Surfacen : un médicament d’origine animale qui sauve des vies humaines, par Tania Hernández

source : Radio Havane Cuba

Changement de Société a déjà publié sur le SUFRACEN.

L’Institut National Cubain de la Recherche sur les Porcins a obtenu cette année 827 poumons de porc en bon état et il les a remis au CENSA, le Centre National de la Santé dans l’Agriculture et l’élevage pour les utiliser dans la production de Surfacen, un médicament pour combattre le Syndrome de Déficience Respiratoire ou Syndrome des membranes Hyalines  chez les nouveaux nés. Le docteur Carmen María Mederos, directrice de l’Institut National de la Recherche Porcine de notre pays a expliqué à Radio Havane Cuba qu’avec chaque poumon de porc on peut fabriquer 1,2 dose de ce médicament qui réduit la tension superficielle des alvéoles et comble les déficiences de surfactant  pulmonaire. Ce dernier est une substance constituée essentiellement de phospholipides et qui tapisse l’intérieur des alvéoles pulmonaires. Il est sécrété par des cellules alvéolaires spécialisées : les pneumocytes II. Ce surfactant est en contact direct et permanant avec l’air des alvéoles et sa principale propriété est d’être tensioactif, ce qui lui permet de diminuer les tensions qui s’exercent sur ces parois alvéolaires et d’empêcher ainsi un collapsus avec effondrement des alvéoles sur elles-mêmes.

Le docteur Mederos a ajouté :

« Nous pourrions dire qu’il y a une forte composante de sensibilité humaine car il contribue à réduire l’indice de mortalité infantile auquel le gouvernement cubain donne un grand suivi. Le taux de mortalité infantile de 4,9 atteint par notre pays l’année dernière en est une preuve. C’est un des acquis de notre pays. Il fallait donc satisfaire la demande du ministère de la santé publique du médicament appelé Surfacen destiné au traitement des nouveaux nés. Cette recherche  est coordonnée par le CENSA, le Centre National de la Santé dans l’Agriculture et l’élevage qui produit le Surfacen à échelle industrielle et le commercialise avec le Ministère de la santé publique. Notre institution, en coordination avec l’Institut de la Science Animale et des entreprises porcines de Matanzas et de La Havane, fournit la matière première qu’est le poumon sain et utile du porc pour la production de ce médicament.

« Cela a eu un impact très important car le Surfacen est commercialisé à l’échelle internationale à environ 400 ou 600 dollars la dose. Il est donc très coûteux. Nous pouvons le produire dans notre pays et satisfaire la demande pour le ministère de la santé publique ».

Ce médicament cubain, utilisé dans les salles de néonatologie est également distribué dans les pays membres de l’ALBA, l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique comme l’a relevé le docteur Carmen María Mederos. Elle a précisé :

« Notre institution a participé avec d’autres du ministère de l’agriculture et du ministère de l’enseignement supérieur, à la formation de spécialistes et de techniciens dans les domaines de l’élevage et de l’agriculture et plus particulièrement dans l’élevage de porcs. Nous avons travaillé également à des projets de recherche, de développement et d’innovation au Venezuela. L’Institut de la recherche avicole et l’institut de la science animale  ainsi que notre institut y ont participé. Nous avons également une entreprise mixte Cuba-Venezuela appelé « Des porcins de l’ALBA » qui a été créée en 2008 au Venezuela. Nous allons avoir parallèlement ici une autre entreprise dans les prochains mois dans la province de Matanzas ».

Le docteur Carmen María Mederos a rappelé que l’Institut National de la Recherche Porcine travaille pour remplacer des importations. Elle a ajouté :

« En matière de remplacement d’importations l’on a travaillé très fortement. Il s’agit d’une équipe bien intégrée de notre institut avec d’autres institutions de notre pays qui centre son intention sur le remplacement des importations de grains. Les aliments conventionnels des porcins sont faits à base de maïs et de soja qui sont de plus en plus chers sur le marché international et ils sont de plus nécessaire aussi pour l’alimentation des être humains et assez récemment ils sont utilisés dans la production de biocombustibles. Depuis la fondation de cet institut, nous avons centré notre attention sur la production porcine avec des aliments nationaux. Dans le contexte actuel cette priorité a été renforcée et nous travaillons d’arrache-pied à l’élaboration de toute une gamme d’aliments qui existent dans chaque zone notamment dans les coopératives paysannes agricoles qui ont des accords avec  nos entreprises porcines »

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s