Les Etats-Unis accusent la Syrie, Israël accue l’Iran, l’ONU condmane Israël et les palestiniens pleurent leurs morts

Obama et Netanyahu

 source :  Gaza TV News

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

Aujourd’hui, alors que le recul devient possible concernant ce qui a été un probable tournant pour le droit au retour de millions de palestiniens, après 63 ans d’exil, le jeu des accusations a commencé. Les États-Unis accusent la Syrie, Israël accuse l’Iran, et les Nations-Unies à leur tour ont condamné Israël. Partout en Palestine, des millions de personnes ont observé les 3 jours de deuil pour les personnes tuées dimanche par les troupes israéliennes.

A Washington, le Secrétaire de la Maison Blanche Chargé de la Presse , Jay Carney, a dit : «  Nous condamnons fermement l’implication du gouvernement Syrien dans les incitations à manifester dans le Golan ». Il a ensuite ajouté, « Une telle conduite est inacceptable et est une façon inefficace de détourner l’attention de la répression en cours par le gouvernement syrien des manifestations dans son propre pays. »

Carney a dit que la Maison Blanche regrettait les pertes humaines mais a appelé à la retenue. Israël « comme tous les pays, a le droit d’empêcher qu’on passe sa frontière sans autorisation. Ses voisins ont la responsabilité d’empêcher de telles activités. »

Le Coordinateur Spécial des Nations Unies pour le Liban, Michael Williams a déclaré : « Je suis choqué par le nombre de morts et l’utilisation mortelle et disproportionnée de la force par les Forces de Défense Israéliennes contre des manifestants apparemment désarmés, que je condamne »

Le Porte-Parole de la FDI, le général de brigade Yoav Modechai a qualifié les tentatives d’infiltration de « provocation iranienne ».

« L’axe radical iranien, le Hezbollah et le Hamas est clairement impliqué » a déclaré Mordechi à la chaîne israélienne Channel 10 news. « Nous avons un incident dans la zone de Maroun al-Ras sur la frontière libanaise et un autre à Majdal Shams, qui portent la trace des méthodes iraniennes pour provoquer des frictions » a-t-il dit.

Israël, qui a rapidement pointé un doigt accusateur contre l’Iran, a aussi très vite oublié que le mois dernier, son gouvernement avait envoyé une lettre officielle au fondateur de facebook, Mark Zuckerberg, pour lui demander de supprimer une page facebook appelant le 15 mai à un mouvement de masse des palestiniens en direction des frontières. Le groupe avait plus de 347 000 fans avant d’être supprimé. D’autres pages du même genre ont été supprimées par facebook.

Face à une nation palestinienne maintenant unie, à un vote tout proche sur l’Etat palestinien, et à la question du droit des palestiniens à retourner dans leurs anciens foyers, qui est inscrit dans la résolution 194 de l’ONU, et se trouve maintenant au centre des préoccupations, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu est au pied du mur. Toutefois, il a tenu aujourd’hui à dire :

« Premièrement, il faut que les palestiniens reconnaissent Israël comme l’Etat Nation des Juifs. Deuxièmement, il faut que tout accord de paix avec les palestiniens mette un terme au conflit et à toute prétention future des palestiniens sur la terre. Troisièmement, il faut qu’aucun réfugié ne soit autorisé à retourner sur le territoire israélien. Quatrièmement, il faut que l’Etat Palestinien soit construit en prenant en compte les dispositions relatives à la sécurité d’Israël, y compris la présence militaire israélienne continue sur les rives du Jourdain. Cinquièmement, il faut que les colonies de grande taille continuent d’appartenir à Israël. Et, en dernier lieu, que Jérusalem demeure la capitale indivisible d’Israël »

Netanyahu a également ajouté « qu’en plus de ces points, la majorité des israéliens étaient unis dans leur croyance que les frontières d’Israël devaient être défendues, que les accords de paix avec l’Egypte et la Jordanie devaient rester saufs et que le programme nucléaire militaire iranien devait être gardé sous surveillance. »

Netanyahu doit rencontrer le président Barack Obama vendredi à la Maison Blanche et le lundi suivant, il parlera aux membres du Congrès au Capitole.

Dimanche, Obama fera un discours devant la conférence annuelle du groupe pro-israélien de l’AIPAC à Washington. Il ne devrait pas faire un discours majeur de politique étrangère mais simplement parler des liens profonds qui unissent les Etats-Unis et Israël. Netanyahu aussi devrait faire un discours.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s