Ce que coûte le non-respect des contrats, par Lourdes Rey Veitia

Trabajadores est la publication de la Centrale des Travailleurs de Cuba (CTC)


 

Source : Trabajadores, 29 Août 2011

traduit de l’espagnol et présenté par Marc Harpon pour Changement de société

On s’imagine souvent qu’à Cuba, la presse n’a pas le droit de parler des problèmes et que seuls les succès de la Révolution y sont mentionnés. L’article ci-dessous, à l’instar d’autres textes traduits par Changement de Société, est une preuve du contraire.

L’Inpud se réveille, mais plusieurs de ses productions traditionnelles sont affectées par le non respect des livraisons de matières premières.

L’élaboration cette année de plusieurs variantes des produits de l’Industrie Nationale des Ustensiles Domestiques (Inpud), de Villa Clara,  a été affectée par le non respect des livraisons de matières premières de la part du fournisseur national, Comercialiazdora DIVEP, en dépit des engagements contractuels et des obligations du plan.

Les plus grosses difficultés touchent la production de ventilateurs et de cafetières, tandis que de réelles préoccupations portent sur les réfrigérateurs.

Pour l’année en cours, la fabrication de 127 000 ventilateurs est prévue, et, à la fin du premier semestre, le chiffre atteint était de seulement 47 250. Les cafetières sont dans une situation similaire, puisque, des 60 000 prévues par le plan, seules 12 335 ont été fabriquées. Dans le cas des réfrigérateurs, dont la fabrication est prévue au dernier trimestre de l’année, si les livraisons ne sont pas garanties, le résultat attendu de 4176 unités produites risque d’être affecté.

Cette industrie est vitale pour remplacer des importations, puisqu’elle est appelée à alimenter le marché en produits cubains, qui ont toujours démontré une excellente qualité.

D’après un groupe de travailleurs, ce n’est pas le seul problème, puisqu’ils considèrent que la structure productive de l’Inpud , parce qu’elle a changé depuis presque dix ans (de fabricant, l’Inpud est devenu  assembleur-fabricant), subit maintenant des conséquences qui affecteent négativement certains indicateurs économiques, parmi lesquels la corrélation entre le salaire moyen et la productivité.

Ventilateurs, cafetières et réfrigérateurs

Les ventilateurs sont la production phare de l’Inpud. Au début, on avait crée une usine pour les construire entièrement, qu’on a par la suite consacrée seulement à leur assemblage. En 2010, s’est déroulé un processus de redressement sur les lignes de production à l’issue duquel on a commencé à importer deux composants (le moteur et le clavier) et la matière première (résines plastiques avec lesquelles ont fabrique le reste des composants).

« L’arrivée tardives des moteurs et des claviers est ce qui nous a mis dans cette situation complexe. Nous avons eu des difficultés avec le contrat, quelques ajustements et même des réclamations officielles ont été faits » a précisé l’ingénieure Doris Rodriguez Diaz, directrice adjointe de l’entreprise.

Pour sa part, Antonio Diaz, chef de production sur cette chaîne de travail, a signalé : « Avec l’appui du mouvement des innovateurs(1), nous parvenons à donner une solution définitive au problème des peintures, puisque cette partie du travail, il fallait la faire dans d’autres entreprises, ce qui limitait l’efficacité en augmentant les dépenses sur les services de sous-traitance »

Sur les cafetières, Doris Rodriguez signale que « les produits chimiques pour fondre les matériaux, qui sont indispensables, parce qu’ils doivent être appliqués un mois à l’avance pour garantir la qualité de la suite des opération, n’ont pas été importés. De la même manière, il y a d’autres limitations techniques, et manques de parties et de pièces pour la maintenance des machines ».

Dans le cas des réfrigérateurs, depuis plus de dix ans, l’Inpud n’en produit plus. En 2010, ses techniciens se sont employés à mettre au point une chaîne pour la fabrication de trois modèles, ils ont aussi essayé, à partir d’un don iranien, de les fabriquer entièrement à Cuba. Cela prouve que l’expérience acquise dans la fabrication de ces équipements il y a cinquante ans est adaptée aux défis actuels. Dans cette perspective, il ont construit les outils, les moules et les instruments pour la coupe des matériaux.

« Afin de maintenir la production, on a prévu des tâches en fonction des matières premières que l’on recevait, les travailleurs se mettent à accomplir ces tâches et on se dépêche jusqu’à ce qu’arrivent d’autres fournitures » a souligné Doris Rodriguez.

Pedro Manuel Mendoza, secrétaire du bureau syndical de l’Inpud, signale que  « l’histoire des années passées se répète, le plan de production avait été débattu par tout le monde dans les temps, il était possible de s’y tenir si des livraisons stables se maintenaient, la décision a été prise de renouer avec des productions anciennes malgré les changements complexes qu’elles impliquaient, mais les autres parties des contrats ont manqué à leurs obligations »

Fin connaisseur du potentiel du collectif de travail, Pedro a affirmé : « Quand la matière première sera livrée, nous ferons un effort. Pour tous les produits on établira un double service pour rattraper les retard et atteindre les objectifs du plan »

Cette situation a amené des difficultés salariales pour les ouvriers, qui, en majorité, n’ont pas reçu les primes d’intéressement.

Les autres productions

L’entreprise a un plan de production de 10176 cuisinières à gaz équipées de doubles fours, qui fonctionne bien. Les autocuiseurs, courants dans les maisons cubaines, ne sont pas inclus dans le plan, mais ils le seront l’an prochain, parce qu’il y a une demande pour ces produits.

De plus, dans cette entreprise, on fabrique des prises de courant, des interrupteurs, des lampes électriques, des emballages en plastique, des modules de portes, des éviers en acier inoxydable, des pièces de rechange pour l’ équipement électro-ménager fourni à la population, comme des joints de réfrigérateurs, des poignées, des chevilles, des valvules, et des hélices de ventilateurs. On y fabrique aussi des moules et des étampes pour d’autres entreprises du pays.

(1)Sur le Mouvement des innovateurs, voir cet article, où il est largement question de l’ANIR, L’Association Nationale des Innovateur et Rationalisateurs.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s