mea culpa, ma faute, ma très grande faute par danielle Bleitrach

 
ma mère à droite (93 ans) et moi (73) quel homme dans le même état traiterait-ton de « vieux » parce que pas  « baisable » ?…

   c’est ma faute, ma très grande faute… Je n’ai pas assez pensé à ce qui pourtant était évident : dans une société donnée toutes les régressions, tous les conservatismes avancent d’un même pas. Ce que je redécouvre à l’occasion du sinistre feuilleton de DSK me démontre à quel point j’ai eu tort de lever le pied sur les combats de ma jeunesse. Pourtant j’aurais du reconnaître que tout ce qui me frappait était marqué aussi du sceau du mépris des femmes, pis encore des femmes dont on ne suppose pas d’homme à ses côtés et avec qui on peut agir en toute impunité. Là j’assiste effrayée et impuissante à l’ignominie ordinaire, celle d’un Jack Lang expliquant « qu’il n’y a pas mort d’homme » dans quelques temps il se trouvera bien quelqu’un pour expliquer dans les diners en ville qu’un pénis enfoncé de force dans la bouche d’une femme de ménage, noire de surcroît, c’est une gâterie de ce « séducteur » qui aime trop les femmes. Tu parles d’un amour!!! Déjà on nous a abondamment parlé du fait qu’elle serait dans un immeuble pour stéréopositifs, toutes des salopes…

               la réaction « politique » de certains marxistes de choc, ne nous parlez plus de cette histoire c’est pour nous faire oublier les choses sérieuses comme l’OTAN, la Libye, comme si cette histoire là n’avait rien à voir avec la guerre comme unique solution, la bombe que l’on balance, le droit du plus fort, un peuple écrasé sous les diktats du FMI et une femme à qui on fourgue de force un pénis dans la bouche ça n’avait rien à voir… Mais j’ai désormais l’habitude de cotoyer des « marxistes » qui sous couvert de défense des palestiniens assurent la promotion de néo-nazis, des belges marxistes léninistes faisant d’un bricmont leur porte parole, j’ai l’habitude sous couvert d’anti-impérialisme d’avoir droit à des gaudrioles à la Lars Von trier. Combien d’entre ces speudos antiimperialistes n’ont -ils pas pensé en écoutant le cinéaste « il exagère mais il n’a pas tout à fait tort ». N’est-ce pas c’est vrai qu’israêl qui nous fait « chier » donne le droit de faire un paquet cadeau de tous les juifs et de dire qu’Hitler n’avait pas tout à fait tort. Comment une charlotte gainsbourg a-t-elle pu rester assise aux côtés de cet homme là. Comment ai-je pu supporter si longtemps ces gens qui en DSK voient non pas le violeur mais le « séducteur », pas le salaud du FMI face à la grèce mais seulement le juif ? j’ai la nausée à l’idée de toutes les fois où j’ai pu rester assise à côté de porcs de cette espèce…

Justice égalitaire mon cul!!! La femme de ménage noire à égalité avec le patron du FMI, tu parles… l’une n’a rien pour se défendre, l’autre peut dépenser 300.000 dollars par mois… Et puis déjà le PS, la classe politique, les médias au premier  rang desquels les journalistes femmes viennent minimiser, il faut parler d’autre chose dit Segolène.. Un autre utilise sa libération pour expliquer qu’on ne sait pas ce qui s’est passé dans cette chambre… Bien sur c’est évident la pute noire a supplié Strauss khan, elle avait une envie abominable de lui faire une pipe… C’est peut-être ce que la troupe de détective apointée par Anne Sinclair va finir par démontrer… pendant que les cons scotchès devant le poste de télévision diront « quelle brave épouse! quel beau couple! », la femme pauvre seule, noire sera livrée à la meute… Voici combien de temps que nous sommes gorgés de feuilletons américains, New york police, Perry Mason, preêts à tout gober… Y compris que les avocats représentent la vertu et que la grande démocratie nord-américaine est égalitaire. Il est vrai que sur la plan moral elle est en train de reprendre la main, il y a tellement pire n’est-ce pas ? la France par exemple et la gauche française… un complot ou un petit viol sympa, les opinions sont partagées….
Hier dans un colloque j’ai revu le film de  Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi « Baise-moi » j’en ai compris la violence désespérée tant tous ces commentateurs, ces salopards prêts à dire de la femme violée qu’elle n’est même pas belle, je pèse mes mots, noire, moche, stéropositive pendant que le couple s’envoie des petits baisers dans la salle et l’ordure qui a repris du poil de la bête… Pensez en ce que vous voulez mais sachez que je ne vous supporte plus, vous votre vision de la norme et de la « séduction » du mâle qui a du fric, du pouvoir, il paraît que ça attire… Mais qui êtes vous pour ainsi mépriser les autres, comme le disait également DSK, « qu’est-ce qu’on peut me reprocher de tringler un gonzesse?  » Cet homme dit-on pieusement « aime les femmes! » et dans sa lettre de démission du FMi il parle effectivement de sa femme qu’il aime plus que tout au monde.. A vomir… Et plus de la motié de la France croit au complot…  pensez donc un monsieur si bien…

             Cela suffit j’ai envie de vomir en pensant à tout cela, à tout ce ques’ai subi en croyant mener des combats justes,  à ce directeur de l’huma qui a pu pendant tant d’années dans l’indifférence générale m’imposer une censure totale, l’interdiction à la cité du livre, pour quel crime ? Pour rien pour une affaire privée, parce qu’il n’y avait pas avec moi un homme pour lui flanquer une baffe ni une loi de la collectivité, un recours, ce n’était pas trés différent symboliquement du pénis dans la bouche pour empêcher de crier. Non seulement je n’ai pas eu la moindre aide mais on a profité pour m’accabler, un espèce de salopard dont je suis sûre qu’il doit aimer dans ses excès battre les femmes à cette occasion m’a traitée de vieille aux ambitions déçues, j’ai été obligée de porter plainte pour qu’il se confronte au principe de réalité. Parce quand ils n’estiment plus vous faire honneur par le viol, le harcélement il leur reste la possibilité de vous insulter par leur argument suprême « vieille peau » , jamais ils n’oseraient en user ainsi avec un homme du même âge même s’ils sont en général en moins bon état que nous. Vive l’union de la gauche, ce n’est plus une alliance mais une partouze entre droite et gauche unies dans le machisme…

j’ai cru oublier que l’on nous appellait « les personnes du sexe », comme si de sexe il n’y avait que nous, une boutique ouverte au chaland, frappée d’obsolescence, à l’image de ces travailleurs que l’on jette, de ces déportés devenus choses… Et puis un jour j’ai compris qu’il fallait reprendre le combat de la dignité, pour être définie comme un être humain pas comme une chose désirable ou usagée… c’est la même chose… Tant que l’on ne comprend pas les « limites » on ne saisit pas l’ordinaire, la porcherie dirait Pasolini. Encore que c’est faire injure à ces animaux que de les identifier à certains êtres humains, à leur volonté de puissance, à leur sadisme, à leur négation tout azimuth avec la complicité d’une société, des lois, des normes…

             Lui qui me harcelait en me traitant de « vieille aux ambitions déçues » pour oser protester contre les pratiques de l’huma n’était qu’une caricature, un pauvre mec et le délit était là, mais il y a eu tous les autres qui se sont régalé aux mêmes attitudes, l’équivalent du dragueur lourd c’est celui qui vous insulte, vous fait passer pour une folle pour mieux masquer qu’il a profité de vous, de ce que vous écriviez et qu’il co-signait sans état d’âme en ayant écrit seulement quelques lignes, qui quand récemment j’ai pris encore leur défense ont accru l’insulte en expliquant je cite « danielle bleitrach, la pauvre, la gueule enfarinée »… Je parle clairement de maxime Vivas et Viktor Dedaj, de Grand soir.  Tant de mesquineries, d’aide à eux apportées et le plaisir d’abattre une femme qui ne pouvait que se taire parce que les petits viols sont difficiles à décrire, la victime se déshonore en exposant tout cet univers sordide de trahisons de négation de l’autre. Avec ces gens là du directeur de l’huma à ces combattants contre l’impérialisme je n’agirai plus comme Charlotte Gainsbourg avec Lars Von trier, je refuserai d’être assise au côté d’un porc. Je refuserai de laisser croire que j’ai quelque chose de commun avec ces gens-là y compris un bulletin dans l’urne. J’ai longtemps cru que je pouvais rester en ignorant cela, désormais je ne crois plus que le communisme puisse vaincre sans regarder en face ce dont sont capables ceux qui s’en réclament. Il n’est plus crédible, comme le parti socialiste voulant sauver les meubles et une femme est le test de l’intolérable toléré dans le rapport à l’autre, dans ce qu’on s’autorise… par lâcheté , opportunisme, absence de dignité pour soi même autant que pour les autres… Je viens d’effacer dans face book tous les « amis », encore une merde qui déshonore l’idée même d’amitié… Et je renonce à tous ces gens avec lesquels j’ai cru pouvoir combattre à cause d’une femme noire seule et dont je ne comprends que trop la douleur…

             Voilà il s’est avéré que cette année j’ai fait une autre expérience, j’ai recommencé des études avec un groupe de jeunes gens. Nous avons créé un espace de respect, d’échange, d’amitié. Quand je vois les jeunes espagnols se rassembler pour dire à quel point ils en ont marre, je pense à eux, à la précarité à laquelle ils sont condamnés, au mépris qu’ils éprouvent pour tous ces gens-là, pas un pour sauver l’autre. Avec ces jeunes là, il est aisé d’être juif, de dénoncer la Shoah, de dénoncer la politique israélienne sans amlgame, de vomir un DSK sans pour autant rentrer dans la gaudriole. Il n’y en a qu’une, une gothique, amateur de gore, gorgée d’internet, de Dieudonné et autres Thierry meyssan, qui croît dur comme fer à l’existence d’un complot, à la secte des illuminatis, elle fait pitié parce que sur le fond elle mérite mieux que ça… Elle est fragile, prête à casser mais forte aussi,  un jour elle sortira du sabotage d’internet comme elle tente de sortir d’autres fascinations, je lui fais confiance mais pas à ceux qui la manipulent de la même manière que d’autres sont en train de fourguer au bon peuple amateur de simplicité et de bonheur la première dame de france enceinte… celle à qui on met le pénis dans la bouche , celle dont le ventre devient un argument électoral… Les jeunes se moquent de ces manoeuvres,  ils se détournent de la politique pour mieux défendre une éthique. On discute sans fin de tout cela et nous sommes en train de créer le comité de rédaction d’une revue de cinéma qui nous aiderait à fouiller cette exigence éthique, une autre politique. Une des question les plus essentielles pour nous est celle des femmes, de leur droit à la création et au respect. Et pas pour faire oublier les « vrais » problèmes, ceux de l’emploi, ceux de la guerre et de la paix, mais bien pour leur donner une dimension concrète, une éthique antifasciste. Pas plus que dénoncer ce qui s’est passé à Auschwitz et à Hiroshima ne revient à cautionner ce qu’une extrême-droite prétend imposer à Gaza. Oui mais avec eux j’ai l’impression de ne pas me conduire comme Charlotte gainsbourge restant assise aux côtés de Lars Von Trier en l’écoutant raconter ses ignominies ordinaires ou de trahir la femme qui s’est faite violer en tolérant le porc qui déclare « il n’y a pas mort d’homme.

Adieu à changement de société que Marc Harpon poursuive un combat auquel personnellement je ne crois plus…

Danielle Bleitrach

7 commentaires

  1. Merci Danielle,
    Bon, tant pis si j’ écris une bêtise,
    ne pourrais-tu envoyer ce billet dans une case de l’ Huma, je sais tu es  » un peu brouillée  » avec,
    mais le directeur m’ a répondu, à une remarque, que l’ Huma était un lieu ouvert.
    Ma remarque portait sur le glisssement vers les expressions social-démocrates, alors qu’ avec Marianne le nouvel-obs et libé ………. z’ avaient tout ce qu’ il leur fallait, la réponse disait que l’ Huma était un journal de gauche.
    Gauche ce qui ne veut pas dire grand chose. Communiste aurait été une bonne réponse pour moi, encore faut-il rappeler son contenu et le développer !

    Merci pour la photo !

    Yves L G

    • mais est-ce que tu as lu mon texte ? je serais un peu « brouillée » avec l’huma? Quel art de transformer, la censure imposée par patrick Le hyarex ce que j’identifie symboliquement a un pénis glissé dans une bouche qui refuse pour étouffer, faire taire avec sa « puissance » qui bien souvent n’est qu’impuissance, difficulté d’érection… Tu ne m’as pas lu en écrivant cela parce que jamais tu n’aurais osé me dire que je suis un peu brouillée » alors que depuis plus de dix ans je subis le viol de ce que je suis, l’interdiction que mon nom soit cité, mes livres commentés, ma présence à la cité du :livre interdite… face à cette violence ta demande est complétement onirique, ne comprends tu pas ce que je subis?
      Danielle Bleitrach

  2. Danielle le  » un peu brouillée  » c’ était de l’ humour breton, je suis parfaitement au courant de ton exclusion,
    mais comme je suis têtu, défaut ou qualité prêtée aux bretons, je te proposais l’ envoi de ton texte à l’ Huma.

    En te priant de m’ excuser si je t’ ai blessée.

    amicalement,
    Yves L G

  3. c’est un peu ce que j’imaginais te connaissant..Mais je crois que tu ne mesures pas mon degré d’écoeurement… L’huma et son directeur m’offriraient la une de l’huma que je la refuserais comme je refuse toute publication dans Grand soir et d’autres lieux. ce que j’ai découvert cette année c’est le respect, c’est l’idée que tous ces jeunes avaient besoin d’une transmission de générations pas d’être flattés, de les envoyer à Benghazi pour faire des reportages ignobles, non une discussion vraie, pas de paternalisme, pas de jeunisme, pas de main sur la fesse: nous on aime les femmes, les jeunes, lesintellectuels, ils ont le cul ferme… et le vote ouvert… Non autre chose…
    Tu ne comprends pas yves combien j’ai du mépris pour tous ces gens, non seulement la manière dont ils m’ont traitée mais les valeurs au nom desquelles ils se sont cru le droit de le faire… je ne veux plus d’eux, je les crache comme la femme a craché après l’assaut de DSK… Me proposer de renouer avec eux c’est la justice telle que la conçoit les Etats-Unis: « A combien estimez-vous les dommages intérêts ? » La manière dont ils ont détruit ma confiance, mon idéal, mon engagement ça n’a pas de prix, pas de publication dans l’huma, dans grand soir, et ailleurs… Tu me diras que personne n’en saura rien qu’ils pourront continuer en toute impunité puisque j’accepte de me taire, certes… Et que patrick le Hyarec pourra continuer à se proclamer un « communiste à visage humain » alors que moi que je sais par expérience qu’il n’a qu’une idée imposer le viol de son autocratie pour des raisons personnelles et pas politique à celui ou celle qui lui déplaît, le fait du prince et ils sont massivement comme ça…

    Je ne sais pas ce qu’acceptera la femme noire après des mois d’humiliation, parce que la vie est dure, parce qu’elle rêve de bonheur pour sa fille, moi je ne veux plus jamais entendre parler de ces porcs parce que la seule chose alors pour laquelle j’accepterais serait une minable notoriété alors que je suis richissime de plein de choses, le plaisir intellectuel, l’amitié, le fait de ne demander l’aumone à personne…. que celui ou celle qui jouit de la même liberté que moi conserve sa dignité c’est par là que recommence la reconquête…
    Danielle Bleitrach

    • et merci Danielle,

      tu connais le  » Cheval d ‘Orgueil  » de Jacquez Hélias, et ce Grand -Père fermier, qui crache au visage de son baronnet de patron qui lui reprochait, alors que fermier pauvre, il n’ aurait pas du s’ offrir une magnifique horloge à balencier, car ce grand père ne voulant pas être dépendant des angélus et toute cloche [ en bronze ! ] catho …….
      ça se passe en pays Bigouden, où de l’ autre côté de l’ Odet, j’ ai vu, enfant fils de facteur, la pauvreté de mes petits camrades ……….. d’ école communale, c’ était juste avant 1940,
      bon mon  » cheval d’ Orgueil  » est bien de petite taille !

      Bysyves migrant breton

      je crois que l’ écrivain en question Jacquez Hélias, a plutôt fini dans la sociale démocratie.
      Avant et après guerre nombre de ports de pèche bretons avaient une municipalité communiste, ……… c’ était…..

  4. Merci Madame pour ce somptueux « emportement »…
    … qui apaise notre ressentiment, nous délivre d’une sordide clostrophobie, nous remet le coeur à l’heure…
    … mais, de grâce, ne désertez pas le paysage nourricier des utopies indispensables.

  5. Oui nous pouvons et devons rester debout, mais je voudrais insister sur ce qui d’un point de vue philosophique fonde la dignité humaine et que Marx reprendra dans les manuscrits de 1844, l’idée que l’être humain est le produit des relations sociales en tant qu’être moral (kant) et politique (Aristote, Spinoza): L’amour, la possibilité de garder pour soi ce que l’on ne veut pas dévoiler, de choisir celui qu’on élit est pour kant la base de l’être humain en tant que créature morale puisque celui-ci est de ce fait non seulement le seul être qui se construit, se choisit lui même et qui dans le même mouvement choisit un partenaire sexuel comme objet d’amour et non simple décharge d’un besoin. C’est le fondement premier de la dignité humaine.

    Les camarades avaient du mal à comprendre des choses de ce type. je me souviens comment j’ai du intervenir au Comité central pour l’affaire de Carpentras, je leur ai expliqué à quel point l’ensevelissement des morts était une étape dans la construction de la conscience de l’humanité. Ils s’y sont ralliés parce qu’à l’époque il y avait de l’intelligence politique, un certain humanisme. Aijourd’hui je n’éprouve plus que mépris devant la dégénérescence et la perte de lien avec l’humaine condition alors mêmes qu’on joue à « la démocratie ».

    Danielle bleitrach


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s