Les âmes nobles ont toujours un sac de riz à porter…par danielle Bleitrach

 Il y a désormais chez nous des gens parfaitement réactionnaires et qui semblent l’ignorer au nom des grands principes et de leur vertu… Le modèle en est bien sûr Kouchner mais il a fait des petits… beaucoup de petits… En ce moment, ils hurlent qu’il faut arrêter le « génocide » en Lybie, ils nous ont déjà fait le coup: il était impératif d’aller sauver les femmes afghanes et les débarrasser de la burqa. Elles ont toujours la burqa et en plus la guerre qui tue leurs enfants, qui les rend toujours plus misérables… Qu’en est-il des femmes irakiennes ? Dans l’état actuel de nos informations, personne ne peut dire ce qui se passe réellement en Libye. Sauf cette masse de réfugiés, pauvres hères fuyant les combats et venant s’entasser à la frontière tunisienne.

. Quand j’ai parlé de la Libye comme un système tribal sur lequel Khadafi avait surajouté un système de distribution de la rente pétrolière et gazière, j’ai eu droit y compris à des gens qui m’ont accusé de mépriser les révolutionnaires libyens en parlant de « tribus », en quoi la tribu est-elle méprisable? La lecture des travaux d’un des premiers sociologues Ibn Khaldoun aiderait peut-être mais il est difficile de le leur recommander. Le fait est que désormais tout le monde parle de guerre civile, de tribus, en reconnaissant implicitement que le thème de Khadafi isolé avec ses mercenaires dans un bunker avait fait long feu, si tel avait été le cas il n’aurait pas tenu plus que quelques heures.

Non! Nous sommes bel et bien devant une guerre civile dans laquelle l’Occident a choisi son camp.

En revanche, un communiste ne peut que choisir celui de la paix et de la non intervention.

Et c’est là que se pose le problème, l’occident sait toujours où est le « juste » facile, il le fabrique, il a des médias pour ça..

 Et le pire travers pour un communiste serait de raisonner en simple opposition à cette manipulation. Il n’est pas question de soutenir Khadafi, d’inventer un nouveau Che Guevara dans les sables libyens. A cause de l’OPEP sans doute, je trouve que Chavez s’est beaucoup avancé dans son soutien, et je ne cesse de répéter à lui et à mes amis cubains que les ennemis de nos ennemis ne sont pas nécessairement nos amis, que dans ce domaine les peuples doivent être notre boussole. soutenir Khadafi, en l’état du dossier, de sa participation réelle au pillage occidental, de son népotisme, me paraît à peine moins hasardeux que de soutenir les Mollahs iraniens, d’en faire les hérault de l’anti-impérialisme.

 Et de ce point de vue la position des Cubains, les réflexions de Fidel castro me paraissent réellement anti-impérialistes.

Parce que ces réflexions sont inspirées non seulement par un désir de paix, qui anime aussi Chavez, mais par un refus de trancher entre les insurgés et Khadafi, par le souci de laisser le peuple libyen maître de son destin.

Et qui menace d’intervention le peuple libyen ?

Est-ce Chavez ou Castro qui envoient une armada dans le golfe persique et dans la méditerranée ?

Mais allons plus avant dans la démonstration, qu’est-ce que l’occident a à proposer aux belligérants ?

Et à tous les peuples arabes qui se révoltent ?

Rien si ce n’est le sang et les larmes, une armée d’occupation et des « frappes collatérales »…

 Rien si ce n’est d’abord le soutien à un qulconque nouveau tyran qui leur laissera le droit au pillage des ressources nationales.

 Rien si ce n’est un système financier international qui ne peut qu’accroître la crise. leur révolte provoquée par la famine, la croissance des prix alimentaires est déjà le fruit de ce système.

Alors les « belles âmes » qui poussent au crime en hurlant qu’il faut aller empêcher « le génocide » pour accompagner de leurs choeurs de pleureuses droit de l’hommiste l’intervention armée ne sont que de fieffés hypocrites qui n’ont jamais renoncé à une vision colonialiste où l’on pille en prétendant éduquer.

Quelqu’un récemment m’a insulté en me disant « De quoi vous mêlez-vous ? » , il ne s’agissait pas de moi mais de tous ceux qui prétendent juger à la place des peuples arabes. Il ajouté si vous voulez en finir avec les tyrans débarrassez la planète de vos propres tyrans, les notre n’existent que parce que les votres les soutiennent, alors aidez-nous réellement : « changez de responsable politique! » et de système.

 Il n’avait pas tort même si je crois que la mondialisation impérialiste, la manière dont les transnationales financiarisés, les complexes industrialo-militaires exigent une réflexion globale et que nous devons tous ensemble réfléchir aux moyens de changer le monde, le notre à tous, dans le respect de chacun. Donc je comprends sa colère et je la partage un peu mais il faut la dépasser pour construire ensemble un monde de justice et de paix, cela passe bien sûr par des valeurs universelles, mais nous n’avons que trop considéré que nous étions les maîtres de l’Universel, il faut reconnaître celui-ci non comme des normes édictées par l’occident mais une construction, une nouvelle tour de Babel avec ses langages. La reconnaissance des besoins communs et de leur expression différente est essentielle.

Danielle Bleitrach

4 commentaires

  1. Bonjour Danielle,
    Je te soutien complètement, rien d’autre ne devrait nous motiver que la prise de recul et l’empathie pour ces peuples. Je suis atterré devant cette pensée unique qui franchement vassalisent les libertés de pensée et donc, d’agir.

  2. OK. Danielle, en complète symbiose avec toi !Il faut les dénoncer bien sûr ces super-gérants du capitalisme sans surprise de leurs agissements à la solde des va-t-en guerre impérialistes pour tenter de justifier dans leurs médias « pourris » les tueries des pilleurs des pays du Tiers-Monde ! Aux dernières nouvelles le triste sieur Bernard-Henry-Lévy serait même en Lybie au côté de la rébellion bien sûr pour apporter comme toujours sa salle besogne de mensonges ou de mutisme ! Lui aussi sur la liste pour être des meilleurs défenseurs du capitalisme !

  3. Commentaire de l’article de Danielle Bleitrach :
    « Les âmes nobles ont toujours un sac de riz à porter »

    Par Chérif BOUDELAL

    Oui, même « nos amis communistes » oublient l’essentiel dans cet interventionnisme occidental dans les affaires des révolutions qui se déroulent dans les pays arabes.
    Il suffit de regarder la liste des noms ci-dessous pour comprendre qui est derrière cette préoccupation de l’Occident vis-à-vis du changement qui s’opère actuellement dans le monde arabe. Sans Israël il n’y aurait jamais eu de « bonnes âmes » qui se fourreraient le nez dans la révolution libyenne ; comme il n’y aurait jamais eu d’interventions US en Afghanistan et en Irak.

    Israël exprime clairement son inquiétude vis-à-vis de ces révolutions des peuples arabes qui réclament pourtant la démocratie « chère à l’Etat sioniste et à l’Occident ! » ; car il voit que « ses amis » aux pouvoirs dans les pays arabes en danger, et à travers eux son existence en tant qu’entité occupante de la Palestine. Des opposants libyens ont affirmé qu’un bateau israélien transportant une cargaison d’armes est arrivé, la semaine dernière, à Tripoli. Ce n’est pas par amour à Kadhafi qu’Israël soutient son régime ; c’est parce qu’il a peur qu’un régime démocratique naisse dans son pays, et que « sa démocratie unique dans une jungle de barbares » n’aura plus aucun sens, voire son entité d’apartheid disparaitra définitivement.

    La question est de savoir qui est derrière la détermination des Occidentaux d’aller « aider » les opposant à Kadhafi ; personne ne croirait qu’ils sont allés cartonner « du Kadhafi » pour les beaux yeux de ses adversaires.
    Voici la liste de ceux qui se sont tuent devant les massacres répétés des peuples palestiniens et libanais, voire ils les ont soutenus ; on y trouve même un arabe de service qui a répondu présent pour garder son abonnement sur les chaines de télévisions (qui ne reçoivent que les amis) :

    Nicole Bacharan, historienne ; Etienne Beaulieu, chercheur ; Jane Birkin, artiste ; Pascal Bruckner, écrivain ; Daniel Cohn-Bendit, député européen ; Frédéric Encel, géopolitologue ;
    Raphaël Enthoven, philosophe ; André Glucksmann, philosophe ; Romain Goupil, cinéaste ; Nicole Guedj, ancienne ministre ; Gilles Hertzog, éditeur ; Bernard Kouchner, ancien ministre; Claude Lanzmann, écrivain ; Bernard-Henri Lévy, philosophe, membre du conseil de surveillance du « Monde » ; Olivier Rolin, écrivain ; Olivier Rubinstein, éditeur ; Antoine Sfeir, journaliste ; Dominique Simonnet, écrivain

    La formule de Danielle Bleitrach « les ennemis de nos ennemis ne sont pas nécessairement nos amis » est tout à fait juste. Cette remarque est aussi valable pour ceux qui se considèrent comme des amis de la paix et qui se taisent devants la barbarie dès que celle-ci est pratiquée par Israël, sous prétexte que ses amis sont « nos amis ». Une ou un communiste ne devrait pas ignorer cette réalité et dire aux lecteurs qu’Israël et ses bailleurs de fonds sont derrière chaque guerre que mène l’Occident contre les pays arabes et musulmans.

  4. A la seule différence près qu’il faut préciser qu’il y a presque autant de juifs (dont moi) pour protester contre la politique d’Israêl que ceux que vous citez ici, Chomsky, stephen Hessel,Gisèle Halimi, Alain gresh, etc…

    Danielle Bleitrach


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s