De gros problèmes germent en Europe, par Martin Hart-Landsberg

source : Reports from the economic front (Etats-Unis), 10 février 2012

traduit de l’anglais, présenté et annoté par Marc Harpon pour Changement de Société

Spécialiste américain des économies asiatiques, Martin Hart-Landsberg est chercheur associé à l’Institut pour les Sciences Sociales à l’Université Nationale de Gyeonsang, en Corée du Sud. Il enseigne l’économie au Lewis Clark College, à Portland, dans l’Oregon.

De gros problèmes germent en Europe. John Ross [1], sur son blog, Key trends in the World Economy, met en relief cette crise en gestation à travers une série de tableaux, dont quelques uns sont reproduits plus bas.

Le tableau 1 (ci-dessous) montre l’étendue de la reprise après la récente crise économique, aux Etats-Unis, dans l’Union Européenne et au Japon. Alors que le PIB étasunien a finalement atteint de nouveau le maximum du précédent cycle économique, on ne peut pas dire la même chose pour l’Europe (ou le Japon). Concernant, le troisième trimestre 2011, le PIB de l’Union Européenne était encore à 1,7 points en-dessous du maximum du précédent cycle économique. La zone euro était à 1,9 en-dessous.

Les récentes estimations de PIB pour le quatrième trimestre montrent que le PIB européen se contracte à nouveau, ce qui suggère fermement que la région retombe dans la récession, sans avoir regagné le niveau du précédent cycle économique. Cette perspective laisse penser que l’Europe va faire face à une grave pression récessive.

PIB : variation en % à partir du maximum d'avant la crise financière.

Le tableau 2 (ci-dessous) montre la croissance enregistrée pour 5 des lus grandes économies européennes. L’Allemagne a retrouvé son précédent maximum. La France fait des progrès dans le même sens. Ces deux pays représentent 36,2% du PIB européen. Toutefois, les choses sont très différentes pour le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. Ces trois pays représentent 34,7% du PIB de l’Europe et non seulement ils restent tous loin en-dessous de leurs maxima respectifs, mais leurs économies régressent à nouveau.

PIB : variation en % depuis le maximum du précédent cycle économique.

Le tableau 3 (ci-dessous) met en relief la performance économique de trois des pays qui ont reçu le plus d’attention médiatique du fait du risque que leurs gouvernements ne soient pas capables de rembourser leurs dettes respectives. Ils ont des problèmes manifestes, ce qui ajoute à la pression récessive sur le PIB européen. Toutefois, en dépit de toute l’attention dont ils sont l’objet, leurs économies représentent seulement un huitième de la taille totale des économies du Royaume-Uni, de l’Italie et de l’Espagne.

PIB : variation en % à partir du maximum d'avant la crise financière

Les tableaux 4 et 5 (ci-dessous) mettent en lumière le fait que les tendances économiques sont aussi désastreuses en Europe de l’Est.

PIB : variation en % à partir du maximum d'avant la crise financière.

PIB : variation en % à partir du maximum d'avant la crise financière

Ce qu’il faut retenir, c’est que les problèmes économiques européens ne sont pas limités à quelques petits pays. Certains des plus gros ont aussi de piètres performances et retombent apparemment dans la récession après avoir retrouvé leurs maxima du précédent cycle économique. Il est difficile d’imaginer que l’Europe échappe à la récession. Et il est difficile d’imaginer que les États-Unis, l’Asie et l’Afrique n’en subissent pas les conséquences.

[1] Économiste britannique, ancien conseiller de Ken Linvigston, dit « Ken le rouge », quand ce dernier était maire de Londres, John Ross enseigne l’économie à l’Université Jiao Tong,à Shanghai.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s