Martinique : Opération de contrôle des prix par le k5f; il faut les multiplier

Ghislaine Joachim-Arnaud

source :  Combat Ouvrier

Le samedi 5 février, une cinquantaine de militants et sympathisants regroupés par le K5F se sont retrouvés à l’hypermarché Rond Point de Schoelcher pour faire un contrôle des prix, avec le président du K5F et d’autres dirigeants. Tandis que certains discutaient avec les clients à l’entrée du magasin, d’autres par équipes de deux rentraient dans le magasin avec chariots ou paniers et pointaient les 400 produits prévus dans l’accord sur la baisse des prix signé à l’issue de la grève de 2009 entre les patrons de la grande distribution et le Collectif du 5 février.
Les équipes comparaient les prix affichés dans les rayons avec ceux figurant sur la liste des prix Bcba du magasin.
Sur les 400 produits, 39 produits étaient plus chers, soit près de 10%, ce qui était confirmé en les faisant passer à une caisse. 12 produits étaient absents des rayons ou indisponibles.
Le responsable du magasin contacté pour fournir des explications, a commencé par dire qu’il trouvait tout à fait normal et sain qu’il y ait ces contrôles…, puis il a dit qu’il y avait encore des petites erreurs et qu’il allait y remédier avec ses collaborateurs. Quant aux produits manquants, il les attribuait surtout à la grève des dockers sur les ports français. Ce à quoi il lui fut répondu que la grève des ports avait sûrement bon dos et les collaborateurs aussi…
A la fin de l’opération, G Joachim-Arnaud, l’une des dirigeantes du K5F, fit un bref compte-rendu de l’opération devant les clients qui se trouvaient près des caisses, mettant l’accent sur le fait qu’il était anormal qu’il y ait régulièrement des prix plus élevés ou des produits manquants sur les «malheureux 400 produits» sur lesquels la grande distribution avait accepté de négocier. Elle indiquait qu’il fallait surtout que la population elle-même exerce un contrôle régulier des prix et des tickets de caisse car il arrivait aussi que les tickets de caisse soient erronés. Elle terminait en disant que par de tels contrôles inopinés dans les magasins, on pouvait au moins obliger les patrons de la grande distribution à respecter les accords signés, en attendant qu’on retrouve de la force pour imposer de réelles baisses des prix.
Les clients qui étaient en caisse, ont plutôt trouvé que c’était une bonne opération et certains dénonçaient les hausses intempestives des prix. Pour autant, ils ne se montraient pas encore prêts à faire eux-mêmes ces contrôles de prix, ce qui ne veut pas dire qu’un jour, ils ne seront pas, comme en Tunisie ou en Egypte, exaspérés par les hausses infernales des prix

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s