Soutenir le soulèvement libyen, refuser l’intervention militaire…

source : Green Left Weekly (Australie)

traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

L’article ci-dessous cite l’intégralité d’une déclaration de l’Alliance Socialiste australienne sur la situation en Libye. Certains aspects peuvent sembler naïfs : rien ne garanti à long terme l’unité du soulèvement libyen. Par conséquent, la fourniture d’armes pourrait très bien contribuer à une agravation de la situation. D’autre part, il semble difficile de faire confiance aux gouvernements occidentaux pour ne pas exiger un retour d’ascenseur, même si l’aide fournie à l’opposition se limitait à des fournitures d’équipements militaires. Enfin, il faut rappeler que la rébellion n’a pas les mains plus propres que le « régime ». Par-delà cette naïveté de Socialist Alliance, l’article appelle à refuser la guerre, ce qui fait qu’il mérite sa place ici. (Note de Marc Harpon).

Le 17 Mars, le Conseil de Sécurité des Nations Unies (UNSC) «  a effectivement autorisé l’utilisation de la force en Libye », a déclaré ce jour-là le Centre d’Information des Nations Unies.

« Agissant d’après le chapitre VII de la Carte des Nations Unies, qui autorise l’utilisation de la force si nécessaire, disait le rapport, le Conseil a adopté une résolution votée à dix contre zéro, avec cinq abstentions, autorisant les Etats Membres à prendre toutes les mesures nécessaires […] pour protéger les civils et les zones de la Grande Jamahiriya arabe libyenne peuplées par des civils et menacées d’attaques, y compris Benghazi, tout en excluant une force d’occupation. »

Il a affirmé que les abstentions comprenaient la Chine et la Russie, qui ont le droit de veto, de même que le Brésil, l’Allemagne et l’Inde.

Le Conseil National par Intérim des rebelles a appelé les Nations Unies à imposer une zone d’interdiction de vol au-dessus de la Libye dans le but d’arrêter les attaques aériennes meurtrières. Toutefois, il a aussi appelé à ce que les forces étrangères ne posent pas le pied sur le sol libyen.

Un article du 18 Mars de SMH.com rapportait que le gouvernement étasunien avait déclaré qu’une zone d’interdiction de survol « pourrait ne pas être suffisante » et considérait la possibilité d’attaques militaires beaucoup plus larges- pas loin de l’envoi de troupes terrestres.

La résolution du Conseil de Sécurité ouvre la voie pour diverses attaques militaires contre la Libye.

La décision du Conseil de Sécurité est arrivée alors que les forces du dirigeant libyen Muammar Kahdafi préparaient un assaut contre le bastion rebelle de Benghazi.

Dans les jours précédant le vote du Conseil de Sécurité, les forces de Kadhafi ont repris le contrôle de nombreuses villes tenues par les rebelles anti-gouvernement.

SMH.com a dit que le régime de Kadhafi a réagi en s’opposant à l’ingérence étrangère. Il a déclaré qu’il pourrait viser le trafic aérien maritime et aérien, civil et militaire, dans la Méditerranée en cas d’intervention militaire étrangère.

Au même moment, le régime a dit qu’il appellerait à un cessez-le-feu avec les forces rebelles. Toutefois, Aljazeera.net a déclaré le 18 mars que des témoins avaient affirmé que les forces pro-Kadhafi avaient tiré sur la ville rebelle occidentale de Misurata.

Le 19 Mars, AlJazeera.net disait que l’attaque militaire occidentale contre la Libye avait commencé avec le lancement de plus de 110 missiles de croisière par les Etats-Unis en direction de cibles libyennes et un raid aérien mené par un bombardier français.

Aljazeera.net a rapporté que la télévision d’Etat libyenne avait annoncé que des cibles civiles avaient été bombardées à Tripoli, de même que des entrepôts de carburant à Misurata.

En réponse à la décision des Nations Unies, l’Alliance Socialiste d’Australie a publié la déclaration suivante le 18 Mars :

La menace de frappes aériennes contre la Libye pat la Grande-Bretagne, la France, les Etats-Unis et leurs alliés- désormais soutenus par une résolution du 18 Mars du Conseil de Sécurité de l’ONU- réussira ou échouera à forcer le régime despotique de Mouammar Kahdafi à arrêter à court terme d’utiliser ses forces armées contre la ville rebelle de Benghazi.

Toutefois, il pose de graves dangers à la souveraineté de la Libye et pour la vague de révoltes démocratiques qui a balayé cette année le monde arabe.

L’Alliance Socialiste est un partisan ferme et actif de cette vague de soulèvements démocratiques. Nous avons accueilli avec joie le soulèvement qui a commencé en Libye le 17 février et avons aidé à organiser des actions en solidarité avec le soulèvement- comme nous l’avons fait avec les soulèvements en Égypte, en Tunisie, en Algérie, au Yemen et à Bahreïn.

L’Alliance Socialiste s’est également continuellement opposée à une intervention étrangère et en a signalé les dangers- en particulier de la part des Etats des nations riches et puissantes de l’Occident. Ces gouvernements ont longtemps soutenu et mis en place de nombreux régimes dictatoriaux dans le monde arabe.

Nous comprenons et partageons la détresse de l’opposition libyenne- menacée par Kadhafi d’une attaque « impitoyable » contre Benghazi, la seconde ville de Libye.

Mais nous croyons que si les puissances occidentales et leurs alliés (y compris la monarchie saoudienne occupant maintenant Bahreïn) commencent une intervention militaire en Libye, cela menacera la solidarité libyenne. Cela affaiblira politiquement le soulèvement démocratique et aidera à refouler la vague de soulèvements démocratiques dans le monde arabe.

L’intervention militaire en Libye peut même aider le régime despotique de Kadhafi à gagner un certain soutien en Libye et dans d’autres pays moins développés, en lui donnant l’image d’un résistant à l’ingérence occidentale.

Kadhafi a déjà essayé de restaurer son image ancienne de combattant contre l’agression impériale.

Les gouvernements de la Grande-Bretagne, de la France, des Etats-Unis et d’autres alliés (y compris le gouvernement Australien) ne s’intéressent pas aux vies et à la liberté du peuple Libyen. Ces puissances cherchent seulement à préserver leur privilège global d’être les plus gros exploiteurs du monde.

Si ces puissants Etats voulaient sérieusement aider le soulèvement du peuple libyen, ils auraient trouvé beaucoup plus tôt une façon de permettre aux combattants de la liberté de se procurer les missiles anti-aériens et autres armes qui les auraient aidés à combattre les avions de guerre, les hélicoptères et les tanks des forces pro-Kadhafi.

Au contraire, ils ont attendu que les rebelles subissent une série de défaites militaires démoralisantes avant de se présenter comme des « sauveurs ».

La résolution du Conseil de Sécurité appelle les Etats Membres à « prendre toutes les mesures nécessaires […] pour protéger les civils et les zones de la Grande Jamahiriya arabe libyenne peuplées par des civils et menacées d’attaques, y compris Benghazi, tout en excluant une force d’occupation. »

Toutefois, l’histoire nous a enseigné que ces Etats des plus riches exploiteurs du monde ne sont pas dignes de confiance pour protéger les gens. Ils ont toujours agi pour faire avancer leur propre intérêt égoïste de nations exploiteuses. Par exemple, même si les Nations Unies ont voté de nombreuses résolutions sur le droit des palestiniens à l’autodétermination, le Conseil de Sécurité n’a jamais une seule fois autorisé l’utilisation de la force contre Israël pour déni de ce droit.

L’Alliance Socialiste s’oppose à l’intervention impérialiste en Libye. Nous appelons le gouvernement australien à ne pas participer à cette nouvelle aventure militaire.

L’Alliance Socialiste croit que les révolutionnaires libyens ont besoin de solidarité. Nous soutenons une campagne d’isolation internationale du régime de Kadhafi, par la rupture des relations diplomatiques, la reconnaissance du Conseil National de Transition et des sanctions financières contre les dirigeants du régime de Kadhafi et ses actifs.

Nous soutenons également une aide internationale immédiate (y compris des fournitures militaires sans conditions) au soulèvement libyen. »


Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s