Espagne : Le suicide d’un dissident cubain en Espagne et les contre-révolutionnaires « exilés » à la dérive

"Los disidentes" de Luis BAez et Rosa Miriam Elizalde rassemble des interview édifiantes menées avec des agents de la Sécurité cubaine infiltrés jusqu'en 2003 dans les réseaux de mercenaires contre-révolutionnaires.

source : Cuba Si Lorraine

La société idéale des « dissidents » cubains…

Le récent suicide d’un des contre-révolutionnaires cubains qui avaient choisi d’aller vivre en Espagne reflète la situation de désespérance dans laquelle ils se trouvent, en voyant se dissiper l’illusion que le gouvernement ibérique allait les alimenter indéfiniment, comme les USA le faisaient pendant qu’ils menaient leurs actions mercenaires à l’intérieur de Cuba.
 
Albert Santiago Du Bouchet Hernández est la nouvelle victime. On ne connaît pas encore les raisons exactes qui l’ont poussé au suicide à La Palma, aux Iles Canaries, ville dans laquelle il vivait après sa libération d’une prison cubaine, où il purgeait une peine à cause de ses activités subversives et déstabilisatrices contre l’île, financées et dirigées par Washington.
Du Bouchet est un échantillon de l’avenir incertain choisi par ce petit groupe de cubains confronté au mal-vivre en Espagne, après s’être servi du soi-disant combat pour la « défense des droits humains » à Cuba, comme tremplin pour émigrer vers des sociétés capitalistes.En Espagne, ces « patriotes » cubains s’étaient imaginés être reçus comme des « héros » et trouvaient qu’il était légitime qu’on subvienne à leurs besoins de logement, argent et nourriture, aux frais de la princesse.

La réalité fut toute autre. Aujourd’hui, ils vont de porte en porte, en criant au scandale, en insultant, en maudissant et en accusant Cuba de leurs malheurs. Le temps de l’argent facile, durant lequel l’USAID leur envoyait un chèque tous les mois pour qu’ils assurent la propagande d’un discrédit imaginaire de leur propre Patrie, est terminé.Et comme ce n’était pas suffisant, suite aux coupes budgétaires décidées par le gouvernement espagnol, le Ministère des Affaires Étrangères et de Coopération annonce la fin du programme d’accueil (1) [convenu entre les deux parties NdT] et donc, la fin des aides perçues par les contre-révolutionnaires cubains et les membres de leur famille accueillis sur le territoire espagnol.

À Cuba, ces gens ont appris qu’ils pouvaient se faire de l’argent facile, en vendant l’âme au diable –en clair- à l’ennemi numéro 1 de leur propre peuple. Les USA les ont maintenus et les ont financés en sachant sciemment qu’aucun d’eux n’avait de convictions politiques dans ce qu’il faisait.

Aujourd’hui, comme dirait mon vieil ami Jean, « ils se sont mis dans la merde » et je pense qu’ils commencent à comprendre la leçon de la société capitaliste qui apprend que « celui qui ne travaille pas…finit par crever de faim ».

(…)
1) Versement mensuel de 700 euros pour le logement, 180 euros pour chaque membre de la famille, un abonnement gratuit pour les transports et une couverture médicale gratuite pour la famille, pendant 12 mois renouvelable 6 mois.
Miguel Fernández Martínez
Trad. Jilata 
Source : « El suicidio de un “disidente” cubano en España…« 

Article publié le 5 avril 2010 sur Cuba la isla infinita

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s