La moitié des habitants du Nicaragua bénéficie de l’aide médicale cubaine, par Maria Julia Mayoral

Daniel Ortega en compagnie du Commandant Fidel.

source : Negocios en Cuba, año XIV, n°9, 2011

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

 

Plus de la moitié de la population du Nicaragua, une des plus pauvres d’Amérique Latine, a pu faire face à ses problèmes de santé ces quatre dernières années grâce ) des consulatitons fournies ici par des médecins cubains.

 

Le secrétaire aux Relations Extérieures du Front Sandiniste de Libération Nationale (FSLN) au pouvoir, Jacinto Suárez, a décrit cela comme une « invasion de l’amour », « une invasion blanche », en référence à l’uniforme des médecins.

Une brigade médicale qui atteint les 49 mois de service ininterrompu dans ce pays d’Amérique Centrale travaille avec ses spécialistes dans diverses régions du pays, parmi lesquelles les deux régions autonomes de la côte caribéenne, les départements de Rio San Juan, Matagalpa et Chontales, explique le conseiller de la mission diplomatique de La Havane, Hugoberto Fornaris.

Pour une confirmation statistique, plus de 3 938 700 personnes ont été soignées dans des installations médicales cubaines ; c’est-à-dire que « plus de la moitié de la population du Nicaragua a été vue en consultation par des médecins cubains », sans compter ceux qui ont été examinés « quel que soit le lieu où cela a été nécessaire » d’après le diplomate cubain.

Les interventions chirurgicales pratiquées par les experts de l’île dépassent les 12 000 et les accouchements de femmes enceintes avoisinnent les 1800, tandis que le programme ophtalmologique de l’Opération Miracle a un solde de quelques 81 300 citoyens opérés pour des problèmes de cataracte, de pterygium et d’autres maladies oculaires.

La collaboration cubaine en matière éducative a permis de déclarer le Nicaragua territoire libre d’analphabétisme, d’après les chiffres établis par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO).

Un total de 30 conseillers composent la brigade éducative cubaine Yo sí puedo, qui offre une formation technique et méthodologique dans les 15 départements du pays, et appuient la stratégie visant à élever la scolarisation nationale au niveau minimum de la sixième.

On surnomme « les dynamiques » les collaborateurs cubains dans un autre des projets entrepris par le président Daniel Ortega. Il s’agit des 40 conseillers qui travaillent à résoudre les problèmes du système électrique national et à impulser le développement de divers secteurs économiques et sociaux.

A travers ce plan étatique, les pannes pour défaut de production électrique, qui ont par le passé atteint parfois les 14 heures par jour, durant les trois administrations néolibérales de 1990 à 2007, ont été éliminées.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s