Un troisième géant naît sur l’Orinoco, par Waldo Mendiluza


source : Orbe, ano XII, n°9, semaine du 30 Juillet au 5 août 2011.

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Avec plus de 45% des travaux effectués, la construction du troisième pont sur le fleuve Orinoco avance au Venezuela, un des chantiers de ce type les plus importants du monde.

L’installation de 11 kilomètres de long reliera les États de Bolivar et Guarico, par la route, grâce à une infrastructure colossale sur ce fleuve de grand débit.

Nous fixons déjà presque mille pilots dans l’Orinoco et nous installons une des deux grandes bases pour soutenir le pont, a expliqué à Orbe le ministre vénézuélien du Transport et des Communications, Francisco Garcés, durant une visite offerte aux journalistes à travers le territoire oriental du pays.

D’après le ministre, la promesse de livraison en 2015, concrétise les plans de développement industriel et social du Gouvernement pour la région.

« Quand nous parlons de développement intégral, nous concevons ce pont comme faisant partie d’un projet comprenant de nouvelles routes, des voies ferrées, des industries, de nouvelles exploitations agricoles, de nouveaux quartiers urbains, une raffinerie » a-t-il exprimé.

Pourtant, il ne s’agit pas d’un simple carrefour supplémentaire, mais plutôt de l’interconnexion de deux centres productifs d’un Venezuela qui fleurit pour le bien de son peuple et de l’Amérique Latine, a-t-il ajouté.

Concernant les premières retombées, Garcés a mentionné la création de 12 500 emplois directs et indirects, une fois commencé l’investissement prévu de 2 500 millions de dollars.

Le troisième pont sur l’Orinoco- les précédents ont été inaugurés en 1967 et en 2006- exigera au total 557 000 mètres cubes de ciment, 93 000 tonnes d’acier renforcé et 27 000 tonnes de chemises d’acier.

De plus, il exigera 1 777 pilots, 50 traversins, 199 barres de traverse et 995 poutre prétordues.

Des structures locales apportent aussi leur pierre, comme Petroleos de Venezuela et Sidor, a souligné Garcés.

Etudes d’mpact environnemental

Dans des déclarations à Orbe, Gracés a précisé que les travaux de ce carrefour imposant ont été précédées d’études environnementales.

Nous avons tout pris en compte, de la flore et de la faune aux crues, dans le but d’affecter le moins possible les écosystèmes et la nature en général, a-t-il signalé.

Selon le ministre, en dépit de l’ampleur de l’infrastructure et des travaux qui y sont liés, l’harmonie entre l’environnement et la construction est garantie.

« Ici, nous faisons une révolution et cela signifie l’harmonie avec la nature, dans nos efforts pour avancer dans le développement socio-économique » a-t-il affirmé.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s