L’Opération Doriot de Cheshire Cat, par Marc Harpon

Plusieurs sites de gauche ont récemment repris un article, dont l’auteur répond au pseudonyme de The Cheshire Cat : Le Grand Soir, Investig’Action, Bellaciao, etc. Le nom choisi par l’auteur ne nous dit rien sur ses convictions politiques, puisqu’il s’agit simplement d’une référence à Lewis Carroll, ou, vu son niveau intellectuel, à Walt Disney.

L’article se veut une critique des propos tenus par Michel Briganti, l’un des auteurs de La Galaxie Dieudonné, lors d’une conférence organisée le 18 novembre dernier à la CNT. Mais c’est sans citer Briganti que Cheshire Cat prétend le démolir. Sur 12412 caractères, 1298 concernent le seul aspect extérieur  de l’auditoire : plus de 10% de l’article! Après quatre paragraphes à s’étonner de l’allure des anarchistes, contraire à ce qu’il avait imaginé à la lecture d’Orwell, Cheshire Cat en vient enfin au propos et perd un paragraphe à avouer sa propre inculture : Cheshire Cat n’est pas un habitué des sorties culturelles. Il n’a manifestement jamais assisté à une conférence, ou alors, ce qui est plus probable, il est de mauvaise foi. Car il s’étonne que l’orateur s’exprime «  seul pendant plus d’une heure et demie sans interruption, sans applaudissements, sans bruit d’approbation ou de désapprobation ».

Cheshire Cat n’est manifestement pas là pour écouter Briganti ni pour lui apporter une contradiction honnête. Quand il passe enfin de la forme au fond, il fait ce qu’il reproche au conférencier : il s’exprime seul sans discontinuer ni laisser la parole à l’adversaire. Car les propos de Briganti sont critiqués sans être cités. Bien entendu, l’explication est à rechercher du côté de « l’absence de fond » (sic) du discours de Briganti, plutôt que des objectifs politiques de l’auteur du compte-rendu. Les paragraphes 6 à 13, qui prétendent résumer la conférence, ne citent quasiment pas l’intervenant : « galaxie », « nébuleuse », « de l’extrême droite »,« complotistes », « anti-sionistes », « ils ont le droit , comme vous et moi, peut-être », « dangereuse », « On n’a jamais voulu jouer l’amalgame », « militants de la confusion, des confusionnistes… des imposteurs. » A en croire cette liste exhaustive des citations mises entre guilllemets sur les paragraphes 6 à 13 (2192 caractères), voilà à quoi se résumait le propos de Briganti. Il y a de quoi surprendre quiconque a eu La Galaxie Dieudonné entre les mains, non?
Les paragraphes 14 à 18 (1282 caractères) de l’article traitent des questions posées à Briganti. Tout à coup, les citations sont plus longues- comme par hasard. Cheshire Cat reprend même plusieurs phrases complètes, avec sujet, verbe et complément : « Est-ce que vous avez rencontré Dieudonné ? » Briganti répond négativement. Mais la question est foncièrement bête : demande-t-on à Stéphane Courtois s’il a rencontré Staline et Mao? Les documents (photographies, déclarations, communiqués, articles de presse, albums de la famille Le Pen) attestant des liens entre Dieudonné et l’extrême droite sont nombreux. D’ailleurs, il y a fort à parier que l’imbécile qui a posé cette question n’a sans doute jamais conversé avec Dieudonné, ou alors, il lui a simplement serré la main à la fin d’un spectacle et glissé trois mots de soutien. Autre question : «  Puisque vous savez tout sur Dieudonné, combien de procès a-t-il gagné et combien a-t-il perdu ? » On sent le provocateurr venu faire le malin. Il y en a dans toutes les conférences. Il est peu probable que Briganti prétende savoir jusqu’au nombre de cheveux sur la tête de l’ex-comédien. La question prête ainsi à son destinataire une prétention qu’il n’a sans doute jamais eue : tout savoir sur Dieudonné. L’objectif de la question est tout simplement de déstabiliser le conférencier, de le mettre en difficulté, bref, de « perturber » la séance. Et c’est à dessein que j’emploie ce mot : perturber.

En effet, une semaine avant l’événement, on le retrouve sous une plume qui prétend être celle du Parti Solidaire Français ou PSF, un groupuscule d’extrême droite dont le nom reprend les initiales du premier parti ouvertement fasciste fondé en France, le Parti Social Français de Doriot, un des deux grands partis de la collaboration en 39-45. Dans un commentaire à un article du National Emancipé daté du 9 novembre, reprenant simplement l’annonce de la conférence diffusée par la CNT, le PSF écrit :

« nous sommes en mesure de perturber leur conférence… »

En fait, plusieurs des principaux sites de l’extrême droite avaient, à la suite d’Egalité et Réconciliation, publié toutes les informations utiles pour se rendre à la conférence et la « perturber ».  Le National Emancipé n’avait fait que participer à un buzz lancé par d’autres.

Il n’y a pas que son nom que Cheshire Cat veut cacher. Il tait les raisons qui l’ont amené au siège de la CNT, ainsi que le nom de ses donneurs d’ordre ou, s’il agit seul, de ceux qui lui ont inspiré de s’y rendre et d’écrire un article malhonnête que reprendraient l’extrême gauche et l’extrême droite. Doriot, fondateur du premier parti fasciste français, avait commencé par tenter de promouvoir, à l’intérieur du PCF dont il a été membre, l’alliance entre communistes et « nationalistes », de créer des ponts entre la droite extrême et la gauche radicale. Cheshire Cat, c’est une n-ième opération Doriot

Pour mieux ratisser à gauche, Cheshire Cat, qui n’a décidément rien à dire sur l’intervention de Briganti, consacre toute la fin de son article (plus précisément les 7230 derniers caractères, ou encore les 60 derniers pour-cents de son texte!) à parler non de la soirée du 18 novembre mais des victimes de gauche de la galaxie « antifa » (antifasciste), et, notamment, de Michel Collon, récemment interdit de Bourse du Travail. C’est de cette manière qu’il a réussi à faire que des provocations organisées par l’extrême droite soient relayées par des sites de gauche.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s