Communistes, nous n’avons aucun hommage à rendre à l’homme politique Jorge Semprun ! par Emile Torner, ancien déporté

Georges Semprun

Jorge Semprun est mort.

Ancien déporté résistant à Buchenwald-Langenstein, je ne puis être indifférent à la disparition d’un compagnon de souffrance.

Jorge Semprun était un écrivain. Je comprends que ceux qui ont apprécié son œuvre le regrettent.

Mais communiste, je ne conçois pas de rendre hommage à l’homme politique qui a trahi l’engagement de ses camarades. Comment Pierre Laurent peut-il saluer « ses combats pour l’émancipation humaine » et voir en lui un précurseur « que le PCF a sans doute trop tardé à entendre ».

A partir des années 60, Semprun aura utilisé sa qualité « d’ex », ex-résistant, ex-déporté, ex-communiste, pour prêter main forte à toutes les campagnes anticommunistes. D’abord habillés d’anti-stalinisme, ses prises de position, ses règlements de compte plutôt, ont vite révélé le nouvel engagement politique de l’individu : le parti de l’idéologie dominante, celui du capital et du patronat.

Dernièrement encore, il célébrait, une fois de plus, l’UE des multinationales dans un livre cosigné avec un certain Dominique de Villepin.

Il y a dix ans, Jean-Marie Messier le nommait au Conseil d’administration de Vivendi Universal…

Il n’aura eu de cesse de mettre en parallèle nazisme, stalinisme et communisme.

Ces déclarations, le statut de « conscience morale » que les gouvernants lui ont logiquement attribué, m’ont encore plus écœuré et révolté, comme nombre de mes camarades anciens déportés, à propos de la mémoire de la Déportation et du camp de Buchenwald.

Semprun, qui comme des milliers d’autres, devait sa survie à la résistance communiste dans le camp, aux sacrifices de l’Armée rouge, osait, entre autres, assimiler les camps nazis à des camps soviétiques. Cracher sur la RDA, célébrer l’Allemagne capitaliste restaurée, était devenu une obsession chez lui. Je l’ai vu, entendu, dénoncé.

On a le droit d’évoluer, de changer d’opinion politique. J’ai bien des camarades dans ce cas. Je respecte leur point de vue, je les contredis. Ils restent des amis.

Mais je n’ai aucun respect pour les renégats qui crachent dans la soupe et sont comblés d’honneurs pour cela par les pires ennemis des travailleurs.

 

Emile Torner, Buchenwald, 81.655

2 commentaires

  1. Merci pour ce témoignage…je ne connaissais pas l’ histoire récente de cet ex déporté.
    Je trouvais bizarre qu’ on rende hommage dans tous les médias à un ex résistant ancien communiste…maintenant je comprends mieux pourquoi…

    Merci pour cet éclairage
    salutations fraternelles Monsieur Torner

  2. Oui, même le Parti Communiste aurait pu donner ces INFOS. depuis longtemps ! Dommage que l’on ait pas expliqué avant comme beaucoup d’autres choses ! Décidément la chute d’un fichu socialime en Europe de l’Est avait rendu bien amnésiques certains !!!


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s