Adel Yzquierdo Rodriguez, ministre cubain de l’Économie : Rapport sur les résultats économiques de 2011 et du Plan économique et social pour l’an 2012

source : Granma, 28 décembre 2011.

Le rapport ci-dessous a été présenté il y a une semaine devant l’Assemblée Nationale cubaine. Le lecteur pressé en trouvera les principaux éléments résumés dans l’article traduit ici par Changement de Société.

Général d’armée Raul Castro Ruz, président du Conseil d’État et du Conseil des ministres ;

Camarade Ricardo Alarcon de Quesada, président de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire ;

Chers invités ;

Camarades députés ;

Lors de l’adoption, par le Conseil des ministres, du Plan 2011, en novembre de l’année dernière, instruction fut donnée d’actualiser ce plan pendant le premier trimestre de l’année, pour diverses raisons, dont les fluctuations des prix sur le marché mondial et le non-respect du plan d’investissements.

Au mois d’avril fut adoptée l’actualisation du Plan 2011. Et, le 1er août, l’Assemblée nationale a été informée des résultats du premier trimestre de l’année.

À la fin de 2011, la croissance du Produit intérieur brut, à prix constants, est estimée à 2,7%, soit un 3% inférieur aux prévisions. La principale cause de ces résultats réside dans le non-respect du plan de construction et de montage pour les investissements, évalué à 12%.

Dans cette croissance, la sphère matérielle représente 56,4%. Certains secteurs se sont mieux comportés : le secteur agricole (2,0%), le commerce (5,0%), l’industrie manufacturière (2,7%), et dans ce dernier secteur l’industrie sucrière (5,2%).

En comparaison avec la période précédente, l’économie cubaine montre un comportement favorable grâce à l’effort réalisé par le pays pour contrer les difficultés découlant de la crise économique internationale, du criminel blocus exercé par les États-Unis, ainsi que des insuffisances du modèle économique, à la reformulation duquel nous travaillons.

En 2011, le commerce extérieur affiche un bilan commercial positif, le plan des importations ayant été exécuté à 101,2 %, et le plan des importations à 100%.

La consommation totale de combustibles et de lubrifiants représente 97,1% du plan, un résultat plutôt favorable compte tenu de la croissance de l’économie de 2,7% par rapport à l’année dernière. La consommation d’électricité a été de 99,1% sur le total prévu, ce qui a permis d’obtenir une certaine stabilité dans la génération d’électricité et de disposer d’une réserve suffisante pour parer à toute éventualité, ce qui nous assure une qualité correcte dans la prestation de ce service. Il y a une plus grande efficience énergétique, si l’on sait que nous consommons 112,4 tonnes par million de pesos du PIB, soit 3,3 tonnes en moins par rapport aux prévisions (115,7t/MMP).

Le plan des investissements est exécuté à 74%, en raison, notamment, d’irrégularités dans la composante des équipements (49%) attribuables aux retards dans l’exécution des contrats, ainsi que dans la construction et le montage (12%), du fait du manque d’intégralité dans sa préparation et son exécution.

En ce qui concerne les ventes de biens et de services, les indicateurs restent 6% en deçà du plan fixé du fait d’une baisse des ventes de pain en vente libre dans les entreprises alimentaires des Conseils d’administration provinciale (CAP) provoquée par une diminution de la demande ; le désapprovisionnement des marchés agricoles ; ainsi que des insuffisances dans les ventes de matériaux de construction et de matériel agricole dus aux problèmes d’organisation et de prix.

On estime qu’à la fin de 2011 le taux des travailleurs sera légèrement supérieur à l’année précédente (0,3%), avec une diminution des salariés dans le secteur d’État et une hausse des travailleurs indépendants, conformément à la politique tracée dans ce sens.

La productivité de tous les salariés dans l’économie augmente de 2,8%. Dans les entreprises, la hausse de la productivité est estimée à 10%, à prix courants ; tandis que le salaire moyen augmente de 2,7%, d’où un rapport salaire moyen/ productivité de 0,93%, ce qui constitue une amélioration par rapport aux années précédentes.

Le comportement des finances externes a connu des progrès dans plusieurs aspects : nous sommes parvenus à réaménager une partie importantes des dettes prévues en 2011 et à honorer les engagements que nous avions contractés au titre de ce rééchelonnement, en accord avec la politique tracée par le pays.

Les schémas fermés de financement en devises se sont consolidés, ce qui a augmenté le niveau d’efficience et assuré la réalisation d’activités importantes pour l’économie nationale.

Les impayés aux créanciers étrangers seront réglés avant la fin de l’année. Les principales insuffisances qui nous ont empêchés d’atteindre les objectifs que nous nous étions fixés ont été relevées dans des secteurs comme la production d’aliments : viande bovine et de porc, lait, haricots secs, maïs, café et agrumes. Ce qui nous a obligés d’effectuer des importations supplémentaires de l’ordre de 48 875 000 dollars, non prévues dans le plan ; les matériaux de construction : tuiles en asbeste ciment, meubles sanitaires, couvertures en céramique et en ciment, ce qui a entravé les ventes à la population ; les transports publics de passagers, qui sont restés légèrement au-dessous du plan (3,5%) en raison notamment de la faible disponibilité technique des véhicules.

Le plan 2012 a été confectionné à partir de la Projection de l’économie à l’horizon 2016 et en conformité avec les Orientations de la politique économique et sociale du Parti et de la Révolution, et les indications en vue de son élaboration ont été adoptées par le Conseil des ministres.

En synthèse, les Indications en vue de l’élaboration du Plan 2012 ont reposé sur les critères suivants : accélérer les investissements générateurs de devises à court terme, en amortissant leurs revenus ; stimuler les revenus en devises en général sans consentir de dépenses qui dépassent nos possibilités ; augmenter sur des bases objectives les productions nationales, et en particulier la production d’aliments ; encourager l’économie des porteurs énergétiques ; diversifier l’offre de biens et de services, et augmenter l’efficience dans la gestion des ressources.

L’élaboration du Plan a commencé avec le processus de conciliation des demandes entre producteurs et clients, ce qui a permis une meilleure compatibilité des niveaux d’activité proposés.

Le Plan 2012 présenté à l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire a été préalablement examiné par le Conseil des ministres, qui l’a approuvé le 25 novembre dernier.

Il est prévu une croissance du Produit intérieur brut, à prix constants, de 3,4%. Cette croissance se situe au-dessous du rang conçu dans l’actualisation des projections à l’horizon 2016 (4,4% moyenne annuelle). Cependant, en raison du contexte international prévu, il est situé dans un intervalle probable compte tenu de la forte dépendance de l’économie vis-à-vis de la conjoncture internationale.

À cette croissance escomptée contribue l’activité de construction, qui enregistre une croissance de 27,2% du fait du processus d’investissements prévu. Il est prévu d’importer pour 1 717 millions de dollars d’aliments, inférieur de plus de 50 millions à ce qui avait été estimé en 2011, ce qui représente 206 700 tonnes de moins.

Grâce à la hausse de la production nationale, notre pays ne devrait pas avoir à importer, entre autres, 117 000 tonnes de riz, 45 500 tonnes de graines et 2 000 tonnes de lait en poudre, ce qui représente une économie de 120 400 000 dollars.

En général, les prix des denrées alimentaires enregistrent une hausse de 16 à 30 dollars par tonne, ce qui fait que les importations en grandes quantités représentent des millions. Ainsi, pour le riz dont le prix a augmenté de 16 dollars, le pays devra dépenser 5 200 000 dollars de plus.

Le solde de l’échange commercial (exportations moins importations) est positif. Les revenus prévus au titre du tourisme augmenteront de plus de 15%. Le nombre de visiteurs étrangers s’accroîtra de plus de 8%.

Le solde du compte courant du bilan en devises est favorable, en accord avec l’Orientation de limiter les dépenses en fonction des revenus. Par ailleurs le processus de réaménagement d’une partie des dettes contractées dans les années précédentes se poursuivra.

Nous sommes parvenus à définir avec plus de précision les différents indicateurs qui correspondent aux Associations économiques internationales et qui ont à voir avec le Plan de l’économie. À cet égard, il s’impose de veiller et d’exiger le respect des niveaux d’exportations fixés au moment de conclure des affaires conjointes.

Il est prévu de continuer d’améliorer l’efficience énergétique grâce à une diminution de 1,4 tonnes de la consommation de combustible pour chaque million de pesos du Produit intérieur brut par rapport aux estimations de 2011 (112.4 t / MMP).

Pour 2012 les investissements prévus sont de l’ordre de 7,28 milliards de pesos, avec un accent particulier sur ceux qui génèrent des revenus au titre des exportations, ou qui représentent une diminution des importations à court terme.

Le nombre des travailleurs augmentera de 70 000, ce qui représente une diminution de 170 000 salariés de l’État, et une augmentation de 240 000 dans d’autres formes non étatiques.

Les ventes totales de biens et de services devraient augmenter de 4,9%. La structure de l’offre du système MINCIN (ministère du Commerce intérieur) se modifie, du fait que des ressources sont destinées à renforcer les ventes de matériel agricole (296 MMP) et de matériaux de construction (2 300 MMP) sur le marché en vente libre, de même que les aliments prêts à la vente et autres produits, y compris du matériel pour satisfaire la demande des travailleurs indépendants.

Une fois calculés les niveaux de ventes de marchandises et de services, ainsi que le comportement des revenus prévus de la population, l’équilibre des finances interne est garanti.

Nous accordons une importance primordiale au processus de répartition du Budget pour l’année 2012 vers les entreprises et les entités économiques afin de garantir qu’elles puissent disposer de leur propre plan au début de l’année. À partir du mois de janvier, et sous la conduite de la Centrale des travailleurs de Cuba aura lieu la discussion du Plan et du Budget avec les travailleurs dans chaque lieu de travail.

Camarades députés :

Pour 2012, il est probable que les tensions se maintiennent dans le contexte économique international. Au plan interne, la mise en exécution des Orientations de la Politique économique et sociale du Parti et de la Révolution, en conformité avec le chronogramme prévu, devrait contribuer à un meilleur comportement de l’économie.

Respecter les objectifs et les exigences du Plan, et procéder à son contrôle systématique et exhaustif est un devoir de tous.

Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s