En dépit du blocus des USA, le tourisme à Cuba croît, par Luis Ubeda

Bien que les recettes ont diminué, le nombre de touristes allant à Cuba est en constante augmentation, et ce, en dépit du blocus étasunien.

source : Opciones, 19 Septembre 2011

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Le rapport annuel sur les dégâts causés par les barrières commerciales de Washington contre La Havane depuis les années 1960 du siècle dernier comporte un chapitre qui reflète l’industrie modeste de ce pays caribéen.

Depuis la promulgation du blocus il y a plus d’ un demi-sicèle jusqu’à 2010, le coût de cette mesure de harcèlement a été pour Cuba de 975 000 millions de dollars, tandis que le secteur touristique de l’ïle a cessé de rapporter plus de 1700 millions de dollars en 2010, à cause des graves effets du blocus sur les compagnies de croisière et les vols touristiques.

Néanmoins, en dépit de ces empêchements, l’industrie du loisir donne des chiffres positifs, avec plus de deux millions de voyageurs par an, environ 52 000 chambres et 300 hôtels et autres éléments dignes d’intérêt

Le tourisme étant considéré comme un des principoaux moteurs de l’économie insulaire, il n’échappe pas aux effets des restictions économiques étasuniennes, qui, comme un boomerang, affectent les citoyens étasuniens eux-mêmes, quant à la liberté de voyager. De telles mesures font obstacle aux investissements, aux flux de voyageurs, aux relations entre entreprises et aux transactions commerciales, entre autres.

« Les entreprises étasuniennes du secteur de l’hôtellerie ayant de forts investissements dans la région de la Caraïbe, ne peuvent accéder à ces opportunités dans l’île du fait des prohibitions du blocus », signale le document, intitulé Nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis d’Amérique contre Cuba.

Ce document informe que, si ces mesures n’existaient pas, le Grupo Empresarial de Marinas y Náuticas Marlin atteindrait des gains de 10 milliosn de dollars, puisqu’il dispose de 650 anneaux de port qui peuvent traiter, à un taux d’occupation de 75%, 179 000 embarcations/jours/an. De son côté, l’aéronautique civile a fait face de Mai 2010 à avril 2011 à des effets évalués à 276 506 681 dollars, pour les mêmes raisons.

Le texte ajoute que si pour l’on pouvait utiliser l’espace aérien des Etats-Unis pour les vols depuis et vers le Canada, le temps de voyage et l’effet sur l’environnement seraient diminués, et Cubana de Aviación ferait des économies significatives de plus de 2 000 026 000 dollars.

Le 25 octobre prochain, La Havane demandera à l’Assemblée Générale des Nations Unies de publier une nouvelle résolution pour exiger que soit mis un terme à ces mesures, après 20 ans à présenter ce rapport annuel.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s