d’enthousiasme pour le travail, », explique le Lieutenant-Général David Deptula, un pilote de chasse qui a couvert le programme de surveillance des drones de l’Armée de l’Air jusqu’en 2010. « Beaucoup de pilotes sont enthousiasmés du fonctionnement des choses. »

Pour la génération des jeunes loups, l’expérience du pilotage d’un drone n’est pas sans rappeler les jeux vidéo avec lesquels ils ont grandi. Contrairement aux pilotes traditionnels, qui volent physiquement avec leurs charges utiles destinées à une cible, les opérateurs de drones tuent à la pression d’un bouton, sans jamais quitter leur base –un retrait qui sert en outre à désensibiliser la prise de vie humaine. (En argot militaire, ce qui désigne un homme tué par une attaque de drone est ; « bug splat [le splat ! de l’écrasement d’une punaise] », puisque l’affichage du corps par le biais de l’image rendue par la vidéo est granuleuse verte comme celle d’un insecte écrasé.) Comme pilote de drone, le Lieutenant Colonel Matt Martin raconte dans son livre Prédator, que c’est « presque comme jouer au jeu électronique Civilization » – quelque chose de tout droit sorti « d’un roman de SF. » Après une mission, au cours de laquelle il a piloté un drone ciblant un collège technique censément occupé par des insurgés en Irak, Martin s’est senti « électrifié » et « adrénalisé », exultant ; « Nous avons transformé le collège technique en passoire, détruit de larges portions de ce celui-ci et tuant Dieu seul sait combien de gens. »


C’est plus tard que la réalité de ce qu’il avait fait s’est fait jour. « Je n’en avais pas encore réalisé l’horreur », se rappelle Martin.


Tant le Pentagone que la CIA aiment se vanter des frappes de drones qui ont réussi à éliminer des combattants ennemis dans la guerre contre le terrorisme. Le RQ-170 Sentinel a été déployé dans le raid qui a tué Ben Laden, et les responsables américains se vantent de l’élimination de deux autres agents secrets importants d’Al-Qaeda au Pakistan ces derniers mois. Le Secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a qualifié les drones de « seul jeu qui vaille », et le président Obama a récemment rejeté les préoccupations au sujet des pertes civiles, insistant sur le fait qu’il n’ordonnait que « bon gré mal gré tout un tas de frappes. »

Mais pour chaque cible « de haute valeur » tuée par des drones, il y a un civil ou une autre victime innocente qui en a payé le prix. Le premier succès majeur des drones – la frappe de 2002 qui a éliminé le leader d’Al Qaeda au Yémen – a aussi abouti à la mort d’un citoyen américain. Plus récemment, une frappe de drone par les forces américaines en Afghanistan en 2010 a visé le mauvais individu – le meurtre d’un avocat de droits de l’homme bien connu nommé Zabet Amanullah qui en réalité soutenait le gouvernement pro-États-Unis. Il s’est avéré que l’armée des Etats-Unis avait suivi la trace du mauvais téléphone portable pendant des mois, prenant Amanullah pour un haut dirigeant taliban. Un an plus tôt, une attaque de drone a tué Baitullah Mehsud, le chef des talibans pakistanais, tandis qu’il rendait visite à son beau-père; sa femme a été vaporisée avec lui. Mais les Etats-Unis avait déjà tenté à quatre reprises d’assassiner Mehsud avec un drone, tuant des dizaines de civils dans ces tentatives infructueuses. Une des frappes manquées, selon un groupe de défense des droits de l’homme, a tué 35 personnes dont neuf civils, les rapports indiquant que des éclats avaient tué un garçon de huit ans pendant qu’il dormait. Une autre frappe aveugle, en Juin 2009, a éliminé 45 civils, selon des rapports de presse crédibles.

En fait, Obama a hérité de deux programmes de drones indépendants quand il est entré en fonction -et à l’instigation du vice-président américain Joe Biden, qui a beaucoup appuyé pour mettre davantage l’accent sur les tactiques de lutte contre le terrorisme, il les a considérablement élargis tous les deux. Le premier programme, sous l’égide du Pentagone, est principalement centré sur la reconnaissance pour guider des attaques aériennes afin de protéger les troupes américaines sur le terrain. « Le succès majeur des drones est dans la préservation de la vie des soldats américains, » dit Goure. Ce programme du Pentagone, qui opère plus ou moins officiellement, comprend plus d’une douzaine de bases militaires autour du globe, du Nevada à l’Irak. Dans un grand hangar de la Base de l’Armée de l’air d’Al Udeid au Qatar, trois avocats JAG [Judge Advocate General] sont sur le pied de guerre, prêts à ordonner les frappes de drones.Les avocats, qui sont tenus de prendre des décisions conforme aux critères des Conventions de Genève, suivent les procédures d’exploitation normalisées similaires à celles utilisées dans la décision d’un raid aérien traditionnel. « Il y a chaque fois un ensemble de vérifications juridiques et d’équilibrages pour la Force aérienne », explique Pratap Chatterjee, un journaliste d’investigation qui siège au conseil d’Amnesty International. « C’est un secret de polichinelle – le manuel est en ligne. »

Une présentation vidéo du processus de ciblage exposé par Chatterjee offre un aperçu dans l’appareil de prise de décisions de l’armée. La séquence, prise à partir d’une attaque de drone en Irak ou en Afghanistan et utilisée comme l’une des pièce d’une « analyse post-frappe, » montre deux hommes mettant en place un tir de mortier vers une base militaire américaine. Un « paquet cible » -des informations rassemblées à la hâte par des soldats américains- identifie ces hommes comme des insurgés, et fournit des détails sur l’emplacement de la frappe et la proximité de zones civiles. Quand les insurgés partent de la base, le drone les suit jusqu’à ce que les commandants militaires observant les images en temps réel décident qu’ils ont atteint une zone où les dommages collatéraux seront limités. Alors le drone lâche un engin téléguidé par laser, appelé Hellfire AGM-114 avec 100 livres de charge rendue. « Vous allez détruire la voiture, mais vous n’allez pas créer un cratère, » peut-on entendre expliquer le Colonel James Bitzes sur la vidéo. « C’est très, très précis. » La frappe en tout, de l’identification des insurgés au lancement du missile, est une affaire de quelques minutes.

Le programme de drones de la CIA, en revanche, s’est développé dans le secret. Des juristes de l’Agence sont tenus de signer les frappes de drones, mais l’historique est classifié comme secret, et la supervision est beaucoup moins restrictive que celle prévue sur le plan militaire. Pour rendre les événements plus troubles encore, la CIA conduit ses frappes de drones dans les endroits où les États-Unis ne sont pas officiellement pas en guerre, notamment au Yémen, en Somalie et au Pakistan. « Si vous êtes en territoire afghan, ce sera l’Armée de l’air qui sera appelée pour la frappe », explique un ancien fonctionnaire de la CIA en connaissance du programme des drones. « Si vous êtes pleinement au Pakistan, cela sera laissé à la CIA. »

Selon John Rizzo, qui a servi au titre de conseiller en chef de la CIA pendant six ans, le processus d’approbation des frappes de drones nécessite pour son efficacité, lui et 10 autres juristes à l’agence «meurtre», les gens du centre antiterroriste de la CIA à Langley, en Virginie. La plupart de ces juristes sont soit dans les bureaux du directeur de la CIA au septième étage –l’«l’étage du pouvoir», comme on le sait dans l’agence- ou incorporés dans différents services, dont ceux désignés comme «clandestins» et «déployés à l’avant». Lorsque l’agence veut lancer une attaque de drone, Rizzo a expliqué dans une interview à Newsweek, elle demande à un juriste de fournir une couverture légale pour l’assassinat en la signifiant sur un dossier de cinq pages portant sur la justification de l’attaque. Le flux habituel est une liste de 30 personnes ciblées pour être tuées. Parfois, les notes de service sont rejetées, ne contenant pas l’information suffisante. Le plus souvent, Rizzo approuve la mise à mort, et écrit le mot «accord» à la suite de la phrase : « Donc, nous demandons une approbation pour le ciblage en vue d’une opération mortelle. » En six ans, au titre de conseiller historique en chef, dit Rizzo, j’ai signé / ordonné environ une liste de meurtres par mois [note de traducteur, ce qui nous donne 6*12*30=2.160 ordres de meurtre].

Les assauts de drone sur des cibles de haute valeur -connus comme « frappes de personnalités » -exigent d’habitude l’approbation d’un juriste comme Rizzo, chef de C.I.A. et parfois du président lui-même. Mais l’utilisation la plus commune des drones par la C.I.A. -connue comme « frappe signature » – concerne les attaques sur les groupes de présumés militants qui se comportent d’une manière paraissant suspecte. L’idée de telles frappes viendrait du vétéran de la C.I.A. qui a dirigé le programme des drones de l’agence pendant les six dernières années, un converti à l’Islam fumant comme un sapeur dont le nom de code est « Roger ». Dans un portrait récent, le Washington Post a désigné Roger comme « l’architecte principal de la campagne de drones de la C.I.A. » Quand il s’agit de frappes signatures, disent les initiés, la décision de lancer un drone à l’assaut est essentiellement un jeu de hasard : si l’agence pense que le groupe d’individus est probablement un groupe d’insurgés, elle décidera du tir. »La CIA se base beaucoup sur les pourcentages [statistiques] pour réaliser ses ciblages », dit l’ancien fonctionnaire avec sa connaissance du programme de drones de l’agence.

Mais pour des pays comme le Pakistan, ce que l’Amérique considère une frappe légitime contre des terroristes ne semble guère plus d’une version militarisée de l’homicide. « Du point de vue de la loi pakistanaise, nous avons probablement commis des assassinats », dit l’ancien fonctionnaire de la CIA. « Nous nous engageons chaque jour dans l’espionnage, violant les lois d’autres pays. » Pour se dédouaner dans les frappes les plus sensibles, la CIA est devenue habile dans l’utilisation d’avocats pour brouiller les pistes. « Ils utilisent le journal quand il va les aider », dit l’ancien fonctionnaire. « Ou bien ils communiquent sur un téléphone sécurisé. Ou ils entrent négligemment dans un ascenseur avec un avocat et demandent son conseil, comme ; « Ici, il n’y a rien ne m’empêche de détruire ces bandes, et là-bas ? » »


A partir du moment où Obama a pris ses fonctions, selon les initiés de Washington, le nouveau commandant en chef a fait preuve d’un « amour » pour les drones. « Le programme des drones est quelque chose à quoi le pouvoir exécutif accorde beaucoup d’attention », dit Ken Gude, vice-président du Center for American Progress. « Ces systèmes d’armes sont devenues centraux pour Obama. » Dans les premiers jours de l’administration, l’alors chef de cabinet Rahm Emanuel avait pour habitude, en arrivant chaque jour à la Maison Blanche, de demander ; « Qui nous faisons-nous aujourd’hui ? »

Pour Obama -un homme réputé valoriser l’exactitude et la retenue- les drones ont représenté une façon plus ciblée de faire la guerre, ayant le potentiel pour éliminer ceux qui sont coupables de terrorisme tout en limitant les pertes humaines des États-Unis. « Moins de personnel des États-Unis est mis en danger », explique Brooks, le juriste qui a conseillé le Pentagone. « La technologie fait paraître logique d’orienter le choix vers ce qui réduira le coût de ce recours à la force létale. » Un haut responsable américain ayant une parfaite connaissance du programme des drones dit que le contrôle des frappes à distance au Pakistan est particulièrement utile, là où il y a une résistance farouche à toute présence manifeste des États-Unis. « Nous pouvons vraiment faire les frappes de drones sans aucune aide des Pakistanais », a dit le fonctionnaire, en notant également que les missions ne provoquent aucun « coût politique » aux Etats-Unis.


Au cours de ladernière année cependant, la dépendance croissante duprésidentaux dronesacausé unefracture croissanteau sein del’administration. Selon des sources àl’ambassadedes États-Unisau Pakistan, l’ambassadeurCameronMunterétait furieuxque la CIAaitconduit desfrappes de dronessans le consultersurles retombées diplomatiques potentielles.Lesfrappes avaient été brièvementarrêtées en Janvier2011, après que RaymondDavis, un contractuel de la CIA,ait étémis engarde à vue pouravoir tué deuxPakistanaisen plein jour. Le jour suivant la libération de Davis, lesfrappesde drones de la CIAont recommencé. Munter, selon des responsables américains, s’est plaint auprès de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et de hauts responsablesmilitairesconcernant leprogramme de drones, et sespréoccupations ont été portéesà la Maison Blanche. La question en litigeétait uneattaque de droneparticulièrement meurtrière enMars2011 oùles Américainsont dit avoirtué21 militants, et selon les Pakistanaistué 42civils.

La crise a déclenché une petite explosion à la Maison Blanche entre l’équipe du président en matière de sécurité nationale et la CIA. Au printemps dernier, le Conseiller à la Sécurité nationale Tom Donilon a ordonné un réexamen du programme des drones -sans l’arrêter, mais pour trouver un moyen de déployer les drones pouvant apaiser les craintes de Munter et d’autres diplomates. La perspective d’une quelconque surveillance supplémentaire, même modeste, a déclanché les alarmes de la CIA. Selon les représentants de l’administration, confrontée à la seule idée d’un examen, l’agence a flippé. « Un gars de la CIA a apostrophé Donilon avec un discours « Tu me veux sur ce mur ! », explique un haut responsable américain familier des échanges, se référant à la scène dans le film A Few Good Men -Quelques Hommes Bons– dans lequel un commandant des Marines joué par Jack Nicholson soutient qu’il est au-dessus de la loi. Donilon a essayé d’apaiser les craintes de la CIA. « Non -vous savez que ce n’est pas juste, » a dit le fonctionnaire, selon une source de la Maison Blanche ayant assisté à l’échange. « Nous sommes tous ici du même côté, essayant de rendre le pays sûr. »


Au centre de la discussion, s’est trouvée la récente nomination d’Obama du général David Petraeus comme chef de la CIA. Petraeus s’est rangé du côté de la Maison Blanche, reconnaissant la nécessité de trouver un équilibre entre le maintien d’une relation solide avec le Pakistan et la poursuite de la stratégie militaire agressive incluant les frappes de drones. « Petraeus veut être plus prudent », explique un haut fonctionnaire américain impliqué dans le programme de drones. L’Agence des vétérans a répliqué, se plaignant au The New York Times que le programme de drones se soit immobilisé sous le général Petraeus. Une grande partie de ce ralentissement, en fait, était due à la nécessité politique : après un raid aérien de l’OTAN ayant tué 24 soldats pakistanais en Novembre 2011, la CIA avait été forcée de mettre les frappes de drones en sommeil temporaire. Mais la campagne médiatique semble avoir eu l’effet escompté : deux jours après que l’article du Times soit paru, les frappes de drones au Pakistan ont repris.

Cependant et en fin de compte, la CIA a perdu l’importante bataille sur les drones. Après que Donilon ait réalisé l’examen demandé par la Maison Blanche, on a concédé à l’Ambassadeur Munter et au Département d’État de leur en dire plus concernant les décisions sur le ciblage des frappes de drones et le choix du moment. Bien que le mouvement ait été destiné à fournir plus de surveillance civile sur les attaques secrètes, il a outragé les militants des Droits de l’Homme, qui ont fustigé la Maison-Blanche pour avoir mis l’ambassadeur américain dans la position d’avoir à signer l’exécution des condamnations à mort extrajudiciaires dans un pays étranger. « Donner un pouvoir de veto à la diplomatie civile pour une campagne d’assassinats est incroyable, » a déclaré Clive Stafford Smith, directeur exécutif de Reprieve, un groupe de défense des droits de l’homme qui intente une action en justice sur l’utilisation des drones. « Pouvez-vous imaginer ce que serait [ici] la réaction si l’ambassadeur du Pakistan à Washington était le superviseur d’une campagne de meurtres ciblés en Amérique ? »

On ne sait pasquel est le rôlejoué par la Maison Blancheelle-mêmedans le choix desnoms quifinissent placéssur les listesde meurtres. Certainsresponsables américains ontdécritun groupe secretau sein du Conseilde sécurité nationalequi constitueune liste de ciblesà tuer ou àcapturer.Le groupe, quin’a aucune autorisation légale pour son existence, implique dit-on, le haut conseiller à la lutte contre le terrorismeJohnBrennan, qui étaitun ardent défenseurde la décisionde l’administration Bushpour torturer les prisonniersà Guantanamo. D’autres responsablesaméricainsfamiliersduprocessus de ciblagedisent que l’idée d’un groupe secretsurestimela chose. LeNSC, insistent-ils,n’est pas impliqué dansla grande majorité desfrappes de dronessur une base quotidienne-en particulierla majorité des « frappes signatures » lancées parla CIA. Cela signifie quela CIAa toujoursun large pouvoirpour créerses propres listesde meurtres, avecune surveillance limitéede la Maison Blanche. Comme un fonctionnairede la CIAa dit : « Le NSC décide quand le président doit être impliqué – et le cas échéant, quelles empreintes digitales laisser. »


L’homme de 72 ans, un boursier Fulbright, qui a vécu 11ans au Nouveau-Mexiqueet au Minnesota, s’attendait à l’annonce de la mortde son fils. Après tout, celle-ci avait déjàétéfaussement rapportéeà plusieurs reprisesau cours des deuxdernières années. Donc,NasseralAwlaki ne pouvait pas prétendreêtrechoquécevendredi après-midi de l’automne dernier lorsqu’un nouveau câblea indiqué quesa pire craintes’était finalementréalisée : Son filsAnwaral-Awlaki, un citoyen américain etmembre présuméd’Al-Qaïda, avait été tuéle 30 Septembre2011 -le premier Américain àêtrespécifiquementciblépar uneattaque de drone.

Dansles jours qui ont suivil’assassinat, Nasser etson épouse ont reçuun appel du fils de 16 ans d’Anwar, AbdulrahmanalAwlaki qui s’était enfuide la maisonquelques semaines plus tôtpour essayer de trouverson père, désormaisdéfunt,au Yémen. « Il nous a appelés etnous a présentéses condoléances« , se rappelleNasser. « Nous lui avons dit de revenir, etil nous l’avait promis. Nous avons vraiment insisté, moi et sa grand-mère. »

Le jeune garçon n’est jamais revenu à la maison. Deux semaines après la fin de cette conversation, ses grands-parents ont reçu un autre appel téléphonique d’un parent. Abdulrahman avait été tué dans une attaque de drone dans la partie sud du Yémen, pays d’origine tribale de sa famille. Le garçon, qui n’avait aucun rôle connu dans Al-Qaïda ou quelque autre opération terroriste, semble avoir été une autre victime de la guerre par drones d’Obama : Abdulrahman accompagnait un cousin quand un drone l’a effacé lui et sept autres. L’objectif soupçonné de la mise à mort -un membre d’Al-Qaïda de la péninsule arabique- est semble t-il toujours en vie et c’est difficile de savoir s’il était là quand la frappe a eu lieu.

La nouvelle a dévasté la famille. « Ma femme pleure chaque jour et chaque matin pour son petit-fils, » dit Nasser, cet ancien membre de haut rang du gouvernement Yemenite. « Il était un garçon agréable, doux qui aimait beaucoup nager. C’est un garçon qui n’a fait rien contre l’Amérique ou contre tout autre chose. Un garçon. Il est un citoyen des États-Unis et il n’y avait aucune raison de le tuer sauf qu’il était le fils d’Anwar. »

Anwar al-Awlakiest néen 1971à LasCruces au Nouveau-Mexique, là où Nasseravait obtenu son diplôme demaîtrise enéconomie agricole dela NouvelleUniversité d’État de Mexico.Adulte, il a vécudans le Coloradoet la Virginie, devenant un imamdans un centreislamiqueà Falls Church. Après le 11Septembre, il a commencé àcolporterdes marques les plusnocivesde la rhétoriquedjihadiste, approchant de très prèsl’appelà des attaquescontre l’Occident.Au moins undespirates de l’air du 9/11 a déclaréavoir visitésa mosquée. Il avait quittéles Etats-Unispour de bonen 2002, son pèredisant, parce qu’il avaitété « interrogé à plusieurs reprises » par le FBIau sujet de sesliens avec des groupesterroristes.


Une foisau Yémen, Anwara fait unesérie devidéos de propagandepour Al-Qaïdaqui ont été largementconsultées surYouTube. Selon les autorités américaines, il a égalementcommuniqué directement avecdeuxindividus qui ont commisdes actes de terrorisme, dont NidalHasan, l’officierde l’armée américaineaccusé d’avoir abattu 13personnes et blessé32 autresà Fort Hooden 2009, etUmar FaroukAbdulmuttallab, le prétendu BomberUnderwear (Bombe dissimulée dans ses sous vêtements). Après unechasse à l’hommede deux ans, la CIA a suivi à la trace Anwaretlancé uneattaque de dronequi l’a tuéainsi qu’un autrecitoyen américain, SamirKhan et deux autres. Le jouroù al-Awlaki a été tué, le président Obama a saluésa mort commeune nouvelle victoiredans laguerre contre le terrorisme, la qualifiant de « coup majeur » et de « jalon significatif ».

Le fils d’Anwar, qui est né à Denver, avait lui aussi grandi en Amérique. (Après sa mort, les autorités américaines ont prétendu qu’il avait 20 ou 21 ans, jusqu’à ce que sa famille fournisse son acte de naissance d’un hôpital du Colorado.) Il avait quitté les États-Unis avec son père à l’âge de sept ans et avait vécu avec ses grands-parents à Sana’a, la capitale du Yémen. Comme d’autres dans la partie du sud du pays, il a vécu dans la terreur constante du bourdonnement des drones. « La nuit, ils ne dorment pas, » dit son grand-père. « Ils font un bruit incroyable et les gens souffrent. »


Sur la base derapports de presse, Nassersoupçonnaitdepuis plusd’un an queson fils avait étémis sur une liste des mis à mortpar l’administration Obama. Ce qu’avait d’uniqueAnwar al-Awlaki, c’étaitqu’il était toujoursun citoyen américain-un statut quipose un dilemmeéthique et juridiqueaux avocatsde la Maison Blancheet duDépartement d’Etat. Lesavocatsde l’administration-dont beaucoup avaientétéouvertement critiquesdela politique de GeorgeW. Bushcontre les terroristes-ont passé des moisà trouver commentjustifier le meurtred’un citoyen américain. À l’été2010,deux avocatsdudépartement de la Justice-MartyLedermanet DavidBarron-avaientrédigé unmémo secret, dont des extraits sélectionnés ont étédivulgués parTimes. Un Américain, disaient-ils,était admissible à l’assassinat ciblés’ilsatisfaisait à certains critèresque l’administrationa refuséde révéler. Lehaut conseillerjuridique du département d’Etat, Harold Koh, a également défendu lapolitique d’abattageciblé. « Cela est considéré comme étant le point de vuede l’administration« , a t-il déclarédans un discoursen Mars 2010,« que les pratiques de ciblage,y compris les opérationsmeurtrièresmenéesavec l’utilisation devéhicules aériens sans pilote, sont conformes à toutes les lois applicables, y compris leslois de la guerre. »


L’ironie, c’est que Koh -un ancien doyen de la Yale Law School, qui a passé des années à fustiger George W. Bush pour avoir violé le droit international avec ses politiques de torture et d’interprétation extra-ordinaire- en arrive à proclamer le droit de sa propre administration d’assassiner un citoyen américain sans perdre pour autant ses amis ou ses détracteurs. « Beaucoup de gens comme Harold Koh, et Marty Lederman qui critiquaient Bush, et qui devraient donc désormais critiquer les assassinats ciblés, sont allés dans l’administration Obama, » a déclaré Mary Ellen O’Connell, un professeur de droit à Notre-Dame qui a connu Koh durant 25 ans. « Ce sont des amis proches de ceux de l’administration -et il est difficile de critiquer ses amis. » Un autre avocat qui connaît bien Koh dit : « Harold s’est avéré être quelqu’un qui a fait passer ses relations personnelles avec Clinton et Obama avant la loi. Cela a été une surprise pour nous. » Rizzo, le procureur de la CIA qui a signé les « techniques améliorées d’interrogatoire » de Bush, est encore plus direct en moquant l’administration Obama pour sa malhonnêteté intellectuelle sur les frappes de drones. « Le harcèlement, la pousuite et le meurtre d’un terroriste de renom est évidemment moins légalement risqué, et est considéré par beaucoup comme beaucoup moins moralement répréhensible, que sa capture et son interrogatoire agressif » a écrit Rizzo dans un journal publié par l’Institution Hoover de droite.

Pour Nasser al-Awlaki, savoir la nouvelle que son fils était sur une liste pour assassinats ciblés était une question de vie ou de mort. En Août 2010, l’Union américaine pour les libertés civiles [ACLU –American Civil Liberties Union] a déposé une plainte au nom de Nasser pour tenter d’empêcher le gouvernement des États-Unis de tuer son fils -la première action en justice intentée contre le programme de drones aux Etats-Unis. L’ACLU a fait valoir « qu’une politique d’assassinats ciblés en vertu de laquelle des individus sont ajoutés sur des listes de personnes à tuer après un processus bureaucratique et restent sur ces listes pendant des mois, va manifestement au-delà de l’utilisation de la force meurtrière comme dernier recours pour répondre à des menaces imminentes. » Cette politique va aussi « au-delà de ce que la Constitution et le droit international permettent, » a allégué l’ACLU.

L’affaire, Nasser al-Awlaki contre Barack Obama comme président des Etats-Unis a été traitée devant le juge John Bates en Novembre 2010. La transcription de l’audience se lit comme une parodie d’un procès kafkaïen. L’avocat du gouvernement, Douglas Letter, a invoqué à plusieurs reprises le privilège du secret d’Etat, arguant que « dans la mesure où il y a des allégations relatives à une liste d’ordre de mises à mort et cetera, nous ne pouvons ni confirmer, ni nier. » Il a aussi observé qu’Anwar ne serait plus sous la menace de la « force létale » s’il s’était retourné [parjuré] -un aveu implicite que Al-Awlaki était bien sur une liste secrète de gens à tuer. Jameel Jaffer, un des avocats de l’ACLU, a poussé le gouvernement dans ses retranchements, en faisant part de sa crainte qu’il ait été accordé au président des États-Unis le pouvoir unique et expansif de décider de « quel américain tombait dans la catégorie des personnes pouvant être assassinées. » Dans le moment le plus surréaliste de l’audience, le juge a rejeté l’affaire, estimant que Nasser n’avait pas la capacité juridique d’intenter un procès sur des données historiques au nom de son fils jusqu’à ce qu’Anwar ait été effectivement tué.

L’administration Obama a plusieurs fois refusé de lever le secret sur le mémo du ministère de la Justice, à savoir le descriptif de la justification juridique pour l’attaque d’al-Awlaki. Mais le 5 Mars, dans un discours à l’Université du Nord-Ouest, le procureur général Eric Holder a finalement rompu le silence officiel. Un meurtre ciblé contre un citoyen américain est légal, a-t-il dit, seulement si le citoyen ne peut pas être capturé, constitue une menace de violente attaque imminente contre les États-Unis et est qualifié comme une cible légitime compatible avec les lois de guerre. « Quand de tels individus prennent les armes contre ce pays et rejoignent Al Qaïda dans la préparation d’attaques conçues pour tuer leurs pairs Américains, » a déclaré le membre du gouvernement, « il ne peut y avoir qu’une seule réponse réaliste et appropriée. »


Balayant les critiques des défenseurs des libertés civiles, le membre du gouvernement a rejeté l’idée que la procédure régulière prévue par la Constitution exige que le président obtienne la permission d’un tribunal fédéral avant de tuer des citoyens des États-Unis. Et selon le double standard d’une politique effrontée, il a insisté en réaffirmant que le Congrès avait donné au président le feu vert pour utiliser des méthodes mortelles par une résolution passée une semaine après le 11 septembre. Le Président est autorisé à utiliser toute la force nécessaire pour empêcher de futurs actes de terrorisme contre les États-Unis –l’exacte même résolution que l’administration Bush a eu l’habitude de brandir pour justifier sa politique illégale de torture et de techniques améliorées d’interrogatoire.


En fin de compte, il apparaît que l’administration a peu de raisons de s’inquiéter de quelque réaction que ce soit à sa décision de tuer un citoyen américain –quelqu’un qui n’a pas même encore été inculpé d’un crime. Un sondage récent montre qu’une majorité écrasante des démocrates soutiennent le programme de drones, et le Congrès a passé une loi en février qui appelle la Direction générale de l’aviation civile « à accélérer l’intégration de systèmes aériens sans pilote » dans les cieux surplombant l’Amérique. Les drones, qui sont déjà utilisés pour se battre avec des feux de forêt de l’Ouest et surveiller la frontière mexicaine, peuvent être bientôt utilisés pour espionner des citoyens américains à la maison : la police de Miami et de Houston les auraient testés pour l’usage domestique, et leurs homologues à New York sont impatients de les déployer également. Compte tenu du bilan de la police de New York en matière de violations des droits civils, il n’est pas difficile d’imaginer des drones bourdonnant haut dessus de Zuccotti Park pour réaliser la surveillance de Occuper Wall Street, ou utilisés pour subrepticement surveiller les activités des étudiants musulmans américains.

Beaucoup de ceux qui supervisent le programme de drones, en fait, semblent avoir le plus parfait mépris pour ceux qui s’inquiètent des dangers potentiels présentés par les drones. Lors d’un séminaire sur les droits de l’homme à l’Université Columbia l’été dernier, John Radsan, un ancien juriste de la CIA, a admis que l’agence ne portait aucun intérêt aux subtilités juridiques des débats relatifs aux frappes de drones. « La CIA se gosse de vous les gars, » a-t-il dit à l’assemblée des défenseurs des droits de l’homme. « Vous vous inquiétez au sujet du droit international. Mais la CIA s’en moque. » Un officiel de la Maison Blanche avec qui j’ai parlé est encore plus dédaigneux. « Si Anwar al-Awlaki est votre tête d’affiche pour expliquer pourquoi nous ne devrions pas faire de frappes de drones, » m’a-t-il dit, « alors, putain de bonne chance ! »

Si le meurtre ciblé d’al-Awlaki n’inspire pas de sympathie, étant donné ses rapports présumés à Al Qaïda, considérons alors le cas de Tariq Aziz, un garçon de 16 ans du Pakistan. En Avril 2010, un des cousins de Tariq a été tué dans une attaque de drone. Estimant queson cousinétait innocentetn’étant impliqué dans aucune des activitésdes insurgés, Tariqa rejointun groupe dechefs tribauxen Octobre dernier, lors d’une réunionà Islamabad organisée par Reprieve, le groupe de défense des droits de l’homme. NeilWilliams, un bénévole deReprieve, a passé une heure à parler avecTariqlors de cette réunion.

« Nous avons commencé par parlerde football, » se rappelle Williams. « Il m’a dit qu’il avait joué pourla Nouvelle-Zélande. Leséquipes du village avec lesquelles ilsont joué avaient toutespris des nomsde clubs de football, comme Brésil ouManchester United. »

Tariq etd’autres adolescentslors de la réunionont dit à Williamscomment ils avaient vécudans la crainte desdrones. Ils pouvaientles entendrela nuitau dessus de leursmaisonsdansle Waziristan, bourdonnant pendant des heures commedes tondeuses aériennes. Une explosion pouvaitsurvenir à n’importe quelmoment,n’importe où, sansavertissement. « Tariq ne voulais pas vraiment rentrer à la maison,«  affirme Williams. « Il avait entendulesdronestroisou quatrefois par jour. »


Trois jours après la conférence, Williams a reçu un courrier électronique. Tariq avait été tué dans une attaque de drone, tandis qu’il était en chemin pour aller voir une tante. Il semblequ’il n’était pasla cible viséepar cette frappe : ceuxqui ont rencontréTariq étaient suspects.Il s’est tout simplement trouvé au mauvais endroitau mauvais moment, d’autant plus que son cousin de 12ansa également été tuédans l’explosion.

L’administration Obaman’a fait aucun commentairesur le meurtre deTariqAziz, bien que sa mort soulève la question la plus significative d’entre toutes. Les dronesoffrent au gouvernementune technologie de pointeet précisedans saguerre contre le terrorisme-et pourtantbon nombre depersonnes tuéespar des dronesne semblent pasêtre du tout des terroristes. En fait, selon une étudedétailléedes victimesde dronescompilées par le Bureau pour le Journalisme d’investigation, au moins 174personnes exécutéespar des dronesétaient âgées de moinsde 18 ans-en d’autres termes, des enfants. Selon les estimations des groupes de défense des droits de l’homme, lesquelles incluentles adultes étant des civils probables, cela nous amène à un nombre de victimessusceptiblesd’être innocentesde plus de 800. Les responsables américains rejettent vivementde tels chiffres -« Des conneries », m’a dit un haut responsable de l’administration. Brennan, un desconseillers d’Obama de haut niveau pour la lutte contre le terrorisme, en juin dernier, a absurdementinsisté sur le faitqu’il n’y avait pas eu« un seul civil » tuépar des dronesdurantl’année précédente.

PourNasseralAwlaki, qui a perduson petit-filsadolescent, ravi par undrone prédateur, ces dénégationssont presqueaussi choquantes quela décisiondélibéréede l’administration demener une guerrede contrôle à distance, par télécommande,conduisant inéluctablement àla mort de civilsinnocents. « Jene pouvais pas croire que l’Amérique pourrait fairecela –en particulierle président Obama, que j’ai beaucoup aimé, » dit-il. « Quand il a été élu, j’ai pensé qu’il résoudrait tous les problèmesdu monde. »

Cette histoire estdatée du 26 Avril2012. VersiondeRolling Stone.

MichaelHastingsest un rédacteur contributeur deRolling Stone.

Auteur de : The Operators: The Wild and Terrifying Story of America’s War in Afghanistan.

Les opérateurs :L’histoireSauvage etTerrifiantede la GuerreAméricaine en Afghanistan.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s