Deux articles sur l’agriculture urbaine en Amérique Latine (1/2), traduits et présentés par Marc Harpon

Cuba : la position de leader de la plus grande des Antilles reconnue en matière d’agriculture urbaine, par la rédaction d’Opciones

Un organoponico, c’est-à-dire une ferme urbaine, à La Havane.

source : Opciones (Cuba), 16 mai 2012

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société


Changement de Société a déjà publié sur l’agriculture cubaine, ici, ou encore.

La nation caribéenne est un modèle à suivre pour les pays latino-américains, a affirmé la FAO lors de l’ouverture du Séminaire International sur le thème, qui se tiendra jusqu’au jeudi 17 au Palais des Conventions de La Havane.

Marcio Porto, représentante de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) à Cuba, a réaffirmé ce mardi, à La Havane, la position de l’île comme leader dans le développement de l’agriculture urbaine et péri-urbaine, d’après des informations de la Agencia Cubana de Noticias (AIN).

Intervenant lors de l’ouverture du Séminaire International sur le thème, qui a lieu au Palais des Conventions, Porto a assuré que la nation caribéenne était un modèle à suivre pour les pays latino-américains.

En ce sens, elle a souligné que le pari des agriculteurs cubains, au-delà de l’augmentation de la production d’aliments dans les environs de leur domicile, était avantageux pour eux comme pour l ‘économie.

Produire à proximité du marché consommateur constitue un avantage important, étant donné le niveau élevé des prix du pétrole, a-t-elle également expliqué.

En fait, l’utilisation de carburant augmente notablement le coût de la production et de la commercialisation d’aliments, notamment pour les ménages dotés des plus faibles revenus.

C’est la raison pour laquelle cet événement, d’après Porto, doit contribuer à élaborer une stratégie conjointe, afin de dynamiser ce segment de l’industrie agro-alimentaire.

Gilberto Diaz Lopez, directeur national pour la diversité des cultures au Ministère de l’Agriculture (MINAG), a signalé que les deux systèmes productifs se sont articulés à Cuba en un mouvement participatif et populaire, qui montre des résultats sans cesse meilleurs.

Diaz a salué aussi l’apport de ce mouvement à la réduction de la vulnérabilité alimentaire, à la création d’emploi et à l’élévation de la culture des cubains en matière d’agriculture et d’alimentation.

Ce séminaire international, qui durera jusqu’au jeudi 17, comprendra des débats sur des thèmes liés à l’épuration des eaux, à l’utilisation des matériaux recyclables dans l’agriculture urbaine et périurbaine, et à la production et conservation des semences, entre autres.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s