Se mettre à l’école des paysans par Ramon Barreras Ferran

  

source : Trabajadores, 18 Mai 2011

Traduit de l’espagnol par Marc Harpon pour Changement de Société

Le guajiro Modestico Rodiguez arpente ses terres en bombant le torse parce qu’hier, il a reçu la médaille Romanico Cordreo, une des récompenses majeures octroyées par l’Association Nationale des Petits Agriculteurs (ANAP) à ceux qui ont excellé dans leur tâche de faire produire la terre.

Je me rappelle toujours de mes diverses rencontres avec lui et sa famille, paysans de pure souche, établis toute leur vie sur les terres fertiles et rouges de San Ignacio, dans les zones proches de l’entreprise agricole aux productions multiples qui porte le nom du lieu : Horquita, dans la province centrale de Cienfuegos. Il a répété avec assurance dans plusieurs entrevues que « pour que la terre produise, il faut bien s’en occuper, comme d’une enfant sage »

Proche de la terre et loin de toute vanité, cette philosophie favorise le fait que l’exploitation de Modestico apporte tous les ans une quantité élevée de grain, de viande et de légumes pour l’alimentation de ceux qui résident dans les localités urbaines ou dans la ville de Cienfuegos, très peuplée.

« Il ne suffit pas de regarder la terre pour qu’elle donne des fruits ; il faut travailler dur, la préparer adéquatement et prendre soin des cultures : nettoyer, arroser, mettre des engrais, récolter à temps » assure-t-il.

Comme lui, de nombreux paysans et ouvriers des coopératives agricoles sont arrimés à leur sol pour atteindre le maximum de sa fertilité et de ses bienfaits.

Une preuve de cela est, par exemple, que le territoire de Cienfuegos donne les meilleurs résultats de tous le pays dans ce secteur, avec 26% des terres cultivables, il produit 70% des aliments destinés à l’alimentation du peuple.

Et ce n’est pas le fruit du hasard. C’est le résultat de nombreuses heures d’effort, du matin au soir, et d’un fort sentiment d’appartenance, ce même sentiment qui manque dans les champs de nombreuses entreprises publiques, caractérisées dans de nombreux cas par la faible productivité, les faibles rendements et même l’abandon.

Il faut se mettre à l’école des paysans, il n’y a aucun doute là-dessus. L’engagement complet, la connaissance empirique ou obtenue par l’enseignement, l’attention portée aux semences et l’application au travail et l’effort logique pour que rien ne se perde, doivent se développer pour le bien de l’agriculture cubaine.

La célébration du 17 Mai, Jour du Paysan, laisse derrière elle une odeur d’espoir. L’occasion a été saisie pour répéter de nouveau que les accords du Dixième Congrès de l’ANAP sont en phase de réalisation et qu’ils font l’objet de contrôle périodiques pour éviter qu’ils ne « pourrissent » dans un tiroir. Dans les célébrations organisées dans tout le pays, de même que la reconnaissance légitime, il y a l’engagement de produire plus et plus efficacement pour soutenir une tâche dont les enjeux stratégiques relèvent de la sécurité nationale : l’alimentation.

Pour cela, l’ANAP affirme avec certitude qu’il y a encore beaucoup à faire. Dans cet objectif de progrès, « le train agricole » doit démarrer. Bien qu’il y ait des premiers pas encourageants, dans l’esprit des injonctions incluses dans les Lineamientos de la Política Económica y Social del Partido y la Revolución (1), approuvés lors du Sixième Congrès du Parti Communiste de Cuba (PCC), l’inefficacité productive sévit toujours dans les champs des entreprises publiques.

Quand l’efficacité sera devenue un problème moins gênant, comme nous en avons tant besoin, les agriculteurs comme Modestico, le président de la Coopérative de Crédit et de Services Antonio Maceo, seront plus nombreux à marcher avec orgueil dans leur champ, parce que la terre donnera alors ce dont la population a besoin.

(1) Le document contenant les grandes lignes des projets de « réforme » débattus par les cubains durant les mois qui ont précédé le Congrès du Parti.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s