Toujours des signes de récession, par Rafael Contreras

source : Orbe, année XII, n°9, semaine du 30 Juillet au 5 août 2011.

traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

L’économie mondiale, en particulier celle des pays les plus industrialisés du monde, stagne et présente des symptômes de prolongation de la récession pour les prochains mois.

L’affirmation se trouve confirmée récemment par l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE) dans son rapport le plus récent, lequel décrit, chiffres et faits à l’appui, le crise économique et financière globale que traversent les pays capitalistes avancés.

L’OCDE, fondée en 1960, est une organisation de coopération internationale, dont l’objectif est de coordonner les politiques économiques et sociales des 34 pays membres et son siège central se trouve à Paris, en France.

Dans cette confédération, les représentants des différents pays se réunissent tous les six mois, pour échanger des informations et accorder leurs politiques, dans le but de maximiser la croissance économique et le développement, de même que celui des pays extérieurs à l’organisation.

Dans son rapport, rendu public par le secrétaire général José Angel Gurria, l’OCDE montrait que l’économie occidentale présentait des signes objectifs de stagnation, dans certains cas, et de recul dans d’autres.

Le document en profite pour prédire un ralentissement de la croissance dans la majorité des grandes économies, y compris les États-Unis, la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Espagne, le Japon et le Brésil.

Il précise que les indicateurs proposés pour les mois de Juin, Juillet et Août montrent une baisse entre autres au Canada, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, au Japon et en Russie.

Il émet des réserves et indique que les prévisions pour le Japon doivent s’interpréter avec prudence, du fait du haut degré d’incertitude causé par le tremblement de terre et le tsunami du 13 mars dernier.

Refuser le triomphalisme

Le rapport du club des pays les plus riches de la planète, jette à terre les discours triomphalistes de certains chefs d’État qui parlent d’une reprise économique.

On lit et on entend quotidiennement des nouvelles sur des signes de récupération économique globale, mais ce qui est certain c’est que ces indices sont contradictoires, et ce, depuis même les prévisions des principaux organismes internationaux.

Ni la Banque Mondiale (BM), ni le Fonds Monétaire International (FMI) ni même l’OCDE, ne s’accordent dans leurs prévissions, lesquelles sont chaque fois plus basses pour ce qui reste de l’année ou pour l’avenir.

Conformément à la juste opinion d’économistes et d’observateurs, les arguments sur une possible reprise se limitent au fait que la vitesse de la chute économique a diminué, bien qu’elle continue.

Pour certains, il est encourageant que les États-Unis augmentent leurs ventes de biens durables ou que le rythme de la baisse du Produit Intérieur Brut soit plus lent, mais ce qui est sûr c’est que dans ce pays, le chômage augmente (il est actuellement de 9,4%) et les Banques déclarées en faillite sont au nombre de 45.

De même, les prix immobiliers restent bas, le déficit commercial est gigantesque et les exportations ont cessé d’être un moteur de sortie de crise, à cause de la réduction de la demande de produits étasuniens.

De tous ces chiffres, et de nombreux autres, ce qui est certain c’est que la crise est là et que ses conséquences sont chaque fois plus graves, comme l’indique le record historique annoncé de plus de mille millions d’affamés cette année.

Un commentaire

  1. Bonsoir, c’est une juste réalité qui est d’ors et déjà condamnée à perdurer. Les Etats capitalistes sont empêtrés dans la résolution impossible: déficit réduit= plus d’impôts, donc moins de croissance, + de chômage etc, etc….. Le fameux cercle vicieux. Tout ceci ne s’arrêtera que le jour où nous exigerons de l’Europe la fin des banques centrales adossées aux lobbies de la finance mondiale, le retour aux monnaies adossées à une valeur réelle (ainsi, c’est la fin pour les USA de faire marcher la planche à billet pour tout solutionner) et garantir les dépôts des salariés ce qui empêcheraient les banques de spéculer sur l’argent des autres. C’est notre avenir qui est en jeu.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s