A géométrie variable mais à intérêts constants… par Danielle Bleitrach

Si les critères de l’intervention qui ont été avancés pour l’Afghanistan (libération des femmes et lutte contre le terrorisme d’Al qaida) étaient valides, les Etats-Unis et l’OTAN devraient entrer en guerre aux côtés de Khadafi.

En ce qui concerne les femmes, notons que l’on continue à les utiliser comme le prouve la photo du Times de cette jeune fille mutilée pour avoir voulu échapper à son époux et à sa belle-famille qui la battait. Photo assortie de la légende: « ce qui arriverait si nous quittions l’Afghanistan »

Soutenir la guerre en utilisant la cause de femmes, voilà qui est cynique, note Priyamvada Gopal, professeure à l’université de Cambridge, dans le Guardian britannique. Elle rappelle que cette technique a longtemps été dénoncée par les féministes et que la une de Time procède de ce même « cynisme ». Elle ajoute :

« Les documents de WikiLeaks révèlent que la CIA utilise la souffrance des femmes afghanes pour se rallier le soutien de l’opinion. »

La photo n’illustre pas un cas de crime contre cette femme du temps des talibans, mais une histoire atroce qui a lieu  aujourd’hui dans un pays occupé par l’OTAN, où l’on ferme les yeux non seulement sur la culture du pavot, l’oppression des femmes et même le viol des jeunes garçons. Tout cela faisant partie des moeurs sur lesquelles les troupes d’occupation sont invitées à ne pas trop s’interroger.

 Il n’empêche « la femme afghane » et ce qu’elle deviendrait « sans nous » est encore utilisé pour le maintien des troupes d’occupation.

  ET  dans le cas de Khadafi, la question des femmes, de leur émancipation, de ce que leur réserve le départ du guide n’est jamais posée, ni par la CIA, ni par nos médias…

Quant à l’influence réelle ou supposée d’Al Qaida cela ne les inquiète pas plus. Encore plus étonnant aucun de nos farouches partisans de la laïcité ne s’émeut d’ouïr,  comme  hier soir sur Arte, les libérateurs dénonçant Khadafi l’athée…. Ou agitant un drapeau monarchiste.

A l’époque de l’intervention en Afghanistan,  et pas plus qu’ aujourd’hui le sort des peuples, leur souhait majoritaire ne  préoccupait ceux qui intervenaient. Et les millions de morts irakiens n’ intéressent pas les dirigeants impérialistes des pays occidentaux, pas plus que les enfants assassinés en Afghanistan, la corruption, le drame pour les populations.

La guerre pour ces fripouilles au masque humanitaire n’était plus « légale »  un acquis historique du droit international, elle a  regressé vers la guerre « juste », et de ce viol du droit vers l’oxymore du « devoir d’ingérence ». Un  formidable retour en arrière depuis kant et les Lumières  nous sommes revenus aux croisades… avec en prime le bourrage de crânes médiatique… Avec en prime, le fait que la France, pays des droits de l’homme n’a plus aucun pouvoir sur les expéditions guerrières qui se font en son nom. Entre son adhésion à l’Otan et le fait qu’il n’y a plus la nécessité de voter l’entrée en guerre.

Quant à la démocratie, les mêmes,  désormais débarrassés de tout contrôle démocratique de leur propre peuple,  ne se préoccupent pas plus hier  qu’aujourd’hui de la vertu des hommes politiques de paille qu’ils prétendent mettre au pouvoir, ils croient simplement qu’un changement de cage réjouit l’oiseau…. Et tant que l’oiseau ne piaille pas même si on l’attache et le torture, ils ignorent les méfaits de leurs protégés réservant leur indignation à ceux qui tentent de revendiquer leur indépendance.

S’il y a une leçon à tirer des mouvements actuels, c’est bien que les peuples savent trouver le chemin de la rébelion et je partage pleinement le cri de Robespierre: « Mort au tyran »,  mais pour mieux l’assortir de son affirmation:  « nul n’aime les missionnaires casqués et bottés ». L’essentiel étant ce qui est pour lui fondamental :  « le peuple doit être notre boussole »… 

Le missionnaire pleurniche sur le peuple et le considère comme un grand enfant que l’on confie aux soudards, au mercenaires et aux  sociétés pétolières et au complexe industrialo-militaire, tout en portant comme un ostensoir ou un sac de riz « le droit d’ingérence ».

Mais parce que le peuple a parlé et continue à s’exprimer au Moyen Orient, il y a des « concepts » qui sont en train de prendre un sacré coup de vieux, le péril islamiste, le choc des civilisations, sans parler de « la fin de l’histoire », alors réjouissons-nous si nos laïques impénitents traquant le voile et le musulman criminel commencent à s’intéresser enfin au sort des peuples et s’aperçoivent que tous ont  les mêmes ennemis.

Et alors  l’intervention humanitaire apparaîtra pour ce qu’elle  est un discours hypocrite à géométrie variable, où seuls les intérêts sont constants.

Danielle Bleitrach

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s