La Mission d’Alain Juppé au Caire ! par danielle Bleitrach

Nous sommes bien évidemment dans le domaine des hypothèses, mais il me semble que les choses s’éclairent sur ce que  peut bien faire Alain Juppé au Caire. Il  tente de reprendre pied dans le monde arabe  ça c’est l’évidence et nul ne s’en plaindra, mais pour jouer sa partition, celle des intérêts d’une bourgeoisie française qui en perdant son caractère industriel et en devenant financière (comme les De Wendell) a perdu toute vocation à l’indépendance nationale, et face à la crise se rallie aux Etats-Unis.

Il lui reste néanmoins à paraître dans ses bons offices dégager un créneau spécifique correspondant à un rôle traditionnel de la France. lequel ?

 Tout en portant les intérêts unis de l’Occident impérialiste (il n’y a que les Italiens qui risquent d’être perdants, mais qui s’en soucie?) Juppé est venu proposer une association .

  Ce qui se dessine ma semble-t-il est, faute d’une chute de Kadhafi que l’on présente de moins en moins comme isolé avec ses mercenaires, mais dont on reconnait désormais qu’il a des « fidèles » et que « ses partisans trouvent refuge dans les familles » durant les combats. Si la situation perdurait l’invasion par l’OTAN pense toujours la France, enfin celle d’Alain Juppé, risque de ce fait de déclencher une catastrophe, donc jouons sur la partition de la Libye sous bouclier aérien.

 La partition de la Lybie  en annexant dans un Etat fantoche de Benghazi quelques puits pétrolier dont l’Egypte aurait le plus grand besoin, est donc plus qu’envisagée. Parce que la zone de Benghazi , celle de la tribu qui a fait secession est celle où les relations sont les plus étroites avec l’Egypte, c’est une zone de commerce traditionnelle avec l’Egypte où l’on parle un arabe egyptien et où les unions sont fréquentes de par et d’autre de la frontière. En outre c’est la zone proche des terminaux et puits pétroliers et c’est autour d’eux que se développent des combats qui n’ont rien d’évident, mais où tout le monde paraît assez bien équipé.

 Quelques signes  et quelques raisons des choix

Il y a eu d’abord cet excité de BHL à Benghazi,venant appuyer le Conseil Nationale Libyen dont peu de monde avait jusqu’ici entendu parler et qui tel le djinn de la bouteille est sorti des sables du désert, des mirages pétroliers… On a souri, on avait tort. Il est chargé des public-relations, et Israël ne doit pas être loin puisque les Etats-unis cautionnent l’opération. BHL et ses réseaux d’intellectuels, les salons qu’il anime, les bons offices éditoriaux vont donner à plein nous allons déguster du Conseil National, et du rebelle héroïque jusqu’à plus soif. Mieux c’est la garantie d’un certain consensus droite- PS sur la solution…

 Puis sont tombées deux nouvelles : la première une déclaration de Juppé : La France « salue la création du Conseil national libyen », instance dirigeante de l’insurrection contre le colonel Kadhafi, « et apporte son soutien aux principes qui l’animent et aux objectifs qu’il s’assigne« . Nous y revoilà…

Ce Conseil national qui aurait  mis en place par les représentants de l’insurrection en Libye s’est déclaré «le seul représentant de la Libye», à l’issue de sa première réunion à Benghazi, a annoncé son président, l’ex-ministre de la Justice Moustapha Abdeljalil, lisant un communiqué de cette instance, dont la création avait été annoncée le 27 février. On se souvient pour qui a suivi  l’histoire depuis le début que ce ministre avait officiellement intronisé par les Etats-Unis comme l’interlocuteur valable. j’avais fait remarquer alors que si Kadhafi avait accompli  des actes de répression contre son peuple, ce ministre là devait être au courant et plus ou moins en partager la responsabilité) cf. article : « bon appetit messieurs, ô ministre intègre! »  En fait cela confirme le fait que la France agit désormais totalement en liaison avec les Etats-Unis. Il a également précisé que le Conseil considérait toutes les délégations diplomatiques à l’étranger ralliées à la révolte comme ses «représentants légitimes». Là encore on peut considérer que l’ambassadeur libyen à l’ONU, celui aux etats-Unis jouent un rôle important dans ce Conseil dont la réalité reste à voir sur le terrain.

Et Juppé refusant toujours l’intervention militaire mais se rangeant à l’idée d’une couverture aérienne sans parler cette fois de mandat du Conseil de sécurité. Il est vrai que la Russie et la Chine risquent d’être réticents et de mettre leur veto. Outre le fait essentiel de ce qu’une telle intervention déclencherait dans une zone l’instabilité s’accroît, en particulier du côté de Barhein et de l’Arabie Saoudite.

 Juppé donc joue a fond la carte de l’Egypte et de la ligue arabe, c’est-à-dire qu’il table sur la montée au pouvoir, toujours sous le contrôle de l’armée du  chef de la Ligue arabe Amr Moussa. Et il a rencontré les frères musulmans, là encore en parfait accord avec les Etats-Unis qui souhaitent une solution à la turque, voir à la pakistanaise pour bloquer la vague de contestation. Tout cela n’a pu se réaliser sans l’accord préalable des Etats-Unis. Lisez attentivement la dépêche suivante de l’AFP et la manière dont notre cher pays s’est reconverti (après quelques erreurs de jugement) dans la défense vertueuse  de la démocratie pétrolière comme il se doit.

Docteur Livingstone, I presume ? (1)

Cette stratégie qui semble s’être résolue entre quelques initiés risque cependant d’être contredite sur le terrain ou règne sans doute une certaine confusion , comme en témoigne l’aventure rocambolesque de cette petite équipe de diplomate britannique  venue dans l’est de la Libye pour établir un contact avec l’insurrection et qui a du quitter le pays après avoir rencontré des « difficultés » lors de sa mission, a annoncé dimanche le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague..

« L’équipe est allée en Libye pour prendre contact avec l’opposition », a dit le chef de la diplomatie britannique dans un communiqué.  Son collègue de la Défense, Liam Fox, interrogé par la BBC, ce dernier avait expliqué à la BBC que le gouvernement était en contact avec l’équipe à Benghazi, mais qu’il serait « inapproprié » de faire d’avantage de commentaires.

D’après le « Sunday Times », huit soldats des forces spéciales britanniques, armés mais en civil, ont été arrêtés par des insurgés alors qu’ils escortaient un diplomate britannique en territoire rebelle dans l’est de la Libye. La présence des forces spéciales aux côtés du diplomate a énervé des responsables de l’opposition libyenne qui ont ordonné la détention des soldats dans une base militaire, selon l’hebdomadaire. Pressé de dire si l’équipe courait un danger, Liam Fox avait seulement répété que le gouvernement était en contact avec elle. « C’est une situation très difficile à comprendre en détail », avait-il insisté. « Il y a un certain nombre de groupes différents d’opposition au colonel Kadhafi en Libye qui semblent relativement disparates ».

De cette aventure, dans la grande tradition des lawrence d’Arabie et David Livingtone,  on peut  émettre quelques interrogations: d’abord se féliciter de l’extraordinaire habileté de BHL  qui lui a tout de suite rencontré l’opposition organisée en Conseil. Ensuite mesurer que les diplomates britanniques qui ont eu le tort de se faire accompagner par des forces spéciales ont provoqué la mauvaise humeur  de « l’opposition » libyenne, c’est dire l’accueil qu’elle réserverait à un déploiement militaire…  Enfin s’interroger sur qui a concoté l’enthousiasmante issue démocratique de ce Conseil qui réjouit notre Juppé national.
 

Tous ces gens s’ingénient à bloquer le processus parce que ça continue de plus belle à Barhein et que l’Arabie Saoudite est gagnée par la contagion. Non seulement on appuie l’insurrection en Libye mais on trouve vite fait bien fait une solution favorable aux occidentaux prenant acte de la « révolution » mais prétendant priver ceux qui l’ont fait de toute intervention sur la suite des événements. Et surtout que ça s’arrête.

Dépêche de l’AFP

M. Juppé a estimé que l’Egypte, pays le plus peuplé de la région, était « un pays-clé pour l’avenir de tout le monde arabe » et qu’elle « donnait l’exemple, sans être exagérément optimiste, de ce que peut être un processus de libération maîtrisé ».

Il a toutefois déclaré que « rien n’est gagné. Nous avons bien sûr confiance, mais le pire n’est pas exclu ».

« Lorsque l’on voit ce qui se passe aujourd’hui même en Libye, on voit bien que cette transition peut être douloureuse », a-t-il dit, en dénonçant la « folie criminelle » du régime du colonel Mouammar Kadhafi.

M. Juppé devait aborder le dossier libyen lors d’un entretien prévu au Caire avec le chef de la Ligue arabe Amr Moussa.

Il devait également s’entretenir dans l’après-midi avec le maréchal Hussein Tantaoui, chef du conseil suprême des forces armées, l’institution à qui le président Hosni Moubarak a remis le pouvoir le 11 février en démissionnant.

Il a par ailleurs rencontré en fin de matinée, dans un restaurant proche de la place Tahrir, haut lieu de la révolte anti-Moubarak, un groupe d’une dizaine de membres de la « coalition des jeunes de la révolution ».

« Je ne suis pas venu pour me mettre à votre place », leur a-t-il dit, « mais nous soutenons votre combat pour la démocratie ».

Il a salué le « sens des responsabilités » de la jeunesse égyptienne, tout en prévenant que « ce qui vous attend va être plus compliqué que ce que vous avez déjà fait », allusion au difficile processus de transition politique qui se met en place sous la direction de l’armée.

Concernant le soutien à des régimes comme ceux de Ben Ali ou de Moubarak, il a estimé que « nous nous sommes peut-être laissés intoxiquer quand on nous disait que les régimes en place étaient le seul rempart contre le terrorisme ».

L’écrivain Khaled al-Khamissi, qui participait à la rencontre, a déploré que pendant les années de M. Moubarak au pouvoir la France « ait eu des relations surtout avec le système politique égyptien, en refusant totalement d’avoir de vrais échanges avec la société civile. C’était une véritable catastrophe pour sa politique extérieure ».

« Aujourd’hui il y a aura peut-être une nouvelle page, avec un contact avec la société civile égyptienne, a-t-il ajouté.

LE CAIRE (AFP) © 2011 AFP Par Christophe DE ROQUEFEUIL

(1) Livingstone(1813-1873) est un des grands  héros de la colonisation britannique à l’époque victorienne, missionnaire protestant, médecin et explorateur, il unissait une perspective d’évangélisation de l’Afrique à un souci commercial de faire le compte pour son pays des richesses africaines, étant convaincu par ailleurs qu’il faisait bénéficier les africains des avantages de la civilisation britannique, une figure emblématique  de l’impérialisme colonial européen qu’il inaugure.Ayant disparu, l’expédition de  Henry Morton Stanley lancée à sa recherche et Stanley en le retrouvant prononça cette phrase célèbre « Docteur Livingstone, I presume », que des générations entière d’écoliers britanniques prononcérent le coeur pénétré de leur supériorité de gentleman civilisateur. 

2 commentaires

  1. Voila des informations et une analyse que la pluspart des citoyens n’auront pas et donc qu’il faut repercuter autour de nous!il faudrait apporter un soutien concret,le feront ils ? aux peuples arabes en lutte ,ce devrait etre la tache des organisations progressistes et du PCF en particulier

  2. Oui, mais ! Je ne vois avec quels moyens médiatiques puissants nous pourrions et devrions démocratiquement nous exprimer? Mais nous n’avons nous pas des droits contrairement aux médias privés du Venezuela ! Et ils ont l’audace ces médias aux ordres de la caste capitaliste de prétendre que ce pays n’est pas démocratique car il applique des réformes justement anti-capitalistes !Alors cela va bien sûr a l’encontre de l’illusion semée que le régime capitaliste reste supérieur ! Tant pis pour les coups-d’etat, complots et crimes de toutes sortes lorsque la maîtrise du Pouvoir Politique lui échappe !!!


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s