Les États-Unis redoublent d’énergie pour persécuter les entreprises qui font des affaires avec Cuba, par la rédaction d’Opciones


source : Opciones, 5 Octobre 2011

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Les autorités étasuniennes ont condamné l’entreprise Flowserve Corp., dont le siège social se trouve à Irving, Texas, pour avoir vendu des équipements de prospection pétrolière à des compagnies qui font des affaires avec Cuba, affirme aujourd’hui un rapport officiel.

Un communiqué d’Adam J. Szubin, directeur du Bureau de Contrôle des Actifs Etrangers [ Office of ForeignAssets Control, ndt] (OFAC) du gouvernement, indique que l’entreprise a accepté de payer 502 000 dollars pour avoir violé les lois concernant de le blocus des États-Unis contre La Havane, indique Prensa Latina.

Ces derniers mois, des groupes conservateurs de Floride et du Congrès des États-Unis ont fait pression sur la Maison Blanche pour l’adoption de sévères mesures visant à entraver les plans de développement pétrolier des cubains.

L’entreprise sanctionnée conçoit, distribue et assure la maintenance de systèmes employés sur des plate-formes de forage en haute mer.

Flowserve et ses filiales à l’étranger ont vendu pour un total de 2 200 000 dollars de pompes, valvules et autres pièces, dont une partie a été acquise entre 2005 et 2006 par des compagnies qui maintiennent des relations commerciales avec Cuba.

La firme texane doit aussi verser 2 500 000 dollars au Bureau de l’Industrie et de la Sécurité [Bureau Of Industry and Security, ndt] (BIS) du Département du Commerce pour avoir transgressé les normes étasuniennes concernant les exportations.

A cause de ses sanctions, Flowserve Corp. a annoncé des mesures pour se retirer des marchés des pays sanctionnés unilatéralement par Washington.

Récemment, un groupe de 34 congressistes étasuniens, parmi lesquels la députée conservatrice de Floride, Iliana Ros-Lethinen, a demandé à l’entreprise espagnole Repsol YPF d’annuler ses plans d’exploration pétrolière dans les eaux de Cuba.

Parmi les objectifs de Repsol, il il y a l’utilisation d’une plate-forme de fabrication chinoise, la Scarabeo 9, pour explorer des gisements pétroliers cette années dans des eaux profondes de Cuba dans le Golfe du Mexique. C’est cette plate-forme qui est censée contenir un composant étasunien.

La firme espagnole est menacée sur le plan commercial et légal aux États-Unis si elle continue à appuyer le gouvernement cubain et à faire des affaires avec le pays.

A cette politique d’encerclement, s’ajoutent, de plus, des menaces contre les compagnies aériennes, les compagnies de croisières et les agences de voyage proposant des voyages vers Cuba.

Spirit Ailrines, pour avoir respecté les dispositions internationales obligeant à payer l’utilisation de l’espace aérien de tout pays, United Radio, dont le siège se trouve au Kentucky, et Sonida International, compagnie de Forest Hill, New York, de même qu’Atlantic Bank, ont été victimes de ces pratiques.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s