Trois textes sur la presse cubaine (1/3), présentés par Marc Harpon


Textes choisis, présentés et traduits (sauf l’extrait de Raul Castro) par Marc Harpon pour Changement de Société

La question de la presse fait partie des thèmes les plus instrumentalisés par les ennemis de la Révolution Cubaine. Lorsque des commentateurs honnêtes (il y en a) en parlent, c’est généralement sans mention du contexte auquel Cuba se trouve confrontée : laver son linge sale en public risque toujours de donner du grain à moudre à des adversaires toujours prêts à déformer la réalité cubaine. Ceci dit, la presse connaît, à Cuba comme ailleurs, des dysfonctionnements, dont les cubains eux-mêmes sont conscients. Les documents que Changement de Société propose ici sont à prendre comme des pièces du débat révolutionnaire sur la presse. Il s’agit d’un extrait du Rapport Central au Sixième Congrès du Parti Communiste de Cuba, présenté par Raul Castro le 16 avril dernier, d’un article de Guillermo Rodríguez Rivera, professeur de philologie à l’Université de La Havane, et d’un texte de Vladia Rubio, journaliste au sein de la très prestigieuse revue cubaine Bohémia, qui répond aux critiques de Rodriguez Rivera. Les trois points de vues proposés, celui de Raul comme les deux autres, sont des points de vues révolutionnaires, quoique différents.

Raul : «  chasser définitivement l’habitude du triomphalisme »

source : Rapport Central au Sixième Congrès du Parti Communiste de Cuba, 16 avril 2011

« Pour aboutir à ce résultat, la presse cubaine, dans ses différents formats, est appelée à jouer un rôle décisif dans l’éclaircissement et la diffusion objective, constante et critique de la marche de la mise à jour du Modèle Économique.  Par conséquent, grâce à  des articles et à des travaux sagaces et concrets, dans un langage accessible à tous, va se développer dans le pays une culture sur ces thèmes.

Sur ce front, il faut aussi chasser définitivement l’habitude du triomphalisme, la stridence et le formalisme au moment d’aborder l’actualité nationale et générer des matériels écrits et des programmes de télévision et de radio qui, de par leur contenu et style attirent l’attention et encouragent le débat dans l’opinion publique.  Cela suppose l’élévation de la professionnalité et les connaissances de nos journalistes ; s’il est vrai que, en dépit des accords adoptés par le Parti sur la politique informative, la plupart des fois ils n’ont pas l’accès opportun à l’information ni le contact fréquent avec les cadres et spécialistes responsabilisés avec les thématiques en question.  L’ensemble de ces facteurs explique la diffusion, en plusieurs occasions, de matériels ennuyeux, improvisés et superficiels.

Non moins important sera l’apport que nos médias devrons pourvoir en faveur de la culture nationale et de la récupération de valeurs civiques dans la société. » 17 avril

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s