Etats-Unis- Le taux de chômage baisse : une tendance positive mais contrastée, par John Wojcik

source : People’s World, 3 février 2012

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

Changement de Société ne partage pas l’enthousiasme de Richard Trumka, cité dans l’article, vis-à-vis de l’administration Obama.

Le taux de chômage officiel du pays est tombé en janvier à 8,3%, contre 8,5% en décembre, d’après le Bureau Of Labor Statistics.

Le secteur privé affirme, dans une enquête distincte de celle du Bureau, qu’il a créé 257 000 emplois. Si on soustrait les 14 000 emplois publics en moins, l’économie a en fait créé 243 000 emplois le mois dernier.

Heidi Shierholz, économiste à l’Economic Policy Institute, a dit que la nouvelle était globalement bonne mais a averti qu’il était trop tôt pour se réjouir. Elle a déclaré qu’au rythme actuel de l’amélioration, il faudrait attendre jusqu’à 2017 pour que le taux de chômage revienne aux 5% d’avant la récession.

Toutefois, le taux de chômage du pays poursuit une indéniable baisse, avec une chute de 0,8 points depuis le mois d’Août et son niveau le plus bas depuis février 2009. Le nombre de demandeurs emploi est tombé à 12,8 millions, contre 13,1 millions en décembre.

Toutefois, le fait que le nombre de chômeurs de longue durée (ceux qui ont été sans emploi durant 27 semaines ou plus) est resté presque inchangé, avec 5,5 millions, presque 43% du total des chômeurs.

Ces chômeurs de longue durée devront faire face à une diminution de leurs prestations sociales le 29 février, à moins que le Congrès n’étende leur durée, alors que les républicains qui dirigent la Chambre des Représentants font déjà de la résistance. Une conférence est en cours entre le Sénat et la Chambre concernant deux extensions, très différentes, d’un an du programme d’assurance chômage voté l’an dernier.

L’extension républicaine, couperait dans les prestations fédérales, imposerait de nouvelles restrictions brutales et, accusent les syndicats, démantèlerait l’essentiel du programme.

La proposition du GOP [Great Old Party, surnom du Parti Républicain, ndt] couperait les prestations fédérales dans les États les plus touchés par le chômage, autoriserait le dépistage obligatoire des drogues chez les allocataires, forcerait les chômeurs à payer pour leurs propres services de retour à l’emploi, refuserait les allocations aux personnes n’ayant pas achevé l’école secondaire et autoriserait les États à diminuer les prestations ou à en utiliser les fonds pour d’autres objectifs.

Un fait dérangeant dans les nouveaux chiffres du chômage publiés aujourd’hui est que 1,8 millions de personnes supplémentaires ont été classées comme « inactives » ce mois-ci par rapport au mois dernier. Cela, bien entendu, a contribué à faire baisser le chiffre du chômage. [1]

Il y a quand même eu une hausse de l’emploi dans beaucoup de secteurs. La construction, par exemple, a créé 21 000 emplois, en plus des 31 000 de décembre. En dépit de ces gains réels, cependant, 1,5 million de travailleurs du BTP restent au chômage, pour un taux de chômage officiel de 17,7% dans ce secteur.

Les usines ont créé 50 000 emplois en janvier, en plus des 32 000 de décembre. L’an dernier, pour la première fois depuis dix ans, l’emploi dans les usines a augmenté. Le taux de chômage officiel des travailleurs des usines est tombé de 9,9 en 2011 à 8,4%.

Le président de l’AFL-CIO [2] Richard Trumka a déclaré : « Les germes d’une croissance soutenable de l’emploi sont clairement là- si le Congrès Républicain échoue à affaiblir la reprise. »

« Les dirigeants républicains, qui avouent ne pas s’intéresser aux pauvres et font toujours pression pour des mesures d’austérité inopportunes à Washington et dans les États, sont un risque très réel pour cette fragile reprise. »

« Le Président Obama, en revanche, a dit Trumka, a conçu un programme complet pour la création d’emplois et le partage des richesses, plutôt que pour les privilèges de quelques uns. »

[1] Il convient de rappeler qu’est considérée comme chômeuse une personne sans emploi et cherchant à travailler. Les personne ne souhaitant pas avoir ou reprendre une activité, comme les retraités par exemple, sont classées comme « inactives ».

[2] Le syndicat dominant aux Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s