L’Ecole Latino-Américaine de médecine aujourd’hui (4/5), par Don Fitz

source : The Monthly Review

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société.

Voici l’avant-dernière partie de l’article de la Monthly Review sur l’Ecole Latino-Américaine d de Médecine, qui forme, non loin de La Havane, des médecins de pays du Tiers-Monde. Les parties précédentes sont disponibles ici, et .

Les médecins comme professeurs

Comme pour beaucoup d’étudiants de l’ELAM, étudier la médecine aurait été impossible pour Ivan Angulo Torres, de Lima, au Pérou. Le coût aurait été prohibitif et seulement cent étudiants par an entrent en fac de médceine à Lima. Quand il a entendu parler de l’ELAM pour la première fois en 2002, Ivan étudiat l’administration hôtelière. Deux ans plus tard, il était à La Havane. Quatre de ses parents ont assisté à la cérémonie de remise de diplôme du premier médecin de la famille. [24]

Le contenu de la formation change un peu, suivant que les étudiants ont ou non des bases suffisantes en biologie, en chimie, en physique, qu’ils viennent de Cuba, d’Amérique Latine ou d’une culture qui ne serait pas latine ; et suivant qu’ils parlent ou non couramment l’espagnol. Plutôt que de commencer son année scolaire en Septembre, Ivan a commencé ses études en Mars 2004, parce qu’il avait besoin de six mois de cours de sciences.

Les deux premières années de faculté de médecine comprenaient des cours fondamentaux comme l’anatomie, l’histologie, la biochimie, la génétique, les cours sur les systèmes organiques, la psychologie, la pathologie et le modèle médical cubain, avec son insistance sur la santé publique. Ivan a été en contact avec un consultorio de quartier durant sa première année et a appris à examiner les patients l’année suivante. Durant sa quatrième année, il a, en guise de stage pratique, commencé à travailler de 8 à 10 heures chaque matin avec des patients hospitalisés. Il faisait des tournées avec les médecins de 10heures à 13 heures et prenait des cours de symptomatologie, de médecine interne, de radiologie, d’anglais etc. l’après-midi.

La quatrième et sa cinquième années, il a suivi des cours intensifs sur le modèle cubain de médecine générale intégrale, qui met l’accent sur le fait que les gens sont des êtres bio-psycho-sociaux, dont le contexte de vie doit être compris pour rendre efficace le traitement. Le modèle cubain de médecine générale intégrale apprend aux médecins à enseigner aux patients comment prendre soin d ‘eux, en grande partie par un changement du contexte social de leur vie et de leur communauté. Durant ces années, Ivan a étudié la santé publique et a effectué des services hospitaliers de deux mois chacun dans des domaines comme la médecine générale intégrale, l’ORL, l’ophtalmologie, la gynécologie et l’obstétrique, la pédiatrie, la chirurgie, l’orthopédie, l’urologie, la dermatologie et la psychiatrie. Durant son année comme interne, sa sixième année, il a été responsable de patients dans un consultorio tous les jours et de patients d’une polyclinique un jour par semaine. Il a aussi achevé les stages par spécialités commencés durant sa sixième année.

Dès le début de leur formation, les étudiants de l’ELAM apprennent que l’essence de la santé publique est la clinique de quartier, ou consultorio. Le système médical a pour but de traiter 80% des problèmes de santé au consultorio, qui s’occupe d’environ 150 familles. [25]. Avec le cabinet médical au rez-de chaussée, le logement du médecin au premier étage et celui de l’infirmière au troisième, le consultorio est souvent décrit comme un cabinet médical de quartier. C’est le fonctionnement idéal du consultorio cubain, mais ce schéma ne rend pas compte des larges variations qui existent sur le terrain ou de la relation étroite entre les étudiants en médecine et le consultorio.

En décembre 2009, le Dr Alejandro Fadragas Fernandez et l’infirmière Maité Perdomo m’ont montré leur consultorio, qui s’occupe de 500 familles et 1800 patients, plus grand que le consultorio typique à Cuba. [26] . Une affiche fait la liste du “coprs enseignant”, composé de deux médecins, quatre infirmières, deux étudiants de premières années, cubains ou étrangers de l’ELAM, un étudiant de quatrième année, un étudiant de cinquième année, et un interne.

L’affiche en dit long. Premièrement, les étudiants en médecine sont intégrés aux soins de proximité dès leur première année de médecine. Deuxièmement, les habitants de Cuba sont habitués à avoir des étudiants étrangers impliqués dans leur traitement. Troisièmement, puisqu’il peut y avoir plusieurs médecins et infirmières dans le consultorio,ils ne vivent pas tous nécessairement dans le même immeuble. Ils vivent dans le quartier ou à proximité et leur degré d’intégration à la communauté est complexe. Quatrièmement, les cours de médecine ne sont pas limités à l’ELAM mais sont intégrés à la pratique de la médecine de quartier à Cuba- les médecins savent qu’aider à former des étudiants en médecine fera partie de leur métier. C’est tellement vrai que les étudiants en médecine utilisent souvent les mots profesor et médico (médecin) comme s’ils étaient interchangeables.

[24] Entretien avec Ivan Angulo Torres, La Havane, Cuba, 31 Mai, 2010.
[25]Sur le rôle du Consultorio dans le système médical cubain, voir Lee T. Dresang, Laurie Brebick, Danielle Murray, Ann Shallue, and Lisa Sullivan-Vedder, “Family medicine in Cuba: Community-Oriented Primary Care and Complementary and Alternative Medicine,” Journal of the American Board of Family Medicine 18 no. 4 (July-August, 2005): 297-303.
[26] Entretien avec le Dr. Alejandro Fadragas Fernández et Maité Perdomo, Consultorio No. 5, La Havane, Cuba,30 décembre 2009.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s