Les parlementaires grecs soutiennent l’austérité alors qu’Athènes est en flammes, par la rédaction du Morning Star


source : The Morning Star (Royaume-Uni), 13 février 2012

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société.

Le Parlement Grec a approuvé à une majorité des deux tiers un nouvel accord sur l’austérité ce matin, afin d’obtenir un second prêt du Fond Monétaire International et de l’Union Européenne.

199 parlementaires contre 74 ont approuvé le texte, au grand soulagement des financiers, qui ont fait monter l’indice de la Bourse d’Athènes de 5% plus tard dans la journée.

La majorité des Socialistes et des Conservateurs, qui, avec un petit parti d’extrême droite, constituent la coalition gouvernementale assurant l’intérim, a exclu les dissidents de ses rangs.

A l’heure de pointe, l’odeur du gaz lacrymogène planait à l’extérieur du parlement, faisant suffoquer les patients, après une nuit d’affrontements entre la police anti-émeutes et les manifestants opposés aux coupes drastiques- qui sabreront un emploi public sur cinq et réduiront de plus d’un cinquième le salaire minimum.

Plus de 120 personnes ont été blessées lors des affrontements qui ont également éclaté dans d’autres villes grecques.

Les autorités ont dit que 68 policiers avaient besoin de soins après avoir été blessés par des cocktails Molotov, des pierre ou d’autres objets lancés contre eux, tandis que 70 manifestants ont été conduits à l’hôpital. La police a arrêté au moins 67 personnes.

Le vote autorise la troïka des créanciers de la Grèce- l’Union Européenne, le FMI et la Banque Centrale Européenne- à verser 130 milliards d’euros (109 milliards de livres sterling) de nouveaux prêts.

Le texte – qui n’a pas encore été finalisé- sera combiné à un accord pour un échange massif d’obligations, afin d’effacer la moitié de la dette grecque détenue par des acteurs privés, réduisant le poids de la dette d’environ 84 milliards de livres sterling.

Mais, avant d’obtenir l’argent, la Grèce doit prouver qu’elle veut mettre en application les coupes à faire dans les dépenses.

Les ministres des finances de la zone euro doivent se rencontrer mercredi pour approuver le plan, après avoir refusé de le faire la semaine dernière, affirmant qu’Athènes devait d’abord approuver les nouvelles mesures d’austérité.

Ils veulent que les dirigeants politiques grecs s’engagent par écrit à poursuivre l’application du plan d’austérité même après l’élection générale d’avril.

Cela vient après deux ans de coupes profondes dans les dépenses et d’augmentations répétées des impôts, qui ont coïncidé avec la montée en flèche du chômage, qui a atteint les 20% et ont laissé un pays en proie à une cinquième année consécutive de récession.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s